Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il ne s'agit plus d'éviter la guerre civile, mais de l'arrêter» : Lakhdar Brahimi pour sauver la Syrie
Publié dans Le Financier le 20 - 08 - 2012

Le nouveau médiateur international pour la Syrie, l'Algérien Lakhdar Brahimi, a affirmé dimanche qu'il ne s'agissait plus d'»éviter» la guerre civile dans ce pays, mais bien de l'»arrêter», au cours d'un entretien avec la chaîne de télévision France 24.
«Une guerre civile, c'est la forme de conflit la plus cruelle, quand un voisin tue son voisin et parfois son frère, c'est le pire des conflits», a déclaré M. Brahimi, interrogé dans son appartement parisien. «Il y a beaucoup de gens qui disent qu'il faut éviter la guerre civile en Syrie, moi je crois que nous y sommes depuis déjà pas mal de temps. Ce qu'il faut, c'est arrêter la guerre civile et ça ne va pas être simple», a souligné le diplomate algérien. La Syrie est en proie à une révolte populaire, devenue conflit armé, qui a fait plus de 21.000 morts en 17 mois selon une ONG. En Syrie, «le changement est inévitable, un changement sérieux, un changement fondamental, pas cosmétique (...). Il faut que les aspirations du peuple syrien soient satisfaites», a jugé M. Brahimi, sans préciser si le départ du président syrien Bachar al-Assad du pouvoir était nécessaire. L'opposition syrienne avait critiqué plus tôt dans la journée Lakhdar Brahimi pour ne pas avoir explicitement demandé le départ de Bachar al-Assad.
Ancien chef de la diplomatie algérienne, M. Brahimi, 78 ans, a accepté vendredi de prendre la difficile succession de Kofi Annan, au lendemain de la décision du Conseil de sécurité de mettre fin à la mission des observateurs de l'ONU qui étaient chargés de surveiller un cessez-le-feu jamais appliqué. Nouveau médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie, Lakhdar Brahimi a l'expérience des missions difficiles, après avoir été envoyé de l'ONU en Afghanistan et en Irak.
Réussir là où Kofi Annan a échoué
L'ancien ministre algérien des Affaires étrangères Lakhdar Brahimi a succédé à Kofi Annan comme émissaire international en Syrie, où les violences se poursuivent toujours, faisant des dizaines de victimes quotidiennement. Agé de 78 ans, M. Brahimi a été nommé dans la journée du 17 aout par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, médiateur de la Ligue arabe et de l'ONU en Syrie en remplacement de M. Annan. Nommé en février, Kofi Annan, dont le mandat s'achève officiellement fin août, avait décidé de ne pas poursuivre sa mission de médiation dans la crise syrienne. Il avait expliqué sa décision par la poursuite des violences et des combats entre rebelles et forces du régime syrien de Bachar Al-Assad, ainsi que par le fait qu'il n'avait «pas reçu tous les soutiens que la cause méritait».
Son plan en six points élaboré pour mettre fin au conflit syrien est resté lettre morte.
Diplomate aguerri, M. Lakhdar Brahimi a déjà été émissaire de l'ONU en Afghanistan à la suite des attentats du 11 septembre 2001, puis en Irak après l'invasion de 2003. Il s'est fait déjà connaître en 1989, comme émissaire de la Ligue arabe, en contribuant à la signature d'un accord mettant fin à 17 ans de guerre civile au Liban. Les Etats-Unis qui ont salué l'expérience de M. Lakhdar Brahimi ont souhaité avoir plus de précisions sur le mandat du nouvel émissaire international. «Il nous faut plus de précisions de la part de l'ONU sur le mandat de M. Brahimi à son nouveau poste», a déclaré le porte-parole adjoint du président Barack Obama, Josh Earnest.
Parfum de polémique
Lakhdar Brahimi a précisé dimanche des propos sur la question de savoir si le moment était venu de réclamer le départ du président syrien Bachar al-Assad, lors d'un entretien téléphonique à la chaîne Al-Jazeera du Qatar. «Concernant (la question de savoir) si M. Assad va partir ou pas, je n'ai pas dit que ce n'était pas le moment pour lui de partir», a déclaré le diplomate algérien. Selon des propos rapportés par l'agence Reuters sur la nécessité d'un départ de M. Assad, M. Brahimi avait dit: «Il est bien trop tôt pour que je puisse prendre position sur ce sujet. Je n'en sais pas assez sur ce qui se passe». Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, s'était dit dans un communiqué «choqué» par ces propos et avait réclamé des excuses. M. Brahimi a estimé dimanche que c'était plutôt au CNS de lui adresser des excuses «car ils pouvaient m'appeler et me poser la question», assurant qu'un membre du CNS l'avait contacté samedi sans faire état de reproches de la part de l'organisation. Le diplomate algérien a invité l'organisation à discuter avec lui, tout en insistant: «Cette affaire est très importante, trop importante pour que j'en parle sur Al-Jazeera ou sur d'autres médias». «Je suis actuellement en route pour New York afin de rencontrer les responsables des Nations unies (...). Après cela, je réfléchirai à ce sujet et à d'autres questions», a-t-il encore dit. «Je suis là et tout le monde peut venir (me parler) mais je ne m'adresse pas aux gens à travers les médias (...). Qu'ils m'appellent et nous parlerons de la Syrie comme ils veulent», a-t-il poursuivi. La nomination vendredi par le Conseil de sécurité de l'ONU de Lakhdar Brahimi a été saluée par l'Occident, par la Russie et la Chine et par Damas. Sur le terrain, les opposants expriment cependant souvent leur frustration devant ce qu'ils considèrent comme l'impuissance de la communauté internationale à mettre fin à la répression.
Entretien à Paris entre Brahimi et le président Hollande
Le nouveau médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, M. Lakhdar Brahimi, s'entretiendra lundi après-midi à l'Elysée de la crise syrienne avec le président français François Hollande, a annoncé une source officielle. M. Brahimi devait être reçu à 16h30 (14h30 GMT) par M. Hollande, a indiqué la présidence française dans un communiqué. Le président français s'entretiendra aussi de la crise syrienne mardi matin avec son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, de retour d'une tournée dans la région, selon la même source.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.