Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Il ne s'agit plus d'éviter la guerre civile, mais de l'arrêter»
LAKHDAR BRAHIMI, NOUVEAU MEDIATEUR DE L'ONU POUR LA SYRIE, AFFIRME
Publié dans L'Expression le 21 - 08 - 2012

Le nouveau médiateur de l'ONU, Lakhdar Brahimi, reçu hier par le président français, François Hollande
Le diplomate algérien, qui a accepté vendredi le poste d'émissaire spécial de l'ONU pour la Syrie, a fait des déclarations aux médias dans lesquelles il précisa certains points afférents au contexte syrien.
Le nouveau médiateur international pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a affirmé dimanche qu'il ne s'agissait plus d'«éviter» la guerre civile dans ce pays, mais bien de l' «arrêter», au cours d'un entretien avec la chaîne de télévision France 24. «Une guerre civile, c'est la forme de conflit la plus cruelle, quand un voisin tue son voisin et parfois son frère, c'est le pire des conflits», a déclaré M. Brahimi, interrogé dans son appartement parisien. «Il y a beaucoup de gens qui disent qu'il faut éviter la guerre civile en Syrie, moi je crois que nous y sommes depuis déjà pas mal de temps. Ce qu'il faut, c'est arrêter la guerre civile et ça ne va pas être simple», a souligné le diplomate algérien. En Syrie, «le changement est inévitable, un changement sérieux, un changement fondamental, pas cosmétique (...). Il faut que les aspirations du peuple syrien soient satisfaites», a jugé M.Brahimi, sans préciser si le départ du président syrien Bachar Al Assad du pouvoir était nécessaire.
L'opposition syrienne avait critiqué plus tôt dans la journée (dimanche) Lakhdar Brahimi pour ne pas avoir explicitement demandé le départ de Bachar Al Assad. Ancien chef de la diplomatie algérienne, M. Brahimi, 78 ans, a accepté vendredi de prendre la difficile succession de Kofi Annan, au lendemain de la décision du Conseil de sécurité de mettre fin à la mission des observateurs de l'ONU qui étaient chargés de surveiller un cessez-le-feu jamais appliqué.
Nouveau médiateur des Nations unies en Syrie, Lakhdar Brahimi a l'expérience des missions difficiles, après avoir été envoyé de l'ONU en Afghanistan et en Irak. D'autre part revenant sur des propos quant au départ du président syrien, Bachar Al Assad, le nouveau médiateur de l'ONU, a précisé dimanche quant au fait de savoir si le moment était venu de réclamer le départ du président syrien Bachar Al Assad, lors d'un entretien téléphonique à la chaîne Al Jazeera du Qatar: «Concernant (la question de savoir) si M.Assad va partir ou pas, je n'ai pas dit que ce n'était pas le moment pour lui de partir», a déclaré le diplomate algérien, qui doit remplacer Kofi Annan à l'expiration du mandat de ce dernier le 31 août prochain.
Selon des propos rapportés par l'agence Reuters sur la nécessité d'un départ de M.Assad, M.Brahimi avait dit: «Il est bien trop tôt pour que je puisse prendre position sur ce sujet. Je n'en sais pas assez sur ce qui se passe». Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, s'était dit dans un communiqué «choqué» par ces propos et avait réclamé des excuses. M. Brahimi a estimé dimanche que c'était plutôt au CNS de lui adresser des excuses «car ils pouvaient m'appeler et me poser la question», assurant qu'un membre du CNS l'avait contacté samedi sans faire état de reproches de la part de l'organisation. Le diplomate algérien a invité l'organisation à discuter avec lui, tout en insistant: «Cette affaire est très importante, trop importante pour que j'en parle sur Al Jazeera ou sur d'autres médias». «Je suis actuellement en route pour New York afin de rencontrer les responsables des Nations unies (...). Après cela, je réfléchirai à ce sujet et à d'autres questions», a-t-il encore dit. «Je suis là et tout le monde peut venir (me parler) mais je ne m'adresse pas aux gens à travers les médias (...). Qu'ils m'appellent et nous parlerons de la Syrie comme ils veulent», a-t-il poursuivi. La nomination vendredi par le Conseil de sécurité de l'ONU de Lakhdar Brahimi a été saluée par l'Occident, par les alliés de la Syrie comme la Russie et la Chine et par le régime de Damas. Sur le terrain, les opposants expriment cependant souvent leur frustration devant ce qu'ils considèrent comme l'impuissance de la communauté internationale à mettre fin à la répression.
Damas
Parler de guerre civile est «contraire à la réalité»
Le ministère syrien des Affaires étrangères a affirmé hier que qualifier la situation en Syrie de guerre civile était «contraire à la réalité», réagissant ainsi aux propos du nouveau médiateur international Lakhdar Brahimi. «Parler de guerre civile en Syrie est contraire à la réalité et (c'est un terme qui) se trouve uniquement dans la tête des comploteurs. Ce qui se passe sur le terrain, ce sont des crimes terroristes qui visent le peuple syrien et qui sont perpétrés par des bandes salafistes armées soutenues par des pays connus», a indiqué un communiqué du ministère repris par les médias officiels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.