Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hôpitaux et cliniques publiques et privées ne respectent pas les règles : Le tri des déchets hospitaliers fait défaut
Publié dans Le Financier le 12 - 09 - 2012

Le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), Dr Mustapha Khiati a affirmé que des hôpitaux et des cliniques publiques et privées ne respectent pas les règles de tri des déchets hospitaliers qui sont jetés à proximité des agglomérations ce qui les rend plus dangereux que les déchets domestiques. Dans un entretien à l'APS, le Dr Khiati a précisé que ces établissements jettent leurs déchets dans les décharges publiques à proximité des agglomérations», constituant ainsi un grand danger pour la santé du citoyen et pour l'environnement ce qui exige de prendre «des mesures coercitives» dont la fermeture. Il s'agit notamment d'instruments de chirurgie porteurs de virus et des sacs du service obstétrique qui contiennent des produits chimiques dangereux, un vrai foyer à microbes.
Femmes enceintes et enfants les premiers menacés par les virus
Selon le Dr Khiati, les enfants et les femmes notamment les femmes enceintes sont les plus exposés à ces «microbes et mauvaises odeurs» émanant des décharges. Il a précisé que «un sur quatre des habitants à proximité des décharges sont atteints d'affections allergiques, selon une étude réalisée en 2007 par un médecin allergologue à l'hôpital Zemirli (El Harrach). L'étude, estime le Dr Khiati, montre que 24 pc de la population vivant à proximité de la décharge de Oued Smar -fermée et transformée en jardin public- sont atteints d'affections allergiques qualifiant ce taux de «très élevé» par rapport à celui enregistré dans un environnement normal qui est de 9 à 14 pc de la population. Le même spécialiste a mis en garde contre les maladies nosocomiales, rappelant qu'on enregistre annuellement en Algérie «5000 cas contre 100 aux Etats unis», de maladies qui se contractent à cause de la propagation des virus et des microbes par manque d'hygiène. Il a par ailleurs mis en garde contre les dangers qui menacent les agents d'entretien d'autant que certains ne portent pas de gants hygiéniques et des masques de protection. Le président de la Forem a appelé les ministères de la santé et de l'environnement à imposer aux établissements sanitaires et aux pharmacies de réserver des centres spécifiques pour la destruction des déchets hospitaliers. Le problème, selon lui, n'est pas dans les lois régissant cette question, mais l'absence de l'élément coercitif pour pénaliser les contrevenants et l'absence de campagnes de sensibilisation ont poussé les établissements hospitaliers, les pharmacies et les cliniques privées à ne pas se plier à la législation.
Les spécialistes appellent à la mise en place d'incinérateurs modernes
Le Dr Khiati a appelé les autorités concernées à trouver des solutions urgentes et mettre en place des incinérateurs conformes aux normes techniques modernes dans les hôpitaux en procédant au tri des déchets selon leurs variétés dans des sacs de différentes couleurs pour faciliter leur traitement. Il a en outre appelé à la nécessité d'imposer aux hôpitaux et aux cliniques privées et autres services de santé d'élaborer un rapport annuel transparent dans lequel ils confirment la destruction et l'élimination de tous les déchets auquel cas ils seront interdits de poursuivre leurs activités en cas d'infraction à la loi. Pour sa part, le Dr. Soukehal a préconisé, dans ce contexte, la mise en place d'une «nouvelle alternative technologique» de destruction des déchets hospitaliers, dite par «broyage-stérilisation», un procédé adopté en Europe. De son côté, le Dr Achour Ikeni a précisé que le «déchet d'activités de soins (DAS) désigne un déchet issu des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif, dans les domaines de la médecine humaine et vétérinaire». Il a en outre précisé que ces déchets d'activités de soins peuvent être classés en deux catégories, ceux assimilables aux ordures ménagères, c'est-à-dire les déchets domestiques et les déchets non contaminés, et, d'un autre côté, les «déchets à risques infectieux et assimilés» qui sont à éliminer dans des conditions spécifiques, soulignant le caractère alarmant des dangers liés à une destruction partielle et très peu organisée des DAS et des DASRI «malgré les énormes efforts consentis pour l'amélioration des infrastructures sanitaires». Des études récentes sur la problématique de l'élimination des déchets hospitaliers font ressortir que les équipements de traitement des DASRI, incinérateurs notamment, dont sont dotés les établissements hospitaliers sont obsolètes, en panne et polluants pour les patients, les personnels, les riverains et nuisible à l'environnement». Les agents en charge de l'incinérateur ou du brûleur ne sont pas équipés des tenues et des accessoires de sécurité (70% des cas), les déchets imbrûlés sont tels qu'ils sont encore identifiables (47% des cas) et les imbrûlés sont mis dans des décharges publiques malgré leur toxicité (60% des cas)», selon les mêmes études.
Près de 4700 tonnes de déchets hospitaliers au niveau de la wilaya d'Alger
La quantité de déchets hospitaliers produits au niveau de la wilaya d'Alger s'élève à près de 4700 tonnes, selon les statistiques avancées par les établissements hospitaliers et présentées par le directeur de la wilaya d'Alger, M. Messaoud Tebani. Pour l'élimination de ce type de déchets, M. Tebani a recommandé l'usage d'incinérateurs conformes aux normes de protection de l'environnement. Il a rappelé, en outre, que le ministère de l'Aménagement du territoire et de l'environnement a mis en service un incinérateur destiné à l'élimination des déchets hospitaliers à l'hôpital de Kouba dans le cadre d'un partenariat algéro-belge. L'hôpital de Kouba, a poursuivi le même responsable, pourrait ainsi proposer ses services aux établissements hospitaliers avoisinants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.