Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    Recul de plus de 12% des importations durant les 7 premiers mois de 2019    Boukadoum dirigera la délégation algérienne à la 74ème session ordinaire de l'AG de l'ONU    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Série A: La Juventus évite le piège de l'Hellas    Blessé au mollet, Slimani forfait contre Reims    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    PORT D'ALGER : Saisie de plus de 1800 comprimés de psychotropes    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    DISPARITION DE 34 MILLIARDS DES CAISSES DE L'UGTA : Abdelmadjid Sidi-Saïd dans le collimateur    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    L'étrange décision du ministère de l'Enseignement supérieur    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    Chérif El-Ouazzani prend deux matches    Al-Badri nouveau sélectionneur    2 000 logements seront réceptionnés à Jijel d'ici décembre    Grande mobilisation à Aïn Témouchent    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    Il sauve 2 vies et perd la sienne    Le P/APC de Mekla suspendu par le RCD    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    Réfléchir sur le temps long pour comprendre les enjeux du présent    Elle est comment la liberté ?    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    Quel Président pour les Algériens ?    En bref…    47 harraga secourus au large d'Oran    Plus de 3.000 logements sociaux en attente d'attribution: L'affichage des listes des bénéficiaires avant la fin de l'année    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Skikda: Protesta des travailleurs d'ALTRO    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Opérateur système : La consommation atteindra un ‘'pic'' de 9.900 mégawatts en février 2013
Publié dans Le Financier le 16 - 12 - 2012

La consommation en électricité devrait atteindre son ‘'pic'' au mois de février prochain, soit 9.900 mégawatts et sera totalement satisfaite, a annoncé dimanche le directeur général de l'Opérateur système, filiale de Sonelgaz, M. Abdelaali Baddache.
La consommation en électricité durant cet hiver devrait atteindre 8.650 mégawatts en décembre, 9.400 mégawatts en janvier et le pic de 9.900 mégawatts en février, a indiqué M. Baddache, qui écarte tout délestage au cours de cette période grâce aux moyens de production suffisants.
La capacité électrique actuelle permet de couvrir la demande à venir. Si des perturbations surviennent elles sont souvent dues aux intempéries qui endommagent les câbles, a-t-il dit à la radio nationale. Concernant les difficultés d'approvisionnement en électricité rencontrées dans la région du sud-est du pays, elles sont essentiellement causées par les problèmes d'acheminement vers ces localités, a-t-il expliqué.
Pour lui, les coupures sont dues aux conditions socio-économiques qui contribuent à faire grimper la demande résidentielle et à saturer le réseau de distribution d'une part et aux retards enregistrés dans les ouvrages en cours de réalisation, d'autre part. « Actuellement, nous sommes face au challenge de doubler notre capacité de production réalisée depuis 50 ans d'ici cinq ans et l'amener au consommateur', a-t-il précisé. Il s'agit de développer les lignes de transports à travers le pays, soit 12.000 à 15.000 km à réaliser et une cinquantaine de postes et développer les postes de distribution.
«Le programme de réalisation des 10 centrales arrêté jusqu'en 2017 devrait couvrir la croissance de la demande et non la consommation actuelle sachant qu'il y a 300.000 nouveaux raccordements chaque année», explique M. Baddache. «Pour couvrir la demande à long terme, nous devons disposer de 12.000 mégawatts d'ici 2017 avec une réserve légalement arrêtée à 20% de la capacité disponible production».
Le programme d'investissements en matière de développement de la capacité sur les cinq années à venir, porte sur la réalisation du double des installations existantes, développer les lignes de transports à travers le pays, soit 12.000 à 15.000 km à réaliser et près de 50 postes de distribution à développer .
Dans le cadre de ce programme, la centrale de Terga a d'ores et déjà été réceptionnée alors que celle de Koudiet Draoueche enregistre des retards pour des raisons d'essais techniques et devrait être livrée durant l'été 2013, souligne le même responsable. Quant au montant nécessaire aux moyens de production, il dépasse les 12 milliards de dollars d'ici 2017, avec 2 milliards de dollars pour le réseau de transport, et le même montant pour l'infrastructure, soit un coût approximatif de 20 milliards de dollars à engager, selon M. Badache.
La mobilisation de ces investissements passe par des mesures adaptées dont la maîtrise de la demande par une consommation rationnelle, avec toutefois la révision possible de la tarification, a-t-il affirmé. Par ailleurs, le programme des énergies renouvelables ne pourra remplacer l'énergie classique à court terme car les conditions d'investissements au niveau du pays ne sont pas encore réunies, a précisé M. Baddache. Pour l'importation et l'exportation d'électricité, elle est minime, a-t-il souligné, soit de l'ordre de 100 à 150 mégawatts et souvent occasionnelle, dans le cadre de contrats d'échanges entre les pays du maghreb. Dans ce domaine l'Algérie est excédentaire en bilan global avec plus d'exportations que d'importations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.