Rassemblements et meeting: Les précisions de l'ANIE    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Ligue des champions d'Europe: PSG - United, de la revanche dans l'air !    Nouveaux bacheliers: Les préinscriptions, mode d'emploi    Non respect des gestes barrières et hausse des cas de Covid-19: Le wali ordonne l'intensification des contrôles    24 blessés dans sept accidents de la route en 72 h    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    L'Opep+ décidée à prendre les mesures pour stabiliser le marché    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    Comparution de l'ex-wali zoukh    Talaie El Hourriyet appelle ses militants à faire "prévaloir l'intérêt du pays"    214 nouveaux cas dépistés en Algérie    Baisse prévisionnelle des réserves de change à moins de 47 mds/USD    Procès en appel d'Ali Haddad : les plaidoiries de la défense se poursuivent    Sacchi et Capello évoquent la performance de Bennacer !    Première séance pour Benrahma avec West Ham    PLF: la commission des finances réclame davantage de mesures pour sauver les entreprises    OPEP+: Attar insiste sur le respect des engagements pour rééquilibrer le marché    Le projet de l'amendement constitutionnel institue un nouvel Etat fier de son identité et ouvert sur le monde (Hafsi)    Energie: le taux national d'électrification a atteint plus de 98% à fin 2019    Les réserves de change passeront sous la barre des 50 milliards de dollars    NAAMA : Découverte d'une bombe datant de l'époque coloniale    VIANDES BLANCHES : Prise de mesures pour un approvisionnement stable du marché    LAGHOUAT : 03 morts et 06 blessés dans un accident à Aflou    DISTRIBUTION DE LOGEMENTS A MASCARA : Opération d'envergure à l'occasion du 1er novembre    RENCONTRE SUR LE PROJET D'AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL : La fédération nationale de la société civile sensibilise les citoyens    Référendum constitutionnel : Talaie El Hourriyet décide de participer et appelle ses militants à faire prévaloir l'intérêt du pays    Fédération subaquatique (FASSAS): deux candidats pour le poste de président et 11 pour le bureau    A servi et peut servir encore!    Deux policiers enlevés par des membres d'un parti    Violences intercommunautaires dans le fief d'un candidat    Le MC Saïda toujours interdit de recrutement    La CAF propose différentes options pour les 3e et 4e journées    "Nous n'allons pas reconfiner à nouveau"    Lilia Salemkour sur le podium    La rue réclame la réforme de la monarchie en Thaïlande    Tala Amara n'a pas oublié son fils    "Héliopolis" de Djaâfar Gacem en compétition    Plaidoyer pour une Algérie en phase avec la marche du monde    Aux enchères de Christies, 10 millions de dollars pour un recueil de Shakespeare    Les associations religieuses appelées à contribuer à la consolidation du patriotisme    Fonds de commerce «invalide» !    «Monsieur propre»    Tiaret: Un thé à la «Place Rouge»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour une application «stricte» du code déontologique : L'Ordre des pharmaciens veut en finir avec les pénuries
Publié dans Le Financier le 11 - 02 - 2013


La pénurie des médicaments peut être résolue par une application «stricte» du code déontologique régissant l'exercice de la profession de pharmacien, a indiqué lundi à Alger le président de l'Ordre des pharmaciens, le Dr Lotfi Benbahmed. «Assainir le secteur du médicament et veiller à la disponibilité des produits pharmaceutiques passent par plus de rigueur dans l'application des règles de la déontologie du secteur pharmaceutique», a souligné le Dr Benbahmed, lors d'une conférence débat organisée par le Forum du journal «DK News». Il a, dans ce contexte, déploré l'existence de certains pharmaciens, qui, a-t-il souligné, bien qu'ils ne soient pas inscrits à l'Ordre des pharmaciens, exercent dans l'illégalité grâce à la complicité de certains Directeurs de la santé publique (DSP). Le Dr Benbahmed a soulevé, par ailleurs, le cas des vendeurs employés par les pharmacies sans être titulaires de diplômes dans la branche. «Ces derniers vendent, a-t-il déploré, des produits sans prescription médicale et qui peuvent être dangereux pour les malades». «Le médicament est devenu une valeur marchande sur laquelle les maillons de la chaîne (les intermédiaires) se font de gros bénéfices au détriment des citoyens», s'est il indigné. Pour lui, les citoyens doivent bénéficier d'une prestation de qualité au niveau d'officines pharmaceutiques gérées par un personnel qualifié. «Cela permettra de lutter contre les dérives pharmaceutiques comme le détournement de médicaments, la vente illégale de psychotropes ou de produits contrefaits», a-t-il estimé. Le Dr Benbahmed a fait savoir, à cette occasion, qu'une étroite coopération est en cours entre l'Ordre des pharmaciens et les services de la Sûreté nationale (Police judiciaire) pour lutter contre la contre bande des médicaments. Il est important, selon lui, d'assurer une traçabilité du médicament, en responsabilisant les prestataires chargés de les délivrer, ajoutant que le médicament est un produit qui peut s'avérer dangereux et doit être, par conséquence, distribué selon de bonnes pratiques et dans le respect des normes. S'agissant des ressources humaines dans le secteur de la pharmacie, le même responsable a souligné l»'importance» de former les étudiants dans les spécialités accusant un déficit de personnel qualifié. Quant aux pharmacies des zones enclavées qui fonctionnent, jusqu'à l'heure actuelle, sans pharmaciens qualifiés, le Dr Benbahmed a proposé d'orienter les pharmaciens «chômeurs» dans ces régions. Pour sa part, le vice président de l'Ordre des pharmaciens, M. Amir Touafek, a plaidé pour l'implication de tous les opérateurs économiques publics et privés, nationaux et internationaux, dans le développement de l'industrie pharmaceutique en Algérie. «Pour détenir 70% des parts du marché national du médicament, il est nécessaire de développer une industrie notamment par un transfert de technologies et de savoir-faire», a-t-il suggéré.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.