Le nombre de cas de COVID-19 a doublé au cours des six dernières semaines    Wilaya d'Alger : les taxis autorisés à poursuivre leur activité    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Internet en Algérie : La prévention pour plus de liberté
Publié dans Le Financier le 05 - 05 - 2010

L'Etat est contraint d'encourager le développement d'Internet qui est devenu incontournable. Toute mesure coercitive intervenant contre la liberté d'expression sur la toile du net s'installera comme un barrage fixant toutes les bonnes volontés, ont déclaré plusieurs intervenants en marge du séminaire international de lutte contre la cybercriminalité.
La question d'Internet reste paradoxale et se pose entermes du célèbre paradoxe de l'âne de Buridan : faut-il s'ouvrir à Internet et le généraliser à toutes les institutions de l'Etat, à risques et périls ? ou faut-il en avoir peur et prôner la tyrannie du statu quo et le renfermement? De prime abord, il faut diagnostiquer les risques, mettre les balises techniques et juridiques et, enfin, conjuguer ces résultats pour donner plus de protection et de liberté aux institutions et aux internautes algériens. En d'autres termes, plus de prévention et de protection pour plus de liberté. Seule cette approche peut conduire à une évolution de l'Internet dans notre pays, relève-t-on. Dans cette optique, ce séminaire international porte justement sur l'identification des risques de la criminalité informatique sur la sécurité nationale et des personnes : pornographie infantile, racisme, apologie du terrorisme, incitation à la consommation des drogues, usurpation d'identité… Djamel Bouzertini, le directeur général du centre de recherche juridique et judiciaire (CRJJ), a expliqué, à ce sujet, que tout plan de prévention des aléas et des risques de l'Internet a pour but la protection de l'institution et les internautes contre ce fléau, ajoutant que «l'idée est de ne pas fermer ou interdire l'accès à Internet mais, plutôt, de l'encourager dans la mesure».
Pour une assise juridico-légale
En attendant l'installation d'un organe pour lutter contre la cybercriminalité, annoncée hier, le législateur algérien doit combler les failles juridiques du «code pénal » dans ce domaine. «Un organe spécialisé et opérationnel de lutte contre la cybercriminalité sera prochainement mis en place, dès que le texte réglementaire de lutte contre ce fléau, en voie de finalisation, verra le jour sous forme de décret», a déclaré le même responsable, Djamel Bouzerti. Cet organe dont les contours ne sont pas encore précis sera, a priori, installé dès qu'une assise juridique sera établie pour étayer les décisions y émanant. A cet effet, le directeur du CRJJ a ajouté que cette loi «mettra un certain temps pour qu'elle puisse s'intégrer dans le paysage législatif et judiciaire», précisant, dans cette optique, que «le rôle du CRJJ et de faire la promotion des nouvelles lois, à l'instar de celle se rapportant à la lutte contre la cybercriminalité». Cet organe réunira une centaine de magistrats ainsi que des officiers de police judiciaire spécialisés dans la cybercriminalité, a-t-on également appris. Selon Djamel Bouzerti a indiqué que l'Algérie va se sustenter des expériences des pays développés, à l'instar des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la France, pour asseoir son assise juridique dans le domaine. «Le CRJJ vise la réalisation d'une approche législative et opérationnelle entre l'Algérie et les pays ayant une grande expérience dans la cybercriminalité, à l'instar de La police judiciaire et la gendarmerie nationale possèdant déjà des équipes de cyberenquêteurs qui ont bénéficié de formation de haute qualité à l'étranger », a déclaré le même responsable. Et d'ajouter que «cinquante magistrats ont reçu aussi une formation dans ce domaine en France et en Belgique». Les interventions se sont également focalisées sur la définition du plan de la prévention. Le mot d'ordre : il faut élaborer un dispositif législatif doté de mesures et règles de fond, tant en droit civil que pénal. «Ce dispositif existe en Algérie, mais il ne peut être efficace que s'il est accompagné d'une politique de formation des acteurs de la lutte (agents de sécurité chargés des enquêtes dans le cyberespace et les magistrats en charge des poursuites et des jugements). Le personnel chargé de la lutte doit être doté aussi de matériel performant», ont annoncé plusieurs intervenants. Dans la foulée de ces recommandations, il faut maintenir constamment l'information et la sensibilisation des utilisateurs (institutions ou particuliers) sur les risques de la cybercriminalité à tous les niveaux, en commençant par les écoles.
Pour un monde global, il faut une lutte globale
Djamel Bouzertini a souhaité que les Etats renforcent la coopération internationale de manière continue. C'est d'ailleurs, l'un des principaux axes du plan algérien qui veut, par l'intermédiaire de la diplomatie, trouver les mécanismes d'une synergie entre les Gouvernements. Ce plan algérien de lutte contre la cybercriminalité qui se veut global est axé sur trois fondements : techniques, sécuritaires et judiciaires. In fine, séminaire international, de deux jours, sur la lutte contre la cybercriminalité a pour objectif de mettre en place une coordination entre les différentes institutions concernées et permettre une utilisation sécurisée de l'Internet par l'enseignement des techniques performantes d'enquête. La rencontre, qui réunit des experts américains, français et britanniques ainsi qu'un représentant d'Interpol, porte aussi sur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.