«Nous n'allons pas applaudir tout ce que fera le système»    Prison ferme pour l'ancien patron de l'Office du hadj    FAF... la mascarade continue    Pagaille dans les bureaux de poste    En attendant l'hydrogène bon marché    Les «ratés» de l'ancienne feuille de route    La magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Les travaux auront lieu jeudi soir au Sheraton    Le Ghanéen Kwame Opoku passe la visite médicale    Prochaine création d'un centre de vaccinologie    Le Cnapeste maintient la pression    Tadjine el kemmoun    Their Algeria décroche le prix spécial du jury    Démenti    Des journalistes reviennent en... autostop !    ils ont réussi à marcher    La marche de la communauté universitaire empêchée    Trois marchés de vente promotionnelle ouverts    L'espoir d'une reprise    Une coalition d'ONG plaide pour une "nouvelle approche"    L'Algérie œuvre à l'élimination totale des ADM    Pas de diffusion télé pour le feuilleton "Babor Ellouh"    Rassemblement sur le parvis Matoub-Lounès à Paris    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Tebboune nomme Ahmed Rachedi Conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    6 habitudes alimentaires pour lutter contre la fatigue chronique    Le CRA ouvre un restaurant «Rahma» à la Médiathèque: 400 repas quotidiennement pour les démunis    El Tarf: Le gaz de ville pour Oued Djenane    Ligue 2 - Groupe Centre: Six postulants au coude-à-coude    Primauté du sucre et de l'huile contrariée    Sétif: Un atelier clandestin de fabrication d'armes démantelé    112ème mardi de protestation: Les étudiants au rendez-vous au premier jour du Ramadhan    La vitamine DZ, seule source d'énergie locale !    Le complexe de l'automobile    Saidal fabriquera du Levothyrox    La dispute royale en Jordanie embarrasse l'Arabie saoudite    Un constat sans complaisance    Mortellement poignardée par son mari    Azra scintille à tigzirth    Flambée vertigineuse des prix des produits alimentaires    L'Iran met en garde Washington contre le «sabotage» et les «sanctions»    David Luiz sur le départ    Un ultimatum pour Cavani    Ramos positif au coronavirus    Une grave provocation    Alors, c'est In Salah ou Aïn Salah?    La librairie «Cheikh» renoue avec les ventes-dédicaces    L'amour à l'italienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie table sur 76 milliards de dollars en 2008
Recettes pétrolières
Publié dans Le Maghreb le 13 - 12 - 2008


Les recettes pétrolières de l'Algérie pourraient s'établir entre 75 et 76 milliards de dollars pour l'année 2008, a déclaré jeudi le ministre de l'Energie et des Mines, M. Chekib Khelil. Malgré cette révision à la baisse des prévisions des recettes pétrolières du pays qui tablaient en mai dernier sur un montant de 80 milliards de dollars, " les revenus attendus allant entre 75 et 76 milliards de dollars restent un record " pour l'Algérie, a indiqué M. Chakib Khelil dans une interview à la Radio nationale. La chute des cours mondiaux du pétrole s'est traduite pour l'Algérie d'une baisse de l'ordre de 5 milliards de dollars depuis juillet jusqu'à maintenant, a précisé le ministre. Les revenus pétroliers de l'Algérie s'étaient établis à 59 Milliards de dollars en 2007. L'année avait bien commencé pour l'Algérie. Les recettes avaient atteint un montant de 32 milliards de dollars durant la période de janvier au 15 mai 2008. Ce montant représentait plus de 54% des recettes des exportations des hydrocarbures de l'Algérie sur toute l'année 2007. Le ministre de l'Energie avait alors estimé que les revenus pétroliers de l'Algérie pourraient s'élever à 80 milliards de dollars à la fin 2008 si les prix du pétrole restent à leur niveau actuel. La contraction du prix du pétrole vers 30 dollars, voire moins, est, bien entendu, une fort mauvaise nouvelle, mais ce n'est pas la catastrophe absolue. Avec des réserves de change qui avoisineraient, à la fin 2008, les 150 milliards de dollars, l'Algérie a les moyens de couvrir ses importations pendant 3 ans au moins, même si le baril atteint son niveau plancher. Toutefois, l'assurance que fournissent ces chiffres n'est pas tout à fait absolue. En effet, concernant l'impact de la crise financière qui secoue les marchés financiers mondiaux sur les revenus de l'Algérie, tirés principalement de la fiscalité pétrolière, il n'est pas à écarter des répercussions à l'avenir sur l'économie nationale, et ce, en tenant compte de la récession économique que cette crise risque d'engendrer avec ce que cela induit comme recul de la demande pétrolière sur les marchés internationaux. D'ailleurs, le président de la République a noté, lors du dernier Conseil des ministres, que la crise a montré la fragilité actuelle de notre économie et l'illustration de " notre aisance financière ". La crainte de ce genre de récession nous impose des réflexes plus pragmatiques dont la réhabilitation de la valeur travail et de la pérennité du développement durable, avait affirmé le président de la République.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.