DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





B. Derais se lance dans la réalisation de " L'Inspecteur Lob "
Après avoir produit " Morituri " d'Okacha Touita
Publié dans Le Maghreb le 04 - 10 - 2009


Bachir Derais, un ancien technicien de la défunte ENPA (Entreprise nationale de production audiovisuelle) semble puiser plus que tout le monde dans l'œuvre de Yasmina Khadra, largement explorée, adaptée au théâtre comme au cinéma. Après avoir produit, " Morituri" de Okacha Touita, un policier adapté du roman éponyme de Yasmina Khadra, qui n'a pas eu grand succès, et après avoir signé quelques comédies, politiquement correctes comme, " Gourbi palace " et " 10 millions de centimes", Bachir Derrais se remet sur un autre chantier Khadra, " L'inspecteur Lob." Ce chantier a été déjà lancé mercredi dernier à Bouira, la ville d'où il est originaire, avant le projet titanesque de "Ce que le jour doit à la nuit", une superproduction de 20 millions d'Euros que signera Arcady et à laquelle Derrais prendra part en tant que partenaire. Voilà donc que le premier tour de manivelle de l' "Inspecteur Lob " a été donné tandis que les premières prises de vue extérieures de ce film adapté des série polars de Khadra ont été faites. Le tournage des scènes s'est déroulé à la gare ferroviaire de Bouira, dans l'attente du déplacement de l'équipe du tournage vers le décor épique de la station climatique de Tikjda, dans le haut Djurdjura, où elle compte tourner d'autres scènes pendant une dizaine de jours. Les enquêtes de l'inspecteur Lob comporteront six épisodes de 60 mn avec Abbas Zamani, Lyès Salem (réalisateur de Mascarades) Sid Ali Kouiret, et pour la première fois, Nadia Kaci, une des mascottes de Nadir Mokhnéche, sollicitée d'ailleurs dans quatre des longs métrages qu'il a paraphé. Les œuvres de Yasmina Khadra dont la notoriété nous était parvenue autour des années 2000à partir de l'étranger, précisément de France, n'ont cessé de faire l'objet d'adaptation que ce soit au théâtre, au cinéma ou en littérature. Les éditions Barzakh connues pour être très élitistes, avaient même créé une édition parallèle qui ne s'occuperait que de ce genre là. L'éditeur avait sollicité des journalistes et autre scribes pour lui inventer un récit où se mêlent crime et intrigues. Des livres, en petit format ou de poche comme on dit, étaient nés, puis plus rien. Pas autant de succès que Yasmina Khadra l'hégémonique, la preuve, c'est que ce genre qui semble-t-il n'a pas fait recette, n'est plus soutenu. Yasmina Khadra lui-même s'en est détourné. Son pavé de "Ce que le jour doit à la nuit ", dernier roman salué par la critique française d'abord puis la nôtre ensuite, est un retour vers l'espace temps de la guerre de la révolution, quand Yasmina Khadra était enfant et n'avait pas encore ses galons de militaire. Son polar, "Morituri" adapté au grand écran n'a pas beaucoup convaincu, même pas l'écrivain d'ailleurs qui avait avoué lui-même, qu'il n'était pas évident de rendre un texte de façon authentique sur le grand écran. Notre cinéma qui s'inspirait dans les années 70 du thème de la révolution, puis des thèmes sociaux, puis du terrorisme, puis des harragas, n'a jamais abordé les intrigues policières. Une première donc avec " Morituri", puis récemment avec, Kindy de Ameur Bahloul, (mais qui c'est celui là ?). Omar Bahloul ? Il a fait un peu de télé, petit reporter inconnu, puis vite il ouvre une boite, Maghreb Film, que vous risquez de voir dans les génériques de toutes les productions télévisuelles, à l'époque de Habib Chawki. Ce film qui était à l'affiche de toutes nos salles durant le mois de ramadhan via la boite Isser Arts Prod, a même été au festival du film international d'Alexandrie qui s'est déroulé du 04 au 10 août. Pour sa distribution locale, on a créé sous le haut patronage du ministère de la Culture un slogan spécial pour Kindy, " Le cinéma partout et pour tous ". C'est le même Sid Ahmed Agoumi qu'on a déjà vu dans, " Morituri" qu'on retrouve dans, "Kindy ". Hasard ? Peut être et pourquoi pas ! Signé par Mourad Bouboune, (qui c'est celui là encore ?), ce film raconte selon le synopsis, le patriotisme du commissaire KINDY. Lob ou Kindy, y a de quoi réfléchir ! Par Rebouh H

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.