Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





B. Derais se lance dans la réalisation de " L'Inspecteur Lob "
Après avoir produit " Morituri " d'Okacha Touita
Publié dans Le Maghreb le 04 - 10 - 2009


Bachir Derais, un ancien technicien de la défunte ENPA (Entreprise nationale de production audiovisuelle) semble puiser plus que tout le monde dans l'œuvre de Yasmina Khadra, largement explorée, adaptée au théâtre comme au cinéma. Après avoir produit, " Morituri" de Okacha Touita, un policier adapté du roman éponyme de Yasmina Khadra, qui n'a pas eu grand succès, et après avoir signé quelques comédies, politiquement correctes comme, " Gourbi palace " et " 10 millions de centimes", Bachir Derrais se remet sur un autre chantier Khadra, " L'inspecteur Lob." Ce chantier a été déjà lancé mercredi dernier à Bouira, la ville d'où il est originaire, avant le projet titanesque de "Ce que le jour doit à la nuit", une superproduction de 20 millions d'Euros que signera Arcady et à laquelle Derrais prendra part en tant que partenaire. Voilà donc que le premier tour de manivelle de l' "Inspecteur Lob " a été donné tandis que les premières prises de vue extérieures de ce film adapté des série polars de Khadra ont été faites. Le tournage des scènes s'est déroulé à la gare ferroviaire de Bouira, dans l'attente du déplacement de l'équipe du tournage vers le décor épique de la station climatique de Tikjda, dans le haut Djurdjura, où elle compte tourner d'autres scènes pendant une dizaine de jours. Les enquêtes de l'inspecteur Lob comporteront six épisodes de 60 mn avec Abbas Zamani, Lyès Salem (réalisateur de Mascarades) Sid Ali Kouiret, et pour la première fois, Nadia Kaci, une des mascottes de Nadir Mokhnéche, sollicitée d'ailleurs dans quatre des longs métrages qu'il a paraphé. Les œuvres de Yasmina Khadra dont la notoriété nous était parvenue autour des années 2000à partir de l'étranger, précisément de France, n'ont cessé de faire l'objet d'adaptation que ce soit au théâtre, au cinéma ou en littérature. Les éditions Barzakh connues pour être très élitistes, avaient même créé une édition parallèle qui ne s'occuperait que de ce genre là. L'éditeur avait sollicité des journalistes et autre scribes pour lui inventer un récit où se mêlent crime et intrigues. Des livres, en petit format ou de poche comme on dit, étaient nés, puis plus rien. Pas autant de succès que Yasmina Khadra l'hégémonique, la preuve, c'est que ce genre qui semble-t-il n'a pas fait recette, n'est plus soutenu. Yasmina Khadra lui-même s'en est détourné. Son pavé de "Ce que le jour doit à la nuit ", dernier roman salué par la critique française d'abord puis la nôtre ensuite, est un retour vers l'espace temps de la guerre de la révolution, quand Yasmina Khadra était enfant et n'avait pas encore ses galons de militaire. Son polar, "Morituri" adapté au grand écran n'a pas beaucoup convaincu, même pas l'écrivain d'ailleurs qui avait avoué lui-même, qu'il n'était pas évident de rendre un texte de façon authentique sur le grand écran. Notre cinéma qui s'inspirait dans les années 70 du thème de la révolution, puis des thèmes sociaux, puis du terrorisme, puis des harragas, n'a jamais abordé les intrigues policières. Une première donc avec " Morituri", puis récemment avec, Kindy de Ameur Bahloul, (mais qui c'est celui là ?). Omar Bahloul ? Il a fait un peu de télé, petit reporter inconnu, puis vite il ouvre une boite, Maghreb Film, que vous risquez de voir dans les génériques de toutes les productions télévisuelles, à l'époque de Habib Chawki. Ce film qui était à l'affiche de toutes nos salles durant le mois de ramadhan via la boite Isser Arts Prod, a même été au festival du film international d'Alexandrie qui s'est déroulé du 04 au 10 août. Pour sa distribution locale, on a créé sous le haut patronage du ministère de la Culture un slogan spécial pour Kindy, " Le cinéma partout et pour tous ". C'est le même Sid Ahmed Agoumi qu'on a déjà vu dans, " Morituri" qu'on retrouve dans, "Kindy ". Hasard ? Peut être et pourquoi pas ! Signé par Mourad Bouboune, (qui c'est celui là encore ?), ce film raconte selon le synopsis, le patriotisme du commissaire KINDY. Lob ou Kindy, y a de quoi réfléchir ! Par Rebouh H

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.