Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bachir Derrais signera " Le commissaire Llob "
Après avoir produit "Morituri" de Okacha Touita
Publié dans Le Maghreb le 12 - 04 - 2010


Quand un écrivain ou un artiste se fait un nom, Bachir Derrais, un ancien technicien de la défunte ENPA (Entreprise nationale de production audiovisuelle), devenu producteur puis réalisateur, n'est jamais loin. En 2004, alors que l'écrivain algérien Yasmina Khadra était au sommet de sa gloire, Derrais décide de produire " Morituri", l'un des romans de l'auteur de "Les hirondelles de Kaboul " en confiant la réalisation à Okacha Touita. Le film, qui a reçu un soutien du CNC, du ministère de la Culture, de l'ENTV et de "Alger capitale de la culture arabe " sort en 2007, mais sans réel succès. Yasmina Khadra reconnaît lui-même qu'une adaptation d'un livre à l'écran n'est jamais parfaite. Comme s'il voulait perfectionner cette œuvre qui n'a pas fait grand bruit, Bachir Derrais récidive avec le commissaire Llob, le personnage qui évoluera dans la trilogie des polars signés Yasmina Khadra. Llob n'est ni plus ni moins qu'un justicier qui traque sans fioriture aucune des malfaiteurs et autres trafiquants de tous bords. Un belle image des services de sécurité ! D'ailleurs l'avant-dernière séquence de "Le commissaire Llob " a été bouclée la semaine dernière, dans les montagnes de Tikjda, dans la wilaya de Bouira. Selon le réalisateur, il ne reste plus qu'a filmer la dernière séquence devant se dérouler dans un commissariat et le film sera définitivement mis en boite. " Le commissaire Llob " est un long métrage qui sera fractionné en six épisodes d'une heure chacun destinés au petit écran. L'on sent bien qu'il n'y a aucune différence entre "Morituri " et "Le commissaire Llob" car la trame policière ainsi que les intriques sont les mêmes, sauf que Bachir Derrais a refait son casting. Il n'y aura plus de Miloud Khatib, l'excellent comédien qui a campé le rôle de l'inspecteur Llob car celui-ci sera remplacé par Abbas Zaâmani. Pour ne pas changer, le réalisateur a également fait appel à celui qui a cassé la baraque avec son hégémonique "Mascarades ", Lyes Salem et aussi le très réputé Sid Ahmed Agoumi dans le rôle du commissaire de police. D'autres têtes non moins connues ont également été distribuées, à l'image de Rachid Farès, Sid Ali Kouiret, Nadia Kaci, Mourad Khan, Hassan Kechache, Mustapha Laribi. Dans ce polar, un genre nouveau dans notre cinéma, introduit par la porte de la littérature, le commissaire Llob enquête loin d'Alger. Il va traquer la mafia de l'import-export dans un univers de magouilles, d'intrigues et de coups bas où l'action demeure souvent le maître mot. Aussitôt bouclé, Bachir Derrais puisera encore dans les textes de Yasmina Khadra et cette fois-ci il va explorer "Le Dingue du bistouri ", l'un des ses premiers polars. Il aura également à puiser prochainement dans les récits de l'écrivain super médiatisé, Hamid Grine, en ce sens qu'il a déjà annoncé qu'il mettrait en boite son dernier roman, "Il ne fera pas long feu." Un roman qui aborde les disfonctionnements de la presse écrite. Pour avoir été journaliste dans plusieurs canards, Hamid Grine livre quelques unes des facettes de cette presse qu'il connaît de l'intérieur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.