A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Chili attend une croissance de 4,5 % en 2010
Premier pays d'Amérique du Sud à entrer à l'OCDE
Publié dans Le Maghreb le 17 - 01 - 2010

Le Chili a adhéré lundi à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), devenant ainsi, sauf improbable vote défavorable du Congrès, le deuxième membre latino-américain de cette organisation qui réunit désormais les 31 pays les plus riches du monde. Ce pays moteur de la croissance sud-américaine lors de la décennie écoulée était engagé dans des négociations d'adhésion depuis 2007 aux côtés de l'Estonie, de la Fédération de Russie, d'Israël et de la Slovénie.
Il a reçu une invitation officielle à rejoindre l'OCDE le 15 décembre, 24 heures après que l'organisation l'eut retiré de la liste "grise" des paradis fiscaux. Son adhésion doit encore être ratifiée par le Congrès chilien, mais il s'agit d'une formalité, la majorité des partis politiques y étant favorables. "Avec le Chili, l'organisation devient plus inclusive et plurielle", a affirmé José Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, lors de la signature de l'accord d'adhésion à Santiago. "En tant que pays sud-américain à revenu intermédiaire, nous apporterons une nouvelle perspective dans les débats que l'OCDE consacre au développement économique et social mondial", a déclaré Andres Velasco, ministre chilien des finances. "Nous souhaitons vivement faire partager notre expérience dans des domaines comme la réforme des retraites, la réglementation du secteur bancaire, la politique budgétaire contracyclique et l'égalité sociale", a-t-il ajouté. Au cours des deux années qu'ont duré les négociations en vue de l'adhésion, le Chili a dû se débarrasser de sa réputation de paradis fiscal. L'invitation à rejoindre le club des pays riches témoigne de la reconnaissance des efforts déployés par le gouvernement de centre gauche pour développer son économie de marché. L'entrée à l'OCDE est intervenue à la veille du second tour de l'élection présidentielle, dimanche 17 janvier, où le candidat de droite, Sebastian Piñera, est donné favori face à l'ancien président démocrate-chrétien Eduardo Frei (1994-2000), de la coalition de centre gauche qui gouverne depuis la fin de la dictature militaire du général Pinochet (1973-1990). Une victoire de M. Piñera marquerait le premier retour au pouvoir par les urnes de la droite depuis cinquante-deux ans. Le prochain président bénéficiera d'un scénario favorable avec un retour de la croissance depuis novembre 2009, après un an de récession. La croissance devrait atteindre 4,5 % en 2010, selon la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (Cepal). Ce regain repose en partie sur l'activité minière, le cuivre notamment, dont le Chili est le premier exportateur mondial. Le cuivre représente plus de 50 % des exportations.
Le géant public du cuivre, Codelco, avait affronté, début janvier, sa première grève depuis treize ans sur son site de Chuquicamata (1 650 km au nord de Santiago), la plus grande mine de métal rouge à ciel ouvert au monde. Les 56 000 salariés de la mine ont repris le travail, le 5 janvier, acceptant une hausse de salaire de 4 % et une prime de 24 000 dollars (16 500 euros) comme participation aux gains obtenus sur le marché mondial des métaux fin 2009, avec l'envolée des cours du cuivre. Pour la première fois depuis soixante-quatorze ans, le coût de la vie a baissé de 1,4 % en 2009.
Le Chili avait enregistré une inflation de 7,1 % en 2008. L'économie n'a pas été un enjeu pendant la campagne électorale, les deux candidats garantissant le modèle économique libéral, à l'origine du "miracle chilien". Les politiques contracycliques adoptées par Mme Bachelet, avec une épargne et la constitution de réserves quand le cuivre était au plus haut, pour pouvoir déployer un filet de sécurité sociale en temps de crise, n'ont pas été remises en cause par la droite. M. Piñera a assuré que, s'il était élu, "il poursuivrait de nombreuses politiques de la présidente". Mme Bachelet termine sa présidence avec 75 % de popularité, mais la Constitution lui interdisait de briguer un second mandat. Les principaux défis du futur gouvernement sont le chômage (près de 10 %), qui touche particulièrement les jeunes (25 % des 15-24 ans), et les inégalités sociales, qui subsistent malgré des programmes sociaux qui ont permis d'abaisser le taux de pauvreté à 13,7 %. D'après le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), 10 % de la population concentre près de 50 % des revenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.