Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Feux de forêts: le Haut commandement de l'ANP mobilise des hélicoptères    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trouver de nouveaux débouchés pour le gaz algérien
Des contrats gaziers avec l'Europe en cours de révision
Publié dans Le Maghreb le 27 - 05 - 2010

Les Européens semblent bien décidés à enfoncer les prix du gaz vendu sur les marchés à long terme. Ainsi, après la Russie, voilà que l'UE s'attaque à Sonatrach. En effet, selon le quotidien économique espagnol, L'Expansión, l'exploitation du gazoduc Medgaz, qui devrait être opérationnelle en juillet, pourrait être encore retardée de plusieurs mois à cause de la crise économique et financière qui touche l'Espagne et qui a conduit à une baisse de la demande de gaz. Medgaz est exploité par un consortium composé des groupes espagnols Endesa (12%), Iberdola (20%), Cepsa (20%), du français GDF Suez (12%) et de Sonatrach (36%), qui est également le fournisseur des autres partenaires à travers des contrats à long terme. A cause de la conjoncture espagnole, ces contrats, qui n'étaient pas encore signés, sont désormais en cours de révision, précise l'Expansión. Comprendre : Sonatrach n'est plus en position de force avec ses partenaires européens comme cela a été le cas il y a encore une année Dans ce contexte de baisse de la demande, les partenaires de Sonatrach veulent négocier des prix à la baisse avec la compagnie nationale.
Il faut savoir que ça s'inscrit dans un mouvement global. En effet, le français GDF Suez mène des discussions avec le holding gazier russe Gazprom sur la renégociation des conditions de fourniture de gaz à long terme. L'allemand E.ON Ruhrgas a aussi récemment demandé à Gazprom de baisser le prix du gaz prévu par leur contrat à long terme ou de changer certaines clauses dans les contrats de fourniture de bleu. Ces exigences tenaient compte de la situation sur le marché du gaz où la demande est en baisse en raison de la crise économique mondiale. Gazprom, qui indexait jusqu'ici ses prix sur ceux du pétrole, a accepté de vendre une partie du gaz aux prix spot (à court terme) qui sont environ 25% inférieurs aux prix des contrats à long terme. Par ailleurs, le président de l'Union européenne de l'industrie du gaz naturel (Eurogas), Domenico Dispenza, a estimé que les accords à long terme sur la livraison de gaz à l'Europe doivent pouvoir subir des modifications, compte tenu de la conjoncture économique. Il faut dire que lors de la dernière réunion du Forum des pays exportateurs de gaz à Oran , les déséquilibres marquant le marché gazier, issus du développement du marché spot ont clairement été mis en avant, ce qui a poussé les participants a afficher leur attachement aux contrats à long terme. Les prix sur les marchés organisés du gaz sont en effet ridiculement bas, comparés aux prix des contrats à long terme, indexés, eux, sur le prix du pétrole : moins de 4 dollars le million de BTU à New York, moins de 5 dollars au Royaume Uni, alors que le prix contractuel tourne autour de 11 dollars. C'est pourquoi à Oran, la Russie n'a cessé de répéter son attachement aux contrats à long terme, mais aussi son désir de voir les prix spot du gaz indexés, à leur tour, sur les prix du pétrole . Aussi, la compagnie nationale des hydrocarbures veut opérer une offensive commerciale de taille mais en gardant bien à l'esprit de se positionner sur les marchés à long terme. le groupe Sonatrach a annoncé qu'il négociait actuellement des contrats de livraisons à long terme de GNL avec quelques pays asiatiques. La Sonatrach mise donc sur la diversification de ses clients tout en misant sur les contrats à long terme. Ce qui semble être l'option la plus rentable, d'autant plus que la demande mondiale de gaz naturel liquéfié (GNL) continuera à gagner en importance même si d'autres sources d'énergie non conventionnelle ont fait leur apparition. Notons, dans ce sens, que le GNL représente 50% des échanges commerciaux du secteur des hydrocarbures dans le monde.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.