Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Strauss-Kahn pour une autre économie
FMI
Publié dans Le Maghreb le 20 - 11 - 2010


Le directeur du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn a jugé aujourd'hui que l'économie mondiale d'après-crise ne pourrait pas ressembler à celle d'avant crise, lors d'une conférence à Francfort (ouest de l'Allemagne). "Nous devons résoudre les problèmes un par un et imaginer le prochain système, qui ne pourra être basé que sur la coopération", a-t-il fait valoir. Concernant plus particulièrement la zone euro, dans la tourmente pour cause de nouvelle crise budgétaire de l'un de ses membres, l'Irlande, M. Strauss-Kahn a jugé que "les intérêts nationaux peuvent être en conflit avec ceux de la zone euro dans son ensemble". Mais les membres de cette zone "doivent travailler ensemble" et comprendre que "plus on devient grand", plus la responsabilité doit être partagée, a-t-il souligné. M. Strauss-Kahn a par ailleurs répété que "soutenir la croissance (était) absolument nécessaire même si cela a des effets secondaires".Reçu jeudi à l'Elysée, le directeur du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn, ne partage pas le même calendrier que Nicolas Sarkozy en matière de réforme du système monétaire. S'il a des idées, le patron du FMI a assuré qu'il n'y avait pas urgence. Sarkozy veut au contraire accélérer les choses l'année prochaine. La France a fait de la réforme du système monétaire international l'une des priorités de sa présidence du groupe des pays riches et émergents du G20. Au sommet prévu à Cannes en novembre 2011, elle s'attend à être jugée sur ses résultats. Le plan de Nicolas Sarkozy pour la présidence française du G20. Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn ont eu l'occasion d'échanger leurs points de vue sur la question lors d'une rencontre à l'Elysée mercredi. A l'issue de cette entrevue, le directeur du FMI exprimait ce que certains verront comme des doutes, d'autres comme un encouragement : "Le programme tel qu'il se dessine est un programme ambitieux". Le FMI n'a pas le même sens de l'urgence. Régulièrement, Dominique Strauss-Kahn soutient que le système monétaire centré autour du dollar est loin d'être désuet. "Apparemment le dollar est toujours la monnaie de réserve la plus importante, et la devise à laquelle les gens font confiance au final", déclarait-il dans un entretien publié jeudi par l'hebdomadaire allemand Stern. "Nous irions mieux, bien sûr, si nous développions un système avec plusieurs monnaies de réserve : l'euro, le yen, peut-être même le yuan chinois ou les Droits de tirages spéciaux du FMI (...) Un tel système serait meilleur. Mais la réalité a l'air assez différente", signalait-il. Dominique Strauss-Kahn peut compter sur l'expertise de ses fonctionnaires internationaux quand il affirme que le FMI a pour rôle "de servir de boîte à outils au G20".

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.