Algérie-France: le rôle de la diplomatie parlementaire dans la promotion de la coopération bilatérale souligné    «Il n'y aura plus de seul maître à bord»    L'ex-directeur de l'Ecole de police réhabilité    L'AIE prévoit un ralentissement de la croissance dès 2025    T'as du crédit sous le capot ?    Un secteur industriel important et diversifié    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    Entraînement spécifique pour Slimani    Le stade du 5-Juillet sera fermé pour deux mois    Boudebouz, la renaissance sous Puel    Allik évoque la première défaite de la saison et la situation du Chabab    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    2 trafiquants de psychotropes arrêtés    Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Rassemblements et marches «pro-élection» perturbés à Annaba, Laghouat et Tindouf : Une précampagne sous tension    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    La consommation de l'huile d'olive ne dépasse pas le 1,5 kg/an par personne en Algérie"    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Ténès: Le diabète mobilise    Installation du nouveau procureur général Kardoun Saber    Le sixième candidat    Institut Cervantès d'Oran: Un concours de dessins et une exposition au programme samedi    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Des morts dans des manifestations anti-Condé    Acquittement pour 5 prévenus    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Election présidentielle du 12 décembre prochain La Charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Pas de changement de calendrier    Un plan d'action pour définir les entraves    L'agriculture dans la wilaya contribue à hauteur de 3% à l'économie nationale    «Bien entamer la campagne»    «Brahimi s'est absenté pour des raisons familiales»    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une quarantaine d'apiculteurs à la 10e Foire nationale du miel à Alger
Publié dans Le Maghreb le 27 - 11 - 2010

L'apiculture en Algérie possède de réelles possibilités de se développement eu égard aux immenses potentialités qui ne demandent qu'à être exploitées et certaines sources bibliographiques situent même ces potentialités entre 20.000 à 40.000 tonnes de miel/an. Aussi, la 10e foire nationale du miel s'est ouverte jeudi à Alger avec la participation d'une quarantaine d'apiculteurs représentant plusieurs wilayas du pays pour exposer outre leurs miels, d'autres produits apicoles. L'édition de cette année "marque l'évolution significative de la production de cette filière au cours de ces deux dernières années avec une production de 48.000 tonnes (48 millions de kg) contre 33.000 tonnes en 2008", souligne un des organisateurs. La filière s'est assignée comme objectif d'atteindre 100.000 tonnes de production de miels d'ici 2014. Cette manifestation commerciale a été inaugurée par le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Rachid Benaïssa et le président de la Fédération algériennes des Apiculteurs et chercheurs, Mahmoud Lekhal, en présence des responsables de l'Assemblée populaire communale de Gué de Constantine. Quelques 13 variétés de miel ont été exposés en plus d'autres produits apicoles comme la cire au naturel ou transformée à des objets de décoration. Les professionnels ont exprimé leur satisfaction de voir, pour la première fois, un haut responsable de l'Etat venir visiter les stands de la foire, qui se tient du 25 novembre au 4 décembre au niveau de la Coopérative apicole de Gué de Constantine. Plusieurs d'entre eux n'ont pas pu participer à cette édition vu l'espace réduit de la coopérative. Profitant de la présence du ministre, les apiculteurs ont posé beaucoup de problèmes liés, entre autres, à la commercialisation, à l'exportation, à la formation, aux pesticides qui menacent les insectes ainsi que l'absence d'un laboratoire d'analyse spécialisé. "Notre miel est stocké dans nos maisons, alors que notre produit est très demandé à l'étranger", affirme un apiculteur de la wilaya de Tizi-Ouzou. "Nous avons des miels monofloraux très recherchés, mais nous ne pouvons pas exporter à cause de l'absence d'un laboratoire d'analyses répondant aux normes internationales'', a regretté un autre professionnel de Blida. En répondant aux préoccupations des professionnels, le ministre a annoncé quelques mesures en faveur de la filière. Il s'agit notamment de la création de centres pédagogiques spécialisés dans l'apiculture au niveau des parcs naturels, l'ouverture prochaine d'un grand espace commercial au niveau de la capitale, qui constituera un espace de promotion des produits du terroir, dont le miel.
Il a également appelé les apiculteurs à s'organiser en vue de faire des propositions de labellisation de leurs produits d'autant plus que le cadre réglementaire existe. Soulignant l'importance de cette filière dans le développement de la production agricole, notamment l'arboriculture, M. Benaïssa a promis aux apiculteurs de les "accompagner avec force", et les a appelé à relever le défi d'atteindre l'objectif de 100.000 tonnes d'ici 2014. Le Président de la Fédération algériennes des Apiculteurs et chercheurs, a indiqué pour sa part qu'une convention est sur le point d'être signée avec la Caisse nationale de la Mutualité agricole (CNMA assurance) pour mettre en place un produit d'assurance contre tous les risques dont fait face la filière, y compris le vol des ruches. La filière compte un effectif de 20.000 apiculteurs et 1,5 million de ruches. En plus de la production nationale, l'Algérie importe en moyenne 150.000 tonnes de miel par an, qui provient de Thaïlande, de Turquie, d'Arabie Saoudite et des Etats-Unis. Selon M. Lakhal, l'Algérien ne consomme que 80 gr/an contre 700/gr pour un Français, et 900 grammes en Suisse.
Notons néanmoins, que e miel algérien doit être promu pour contrecarrer la concurrence déloyale du miel importé, vendu à bon marché et dont la qualité laisse souvent à désirer. Le miel algérien est très apprécié à l'étranger est peut constituer une source de ressources en devises, comme il est très demandé au plan local, d'où la nécessité d'encourager le développement de sa production.
L'amélioration des rendements de différents produits des ruches dans la région à l'instar du miel, la cire, pollen, gelée royale ou le venin, devrait ouvrir des perspectives prometteuses dans nombres de filières que se soit agro-alimentaire, pharmaceutique ou cosmétique. Cependant, les difficultés de la filière apicole sont multiples. Victime de la marginalisation, ou encore du bouleversement du climat et de l'usage intempestif des insecticides, les raisons qui font peser une menace certaine sur l'abeille et l'activité apicole sont nombreuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.