Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La croissance mondiale ralentit à 4 %, celle des USA à 1,5 %
Nouvelles prévisions économiques du FMI
Publié dans Le Maghreb le 22 - 09 - 2011

Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré, hier, que la croissance économique mondiale sera de 4 % en 2011, soit 0,3 points de pourcentage de moins que les prévisions de juin. Les prévisions sont traitées dans le dernier rapport de la Perspective économique mondiale établi par le FMI. Dans ses projections de juin, le FMI estimait la croissance de la production mondiale à 4,3 % et à 4,5 % en 2011 et 2012 respectivement. "L'économie mondiale se trouve dans une nouvelle phase dangereuse", a déclaré le FMI. "L'activité mondiale s'est affaiblie et est devenue encore plus inégale, la confiance a récemment baissé nettement, et les risques augmentent". Le Fonds a indiqué que, dans le contexte des fragilités structurelles irrésolues, un barrage de chocs a frappé l'économie mondiale cette année, qui comprend le séisme dévastateur et le tsunami au Japon ainsi que les troubles socio-politiques dans certains pays producteurs de pétrole. En même temps, l'économie américaine a stagné, la zone euro a rencontré des troubles financiers majeurs, et les marchés mondiaux ont souffert de la vente de créances risquées. Le rapport a indiqué que les prévisions pour les économies avancées étaient plus sombres à cause de l'évolution continue de la crise de la dette souveraine en Europe, avec les inquiétudes croissantes du marché qui craint que la Grèce ne puisse rembourser sa dette. "La crainte de l'inconnu est forte", a déclaré l'économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard. "Des politiques fortes sont urgemment nécessaires pour améliorer la perspective et réduire les risques". Le FMI a estimé que la croissance dans les économies avancées en 2011 et 2012 n'atteindra que 1,6 % et 1,9 % respectivement, des projections inférieures à celles de juin.Les Etats-Unis, la plus grande économie mondiale, sont les plus touchés avec une croissance du PIB estimée à 1,5 % cette année et à 1,8 % en 2012."L'économie américaine lutte avec une croissance lente et une reprise de l'emploi qui tarde à venir", selon le rapport. Dans ses projections de juin, le Fonds avait estimé une augmentation de l'économie américaine à 2,5 % et à 2,7 % en 2011 et 2012, respectivement. Pour la zone euro, la croissance du PIB devait être inférieure d'environ un demi-point, et s'établir à 1,1 % en 2012. Les problèmes structurels que rencontrent les économies avancées touchées par la crise se sont avérés encore plus difficiles, et le processus d'application des réformes encore plus compliqué, selon le Fonds. Concernant les économies émergentes, la croissance restera relativement solide, surtout dans les économies qui pourront contrer les effets sur la production de la demande étrangère plus faible avec moins de durcissement politique, d'après le FMI.
La croissance économique chinoise de 9,5 % en 2011, selon le FMI
Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré, hier, que la croissance économique chinoise devrait rester solide à 9,5 % cette année, après une croissance de 10,3 % en 2010. La croissance des investissements a ralenti avec le lancement du plan de relance fiscal, mais demeure le principal contributeur de la croissance, a déclaré le FMI dans son dernier rapport sur la Perspective économique mondiale. Bien que les pressions inflationnistes persistent, l'inflation des prix des propriétés et la croissance du crédit ont baissé, selon le rapport. Le Fonds a également prédit que la production de la Chine afficherait une croissance de 9,0 % en 2012. Le FMI prévoit une croissance de 6,4 % et de 6,1 % en 2011 et en 2012 respectivement pour les pays émergents et en voie de développement, soit 0,2 et 0,3 points de pourcentage de moins que les projections de juin du FMI.
Le FMI réduit les prévisions de croissance en Inde, alerte sur l'inflation
Le Fonds monétaire international (FMI) a réduit ses prévisions de croissance pour l'Inde et mis en garde la troisième puissance économique d'Asie contre une inflation flirtant dangereusement avec les 10%. Dans son rapport publié mardi, le FMI a indiqué tabler désormais sur une croissance de 7,8% pour l'année budgétaire close fin mars 2011, et de 7,5% pour l'année suivante, en grande partie grâce à la consommation des quelque 1,2 milliard d'habitants. En juin, le FMI anticipait une croissance de l'économie indienne de 8,2% en 2011 et de 7,8% en 2012. Le FMI a justifié l'abaissement de ses prévisions par l'incertitude mondiale sur le plan économique, mis en lumière par une plus grande volatilité financière et la prudence des investisseurs. Même si les prévisions révisées du FMI peuvent sembler toujours élevées au regard de l'anémique croissance occidentale, une croissance de l'ordre de 7,8% ne suffirait pas à réduire le niveau de pauvreté du pays, seulement possible à partir d'un seuil de 10%, selon les calculs du gouvernement. L'Inde table sur une croissance de 8,5% pour l'année budgétaire 2011.Le gros point noir de l'économie reste l'inflation, qui plafonne depuis des mois à des taux frôlant les 10%, en dépit de douze relèvements des taux d'intérêt décidés par la banque centrale au cours des 18 derniers mois. Il s'agit de la plus longue période de resserrement monétaire en Inde depuis plus de dix ans. En août, le taux d'inflation en Inde s'est encore rapproché des 10% à 9,78%. Il y a toujours des "risques autour de l'inflation", a mis en garde le FMI, soulignant que la valse des étiquettes, qui a d'abord touché les produits alimentaires, s'était "généralisée" à tous les secteurs de l'économie. Le FMI a aussi prédit une "stagnation" de la croissance des investissements en Inde, en partie due à des "questions de gouvernance d'entreprise", une référence pudique à l'inquiétude des investisseurs concernant la corruption.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.