Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Le Premier ministre ordonne de changer le visage des zones d'ombre avant la fin de l'année en cours    Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Tebboune accuse !    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La drôle de démarche d'un syndicat    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Quand la sardine prend des ailes    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La croissance mondiale ralentit à 4 %, celle des USA à 1,5 %
Nouvelles prévisions économiques du FMI
Publié dans Le Maghreb le 22 - 09 - 2011

Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré, hier, que la croissance économique mondiale sera de 4 % en 2011, soit 0,3 points de pourcentage de moins que les prévisions de juin. Les prévisions sont traitées dans le dernier rapport de la Perspective économique mondiale établi par le FMI. Dans ses projections de juin, le FMI estimait la croissance de la production mondiale à 4,3 % et à 4,5 % en 2011 et 2012 respectivement. "L'économie mondiale se trouve dans une nouvelle phase dangereuse", a déclaré le FMI. "L'activité mondiale s'est affaiblie et est devenue encore plus inégale, la confiance a récemment baissé nettement, et les risques augmentent". Le Fonds a indiqué que, dans le contexte des fragilités structurelles irrésolues, un barrage de chocs a frappé l'économie mondiale cette année, qui comprend le séisme dévastateur et le tsunami au Japon ainsi que les troubles socio-politiques dans certains pays producteurs de pétrole. En même temps, l'économie américaine a stagné, la zone euro a rencontré des troubles financiers majeurs, et les marchés mondiaux ont souffert de la vente de créances risquées. Le rapport a indiqué que les prévisions pour les économies avancées étaient plus sombres à cause de l'évolution continue de la crise de la dette souveraine en Europe, avec les inquiétudes croissantes du marché qui craint que la Grèce ne puisse rembourser sa dette. "La crainte de l'inconnu est forte", a déclaré l'économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard. "Des politiques fortes sont urgemment nécessaires pour améliorer la perspective et réduire les risques". Le FMI a estimé que la croissance dans les économies avancées en 2011 et 2012 n'atteindra que 1,6 % et 1,9 % respectivement, des projections inférieures à celles de juin.Les Etats-Unis, la plus grande économie mondiale, sont les plus touchés avec une croissance du PIB estimée à 1,5 % cette année et à 1,8 % en 2012."L'économie américaine lutte avec une croissance lente et une reprise de l'emploi qui tarde à venir", selon le rapport. Dans ses projections de juin, le Fonds avait estimé une augmentation de l'économie américaine à 2,5 % et à 2,7 % en 2011 et 2012, respectivement. Pour la zone euro, la croissance du PIB devait être inférieure d'environ un demi-point, et s'établir à 1,1 % en 2012. Les problèmes structurels que rencontrent les économies avancées touchées par la crise se sont avérés encore plus difficiles, et le processus d'application des réformes encore plus compliqué, selon le Fonds. Concernant les économies émergentes, la croissance restera relativement solide, surtout dans les économies qui pourront contrer les effets sur la production de la demande étrangère plus faible avec moins de durcissement politique, d'après le FMI.
La croissance économique chinoise de 9,5 % en 2011, selon le FMI
Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré, hier, que la croissance économique chinoise devrait rester solide à 9,5 % cette année, après une croissance de 10,3 % en 2010. La croissance des investissements a ralenti avec le lancement du plan de relance fiscal, mais demeure le principal contributeur de la croissance, a déclaré le FMI dans son dernier rapport sur la Perspective économique mondiale. Bien que les pressions inflationnistes persistent, l'inflation des prix des propriétés et la croissance du crédit ont baissé, selon le rapport. Le Fonds a également prédit que la production de la Chine afficherait une croissance de 9,0 % en 2012. Le FMI prévoit une croissance de 6,4 % et de 6,1 % en 2011 et en 2012 respectivement pour les pays émergents et en voie de développement, soit 0,2 et 0,3 points de pourcentage de moins que les projections de juin du FMI.
Le FMI réduit les prévisions de croissance en Inde, alerte sur l'inflation
Le Fonds monétaire international (FMI) a réduit ses prévisions de croissance pour l'Inde et mis en garde la troisième puissance économique d'Asie contre une inflation flirtant dangereusement avec les 10%. Dans son rapport publié mardi, le FMI a indiqué tabler désormais sur une croissance de 7,8% pour l'année budgétaire close fin mars 2011, et de 7,5% pour l'année suivante, en grande partie grâce à la consommation des quelque 1,2 milliard d'habitants. En juin, le FMI anticipait une croissance de l'économie indienne de 8,2% en 2011 et de 7,8% en 2012. Le FMI a justifié l'abaissement de ses prévisions par l'incertitude mondiale sur le plan économique, mis en lumière par une plus grande volatilité financière et la prudence des investisseurs. Même si les prévisions révisées du FMI peuvent sembler toujours élevées au regard de l'anémique croissance occidentale, une croissance de l'ordre de 7,8% ne suffirait pas à réduire le niveau de pauvreté du pays, seulement possible à partir d'un seuil de 10%, selon les calculs du gouvernement. L'Inde table sur une croissance de 8,5% pour l'année budgétaire 2011.Le gros point noir de l'économie reste l'inflation, qui plafonne depuis des mois à des taux frôlant les 10%, en dépit de douze relèvements des taux d'intérêt décidés par la banque centrale au cours des 18 derniers mois. Il s'agit de la plus longue période de resserrement monétaire en Inde depuis plus de dix ans. En août, le taux d'inflation en Inde s'est encore rapproché des 10% à 9,78%. Il y a toujours des "risques autour de l'inflation", a mis en garde le FMI, soulignant que la valse des étiquettes, qui a d'abord touché les produits alimentaires, s'était "généralisée" à tous les secteurs de l'économie. Le FMI a aussi prédit une "stagnation" de la croissance des investissements en Inde, en partie due à des "questions de gouvernance d'entreprise", une référence pudique à l'inquiétude des investisseurs concernant la corruption.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.