Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Europe vit son heure la plus difficile depuis 1945
Selon Merkel
Publié dans Le Maghreb le 15 - 11 - 2011


La chancelière allemande Angela Merkel a estimé, hier, lors du congrès de son parti conservateur que l'Europe connaissait peut-être avec la crise de la dette son heure la plus difficile depuis la Seconde guerre mondiale. L'Europe vit l'une des heures les plus difficiles depuis la seconde guerre mondiale, peut-être même son heure la plus difficile, a-t-elle averti lors du congrès de l'Union démocrate-chrétienne (CDU) à Leipzig, dans l'ex-RDA. Chaque génération a son défi politique, a jugé la chancelière, rappelant que la génération du chancelier d'après guerre Konrad Adenauer avait construit l'Europe et celle d'Helmut Kohl l'unité allemande et européenne. Selon elle, la génération actuelle est confrontée à une mise à l'épreuve historique et il s'agit de montrer que l'Europe peut parvenir à un tournant avec cette crise financière, a-t-elle poursuivi dans un discours longuement consacré à l'Europe. Devant un millier de délégués de la CDU réunis jusqu'à, aujourd'hui, Angela Merkel, qui joue un rôle clé dans la gestion de la crise en zone euro, a insisté sur le fait que l'heure est venue pour une percée vers une nouvelle Europe car si l'euro échoue, c'est l'Europe qui va échouer. L'euro est bien plus qu'une monnaie, c'est le symbole d'un demi-siècle de paix, de liberté et de bien-être social, a souligné la dirigeante de la CDU depuis onze ans et chancelière de l'Allemagne depuis 2005. Face à la grogne de certains Allemands lassés des politiques budgétaires laxistes de certains partenaires européens, Angela Merkel a réaffirmé: Si l'Europe va mal, l'Allemagne va mal. Nous avons besoin de l'Europe pour que l'Allemagne aille bien, a-t-elle martelé, rappelant notamment l'importance de l'Union européenne pour son commerce extérieur puisque 60% des exportations allemandes sont destinées à l'un des 27 pays membres de l'UE. Neuf millions d'emplois dépendent directement de ces exportations, a-t-elle expliqué. Appelant à des réformes en Europe comme elle le fait devant ses partenaires à chaque réunion des dirigeants européens, elle a souligné qu'elles ne devaient pas se traduire par moins d'Europe mais au contraire par plus d'Europe. Nous faisons tous partie d'une politique intérieure européenne, a-t-elle souligné et si l'Allemagne est prête à aider les pays en difficulté, elle attend d'eux qu'ils fassent leurs devoirs en assainissant leurs finances publiques.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.