Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    «Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc»    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    Relaxe pour Fodil Boumala    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le Chabab veut se rapprocher du peloton de tête    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    SONATRACH OPÈRE UN CHANGEMENT RADICAL AU MCA    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    Que décidera Macron ?    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Niger: l'Algérie condamne l'attaque terroriste perpétrée contre le village de Gaigorou    Saignée de capital humain    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    LE RAMADHAN A BON DOS    Brèves    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'Ave Marie . . . m    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Acquisition: Petronas rachète le canadien Progress Energy pour 5,5 milliards de dollars
Publié dans Le Maghreb le 01 - 07 - 2012

Le géant public malaisien de l'énergie Petronas a conclu un accord pour racheter le canadien Progress Energy, spécialisé dans l'exploitation de gisements de gaz naturel non conventionnel, pour environ 5,5 milliards de dollars, ont annoncé, avant-hier, les deux groupes. Petronas déboursera 20,45 dollars canadiens (autant en dollars US) par action de Progress Energy, une prime de 77% par rapport à la valeur du titre du groupe canadien à la clôture des marchés mercredi, ont précisé les deux entreprises dans un communiqué conjoint. A la Bourse de Toronto, l'action du groupe énergétique canadien a bondi de 74% en matinée à 20,07 dollars, preuve de la confiance des marchés dans cette offre de rachat. La transaction permettra de combiner l'expertise globale et le leadership de Petronas dans le développement des infrastructures pour le gaz naturel liquéfié à l'expérience de Progress Energy dans l'exploitation de ressources non conventionnelles, afin de bâtir une entreprise énergétique de premier rang au Canada, a déclaré Datuk Anuar Ahmad, vice-président de la division gaz naturel du géant malaisien. Les deux groupes avaient déjà établi l'an dernier un partenariat pour l'exploitation de gisements de gaz de schiste dans les Foothills, région située dans le nord de la province de Colombie-Britannique (ouest).
Les deux groupes ont par ailleurs annoncé, avant-hier, le choix d'un site à Prince Rupert, sur la côte pacifique en Colombie-Britannique, pour créer un terminal de gaz naturel liquéfié, ce qui pourrait permettre à terme d'exporter sur les marchés mondiaux. Les partenaires ont d'ailleurs obtenu les droits exclusifs pour faire des études de faisabilité sur leur projet de terminal gazier et ont entamé un dialogue avec les autorités locales et des communautés autochtones. La construction de terminal gazier et d'oléoduc est un sujet très sensible dans l'ouest canadien où une partie de la population, de nombreux groupes écologistes et des communautés autochtones tentent de mesurer les risques sociaux et environnementaux réels de ces projets. Le conseil d'administration du groupe canadien établi à Calgary, en Alberta (ouest), a par ailleurs recommandé à l'unanimité son rachat par Petronas, ont indiqué les deux groupes. Les dirigeants de Progress Energy et l'Office d'investissement du régime de pension du Canada (IRPC), un fonds responsable de faire fructifier les cotisations des retraites, qui détiennent environ 25% des actions du groupe, se sont engagés à voter en faveur de la transaction. L'accord entre le géant malaisien et le groupe de l'ouest canadien comporte une clause de non-sollicitation en vertu de laquelle Progress Energy ne peut courtiser un autre acquéreur dans le but de faire monter les enchères. Si le groupe canadien acceptait une offre non sollicitée supérieure à celle de Petronas, il devrait alors verser une compensation de 150 millions de dollars. Nous pensons que l'accord sera entériné par les actionnaires de Progress et qu'il n'y aura pas d'offre concurrente, ont commenté les analystes de la firme Canaccord dans une note aux marchés. La transaction doit aussi recevoir le feu vert du bureau canadien de la concurrence, responsable de faire respecter la loi anti-monopole, et du ministère fédéral de l'Industrie, qui doit déterminer si elle est dans l'intérêt du pays. Petronas, qui détient déjà une filiale au Canada, s'est à ce propos engagé, avant-hier, à maintenir en poste l'ensemble des employés de son partenaire. Nous pensons que l'offre sera approuvée par le gouvernement, ont souligné les analystes de Canaccord. Au cours des dernières années, les groupes énergétiques asiatiques ont multiplié les investissements dans le secteur des hydrocarbures au Canada, en premier lieu dans les sables bitumineux de l'Alberta, troisième réserve mondiale d'or noir après l'Arabie saoudite et le Venezuela.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.