Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nucléaire: L'Iran a commencé l'installation d'équipements plus modernes
Publié dans Le Maghreb le 24 - 02 - 2013

L'Iran a commencé début février à installer des centrifugeuses plus modernes sur son site d'enrichissement d'uranium de Natanz, selon un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique paru jeudi. Le 6 février 2013, l'agence a observé que l'Iran avait commencé l'installation de centrifugeuses IR-2m à Natanz (centre), est-il écrit dans ce rapport. C'est la première fois que des centrifugeuses plus avancées que les IR-1 ont été installées sur ce site d'enrichissement d'uranium, ajoute-t-il. Le 13 février, le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie nucléaire (OIEA), Fereydoun Abbassi Davani, avait annoncé avoir commencé l'installation de ces nouveaux équipements, ce que l'AIEA n'avait pas encore confirmé. L'enrichissement est au centre du conflit entre l'Iran et les grandes puissances, qui soupçonnent ce pays de vouloir enrichir de l'uranium jusqu'à 90%, niveau nécessaire pour fabriquer la bombe atomique, ce que les autorités iraniennes démentent. L'Iran affirme enrichir uniquement à des fins civiles -jusqu'à 5% pour produire de l'électricité et 20% pour alimenter son laboratoire de recherche médicale- et revendique son droit à enrichir de l'uranium en tant que signataire du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Ce pays est sous le coup de plusieurs sanctions internationales pour ces activités, qui seront de nouveau au cœur des discussions le 26 février au Kazakhstan avec le Groupe des 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne). Mais plus que Natanz, c'est le site souterrain de Fordo, situé près de la ville sainte de Qom et où l'Iran a décidé de concentrer son enrichissement jusqu'à 20%, qui inquiète les grandes puissances. Dans ce rapport, l'AIEA constate par ailleurs l'impasse dans ses discussions avec l'Iran sur un accord de vérification de ses activités nucléaires. Après plusieurs réunions en un an, la dernière datant de la semaine dernière, il n'a pas été possible de finaliser un document d'approche structurelle ou de commencer un vrai travail dans cette direction, selon l'agence onusienne, qui se dit toutefois déterminée à poursuivre le dialogue. L'AIEA veut obtenir un accès plus large à des sites, individus ou documents pouvant éclaircir les points soulevés dans son rapport de 2011 sur des éléments selon lesquels l'Iran a œuvré à la mise au point de la bombe atomique avant 2003 et peut-être après. Dans le document, elle réitère sa demande d'accès au site militaire de Parchin, où elle soupçonne les autorités d'avoir procédé à des tests d'explosions applicables au nucléaire. Une pleine coopération de Téhéran est essentielle afin d'établir la confiance internationale dans la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire de l'Iran, insiste l'AIEA.
De nouvelles centrifugeuses seraient de la provocation
La diplomatie américaine a qualifié jeudi d'acte de provocation l'installation par l'Iran de nouvelles centrifugeuses sur son site de Natanz début février, comme l'affirme un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). L'installation de nouvelles centrifugeuses modernes constituerait une nouvelle escalade et une violation continue des obligations de l'Iran conformément aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et de l'AIEA. Cela marquerait un pas provocateur supplémentaire, a déclaré la porte-parole du département d'Etat Victoria Nuland. Mme Nuland a ajouté que ce rapport de l'AIEA n'était pas une surprise pour les Etats-Unis. L'enrichissement est au cœur du conflit entre l'Iran et les grandes puissances, qui soupçonnent la République islamique de vouloir enrichir de l'uranium jusqu'à 90%, niveau nécessaire pour fabriquer la bombe atomique, ce que les autorités iraniennes démentent. L'Iran affirme enrichir uniquement à des fins civiles -jusqu'à 5% pour produire de l'électricité et 20% pour alimenter son laboratoire de recherche médicale- et revendique son droit à enrichir de l'uranium en tant que signataire du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Il y a une voie diplomatique pour résoudre la crise nucléaire iranienne, a insisté la porte-parole du département d'Etat, fidèle à la position défendue par Washington depuis des mois dans ce dossier. Les Iraniens ont l'occasion de se rendre à ces pourparlers à Almaty en étant sérieux et disposés à dissiper les inquiétudes de la communauté internationale, a encore plaidé Mme Nuland. Son homologue à la Maison Blanche, Jay Carney, a exhorté l'Iran à faire un choix. Le poids des sanctions pourrait être allégé, mais la balle est dans le camp de l'Iran pour transformer en acte tangible ses déclarations selon lesquelles il est prêt à négocier, faute de quoi Téhéran sera encore plus sous pression et isolé, a martelé le porte-parole du président Barack Obama. La semaine dernière à Washington, le secrétaire d'Etat John Kerry, son homologue européenne Catherine Ashton et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avaient exhorté l'Iran à faire des avancées sur son programme nucléaire au cours des négociations à Almaty.
Informations très préoccupantes
La France a jugé, avant-hier, très préoccupantes les informations de l'AIEA sur l'installation de nouvelles centrifugeuses sur le site de Natanz, estimant qu'elles constituaient un pas de plus dans la mauvaise direction pour l'Iran suspecté de vouloir acquérir l'arme nucléaire. Alors que nous attendons de l'Iran qu'il fasse des gestes concrets montrant sa volonté de s'engager dans une logique de coopération et de respect de ses obligations, il continue donc d'intensifier ses activités sensibles, a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay, Philippe Lalliot. L'Iran a commencé à installer des centrifugeuses plus modernes sur son site de Natanz début février, selon un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) paru la veille. Le rapport de l'AIEA est sorti alors que l'Iran et le groupe des P5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne), chargé du dossier du nucléaire iranien, doivent reprendre des discussions mardi au Kazakhstan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.