Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Une opportunité de relance économique du secteur    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Boukaroum exclu de l'AG    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exploitation de l'énergie solaire : L'Algérie à la 4ème place des pays arabes
Publié dans Le Maghreb le 13 - 08 - 2013

L'Agence internationale pour les énergies renouvelables qualifie l'Algérie à la quatrième place des pays arabes en matière d'exploitation de l'énergie solaire. Elle devance de fait des pays comme l'Egypte, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis.
En effet, l'Algérie est en train d'amorcer une dynamique d'énergie verte en lançant son programme ambitieux de développement des énergies renouvelables (ENR) et d'efficacité des énergies. Cette vision du gouvernement s'appuie sur une stratégie axée sur la mise en valeur des ressources inépuisables comme le solaire et leur utilisation pour diversifier les sources d'énergie et préparer l'Algérie de demain. Grâce à la combinaison des initiatives et des intelligences, l'Algérie s'engage dans une nouvelle ère énergétique durable. Le programme en question consiste à installer une puissance d'origine renouvelable de près de 22 000 MW entre 2011 et 2030 dont 12 000 MW seront dédiés à couvrir la demande nationale en électricité et 10 000 MW à l'exportation. L'exportation de l'électricité est toutefois conditionnée par l'existence d'une garantie d'achat à long terme, de partenaires fiables et de financement extérieurs. A la faveur de ce programme, les énergies renouvelables se placent au cœur des politiques énergétiques et économiques que mènera le pays à l'horizon 2030, environ 40 % de la production d'électricité destinés à la consommation nationale seront d'origine renouvelable. L'Algérie compte à travers cet ambitieux programme se positionner comme un acteur majeur dans la production de l'électricité à partir du solaire photovoltaïque et du solaire thermique qui seront les moteurs d'un développement économique durable à même d'impulser un nouveau modèle de croissance. Le potentiel national des énergies renouvelables étant fortement dominé par le solaire, le Gouvernement considère cette énergie comme une opportunité et un levier de développement économique et social, notamment à travers l'implantation d'industries créatrices de richesse et d'emplois. Comparativement, les potentiels en éolien, en biomasse, en géothermie et hydroélectricité sont beaucoup moins importants. Cela n'exclut pas pour autant le lancement de nombreux projets de réalisation de fermes éoliennes et la mise en œuvre de projets expérimentaux en biomasse et en géothermie. Les grands chapitres de ce programme tournent autour des capacités à installer par domaine d'activité énergétique ; le plan d'efficacité énergétique ; les capacités industrielles à développer pour accompagner le programme ; la recherche et le développement, les mesures incitatives et réglementaires. Il inclut aussi la réalisation, d'ici 2020, d'une soixantaine de centrales solaires photovoltaïques et solaires thermiques, de fermes éoliennes et de centrales hybrides. Les projets ENR de production de l'électricité dédiés au marché national seront menés en trois étapes : la première étape couvrant actuellement 2011et 2013, est consacrée à la réalisation de projets pilotes pour tester les différentes technologies disponibles ; la seconde étape, en 2014 et 2015, sera marquée par le début du déploiement du programme ; la dernière étape, de 2016 à 2020, sera celle du déploiement à grande échelle. Ces étapes consacrent la stratégie de l'Algérie qui vise à développer une véritable industrie du solaire associée à un programme de formation et de capitalisation qui permettra à terme, d'employer le génie local algérien et d'asseoir un savoir-faire efficient, notamment en matière d'engineering ENR, pour les besoins d'électricité du marché national, permettra la création de plusieurs milliers d'emplois directs et indirects. Aujourd'hui, les besoins énergétiques du pays sont satisfaits, presque exclusivement, par les hydrocarbures, notamment le gaz naturel, énergie la plus disponible. Il n'est donc fait appel aux autres formes d'énergie que lorsque le gaz ne peut pas être utilisé. A long terme, la reconduction du modèle national de consommation énergétique actuel peut rendre problématique l'équilibre offre-demande pour cette ressource d'énergie. Les niveaux des besoins en gaz naturel du marché national seraient de l'ordre de 45 milliards de m3 en 2020 et 55 milliards de m3 en 2030. A ces besoins s'ajoutent les volumes dédiés à l'exportation dont les revenus contribuent au financement de l'économie nationale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.