LDC : Sans Ronaldo, la Juventus chute à domicile face au Barça    LDC : Man United balaye le RB Leipzig. Triplé pour Rashford    LDC : Facile victoire de Chelsea face à Krasnodar    Ligue 1-MCA: "nous avons porté l'affaire de Rooney devant la Justice"    Mawlid Ennabawi-1er Novembre: Sonelgaz met en place un plan spécial pour assurer la continuité de ses services    Sahara occidental: le Conseil de sécurité reporte à vendredi    Les mines capables de fournir plus de 30 matières premières fondamentales    Tebboune transféré en Allemagne pour des "examens médicaux approfondis"    Conférences autour de l'Homme et de la Culture dans la pensée de Malek Bennabi    Mawlid Ennabaoui à Tlemcen: les enfants en tenues traditionnelles en force chez les photographes    Forum de l'Algérie: les citoyens doivent lire le projet d'amendement constitutionnel et exprimer leur opinion en votant    Coronavirus : 320 nouveaux cas,191 guérisons et 10 décès    Chanegriha instruit la GN de prendre toutes les mesures pour sécuriser les centres et bureaux de vote    Lutte anti-terroriste: multiples opérations de l'ANP reflétant son haut professionnalisme    Ouverture à la circulation automobile du tronçon El-Hamdania-Médéa    Cour d'Alger : début du procès en appel de Maheddine Tahkout    Arrestation d'un terroriste à Tlemcen    Mercato estival : marché déséquilibré, les grosses écuries ne dérogent pas à la règle    Taoufik Makhloufi : "Je suis un athlète propre"    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Israël va construire de nouveaux logements à Hébron    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Changement dans la continuité    Toyota en leader dans l'automobile    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Succès annoncé pour le colosse électrique    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    UN COMBAT CONTRE SOI    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une adaptation de la législation pour inciter l'investissement dans les EnR
10 000 MW seront produits par des opérateurs privés
Publié dans La Tribune le 02 - 06 - 2013

L'Algérie compte se positionner comme un acteur majeur dans la production de l'électricité à partir du solaire photovoltaïque et du solaire thermique.
Le programme national de développement des Energies nouvelles et Renouvelables (EnR) et de l'efficacité énergétique pour la période 2011-2030, prévoit ainsi la production de 40% de l'électricité à l'horizon 2030 à partir de l'énergie solaire et l'exportation de 10 000 MW en partenariat à la même échéance.
Pour la production d'électricité d'origine renouvelable, l'objectif du programme consiste à installer 12 000 MW à l'horizon 2030 à partir des énergies renouvelables confiées à Sonelgaz pour le marché national, précise M. Ali Zeltout, ingénieur d'études principales à la direction générale de la stratégie et de la prospective auprès de la Sonelgaz. A cela s'ajoute l'intervention d'autres opérateurs privés ou publics dans la production de l'énergie d'origine renouvelable.
Malgré un potentiel assez faible, le programme n'exclut pas l'éolien qui constitue le second axe de développement, et dont la part devrait avoisiner les 3% de la production d'électricité en 2030.
Le programme inclut la réalisation, d'ici 2020, d'une soixantaine de centrales solaires photovoltaïques et solaires thermiques, de fermes éoliennes et de centrales hybrides.
Selon M. Zatout, les projets EnR de production de l'électricité dédiés au marché national seront menés en trois étapes. La première étape (2011- 2013) sera consacrée à la réalisation de projets pilotes pour tester les différentes technologies disponibles.
Le représentant de la Sonelgaz, qui intervenait à la conférence tenue mardi dernier sous le thème «Photovoltaique et CSP: l'intégration au réseau électrique algérien», dira, à ce titre, qu'une dizaine de projets inscrits dans ce programme sont actuellement en cours de réalisation ou de lancement. Il s'agit, entre autres, de projets liés à la construction de l'usine de fabrication de modules photovoltaïques à Rouiba, avec une capacité de 200 mégawatts (MW), la ferme éolienne de 10 MW dans la région d'Adrar, dont la livraison est prévue fin 2013, la construction d'une centrale pilote à Ghardaïa avec 4 filières technologiques cumulant une puissance de 1 MW, ainsi que la
construction de centrales photovoltaïques dans les régions de Tindouf, Djanet et Tamanrasset, dont le lancement des travaux est prévu prochainement.
M. Zatout cite également le projet portant mise en place d'un centre d'homologation des équipements entrant dans l'industrie des énergies renouvelables.
Pour ce qui est de la deuxième étape du programme national des EnR, elle sera concrétisée entre 2014 et 2015 et sera marquée par le début du déploiement du programme. Quant à la dernière étape (2016- 2020), elle sera celle du déploiement à grande échelle. Ces étapes consacrent la stratégie de l'Algérie qui vise à développer une véritable industrie du solaire associée à un programme de formation et de capitalisation qui permettra, à terme, d'employer le génie local algérien et d'asseoir un savoir-faire efficient, notamment en matière d'engineering et de management de projets, souligne t-il.

Promulgation de deux projets de décrets
Et pour mieux répondre aux priorités d'actions prévues dans le programme EnR et encourager les initiatives des particuliers et des entreprises, des modifications législatives et réglementaires seront apportées. Il s'agit de s'assurer que les utilisateurs, les intervenants et les différents investisseurs profitent d'un cadre législatif et réglementaire permettant de répondre efficacement aux défis à relever en matière d'énergies renouvelables.
Ainsi, il est question, selon Mme Wassila Atimene, responsable à la Creg (Commission de régulation de l'électricité et du gaz) de finaliser et promulguer deux projets de décrets destinés à accompagner la mise en œuvre dudit programme.
Le premier texte définit les conditions d'accès, par les producteurs privés, aux tarifs d'achat garantis d'électricité produite de source renouvelable.
L'obligation aux producteurs de raccorder leurs installations au réseau national interconnecté de distribution d'électricité constitue la principale condition de ce nouveau dispositif, dont la mise en place répond à la nécessité d'adopter un nouveau mécanisme d'encouragement à la production des énergies renouvelables, explique Mme Atimene, ajoutant que le délai de traitement du dossier ne doit pas dépasser les deux mois.
Dans le même sens, le producteur d'électricité renouvelable est assujetti aux mêmes conditions financières que celles du régime commun pour le raccordement au réseau de transport ou de distribution d'électricité.
A cet effet, le gestionnaire du réseau de transport prend en charge le financement des 50 premiers kilomètres du raccordement, tandis que le financement des 5 derniers kilomètres du raccordement est assuré par le gestionnaire du réseau de distribution, explique la même responsable.
En outre, les installations doivent être dotées des équipements de mesure des énergies électrique et thermique afin de déterminer les quantités des flux injectés et soutirés du réseau.
Les filières concernées par ces avantages sont le solaire photovoltaïque et thermique, l'éolien, la géothermie, la petite hydraulique, la biomasse, la valorisation des déchets et les installations de cogénération.
Le deuxième projet de texte prévoit l'institution d'un certificat de garantie d'origine des équipements et installations de production d'électricité de source renouvelable.
Ce certificat est institué en application à la loi 04-09 du 18 août 2004 relative à la promotion des énergies renouvelables.
Il s'agit d'une accréditation, à délivrer par la Creg au producteur, garantissant que l'électricité produite à partir des installations détenues par cet opérateur est issue de source renouvelable.
Le projet de décret relatif à ce document définit notamment les conditions d'octroi de la certification, la procédure de demande et le contrôle opérationnel après la mise en service des installations, selon Mme Atimene.
L'attribution de ce certificat de garantie d'origine sera accompagnée d'opérations de contrôle à posteriori effectuées par la Creg sur les équipements et installations de production concernés par ce document.
L'adaptation du cadre réglementaire existant permettra de booster la mise en œuvre du programme national des EnR, adopté par le gouvernement en février 2011.
B. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.