La classe politique et les personnalités nationales réagissent    Les étudiants se démarquent    Déstabilisations cycliques    Reprise dimanche des discussions sur la transition    Une série d'attentats déjoués    L'Iran joue l'apaisement    «Apprenons à gagner et à perdre en toute sportivité»    Frifer se rapproche du CS Sfax    L'Algérie 8e en garçons et 13e en filles aux Mondiaux d'athlétisme    Ce sera à Sidi Moussa et à Doha    El Bahia prépare la saison estivale    Extension du réseau de gaz 400 nouveaux foyers raccordés    Concert en hommage à la diva Fayrouz    Rabah Asma : "J'adore faire la fête dans mon pays !"    Témoin de plusieurs siècles d'histoire    Les salaires impayés aux joueurs estimés à plus de 50 millions dinars    Ibbou en finale    Nouvelle attaque de Daech en Libye    Ali-Yahia, Taleb Ibrahimi et Benyelles appellent l'armée à dialoguer    Rassemblement pour la libération de Louisa Hanoune    Le RCD dénonce une «chasse aux sorcières»    Peut-on croire encore au scrutin du 4 juillet ?    La troupe du Renouveau du théâtre amazigh demain à Tizi Ouzou    Le FFS rejette le scrutin du 4 juillet    Echauffourées entre jeunes et policiers    Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Nomination de 4 nouveaux cadres    Flan de poulet    USM Bel Abbès – MCA : Victoire impérative pour rester en Ligue 1    Oran : 25 blessés dans une collision entre un bus et une voiture    Détournement de 32,3 milliards de centimes et 100 000 euros au CPA de Bouira : Trois cadres du CPA placés sous mandat de dépôt    Société Générale Algérie : Concours Jeune artiste peintre    Haï Snawber ex-Les Planteurs: Démolition d'une dizaine de nouvelles constructions illicites    Et si c'était la solution ?    Le sage père de famille et l'Algérie de demain    Baptême du feu pour Arkab!    Viande à 750 DA: c'est où M. le ministre?    Numidia TV bouleverse la hiérarchie du Ramadhan 2019    Du talent et des aiguilles...    Saisie de 5 quintaux de viande blanche avariée    Youcef Addouche et Kenza Dahmani sacrés    Sonatrach et Eni prolongent leur lune de miel    Etats-Unis : La tension USA-Chine plaide pour une baisse de taux de la Fed    Corée du Nord : Comment une "douzaine de voyous" a pris d'assaut l'ambassade à Madrid    Industrie : Les géants de l'auto confrontés au marché de l'occasion en Afrique    Avec un "concept store" dans le centre de Beijing : Carrefour Chine étend sa stratégie de distribution intelligente    Bourses : Des signaux rassurants relancent l'appétit pour le risque    6 civils tués lors d'un raid saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une adaptation de la législation pour inciter l'investissement dans les EnR
10 000 MW seront produits par des opérateurs privés
Publié dans La Tribune le 02 - 06 - 2013

L'Algérie compte se positionner comme un acteur majeur dans la production de l'électricité à partir du solaire photovoltaïque et du solaire thermique.
Le programme national de développement des Energies nouvelles et Renouvelables (EnR) et de l'efficacité énergétique pour la période 2011-2030, prévoit ainsi la production de 40% de l'électricité à l'horizon 2030 à partir de l'énergie solaire et l'exportation de 10 000 MW en partenariat à la même échéance.
Pour la production d'électricité d'origine renouvelable, l'objectif du programme consiste à installer 12 000 MW à l'horizon 2030 à partir des énergies renouvelables confiées à Sonelgaz pour le marché national, précise M. Ali Zeltout, ingénieur d'études principales à la direction générale de la stratégie et de la prospective auprès de la Sonelgaz. A cela s'ajoute l'intervention d'autres opérateurs privés ou publics dans la production de l'énergie d'origine renouvelable.
Malgré un potentiel assez faible, le programme n'exclut pas l'éolien qui constitue le second axe de développement, et dont la part devrait avoisiner les 3% de la production d'électricité en 2030.
Le programme inclut la réalisation, d'ici 2020, d'une soixantaine de centrales solaires photovoltaïques et solaires thermiques, de fermes éoliennes et de centrales hybrides.
Selon M. Zatout, les projets EnR de production de l'électricité dédiés au marché national seront menés en trois étapes. La première étape (2011- 2013) sera consacrée à la réalisation de projets pilotes pour tester les différentes technologies disponibles.
Le représentant de la Sonelgaz, qui intervenait à la conférence tenue mardi dernier sous le thème «Photovoltaique et CSP: l'intégration au réseau électrique algérien», dira, à ce titre, qu'une dizaine de projets inscrits dans ce programme sont actuellement en cours de réalisation ou de lancement. Il s'agit, entre autres, de projets liés à la construction de l'usine de fabrication de modules photovoltaïques à Rouiba, avec une capacité de 200 mégawatts (MW), la ferme éolienne de 10 MW dans la région d'Adrar, dont la livraison est prévue fin 2013, la construction d'une centrale pilote à Ghardaïa avec 4 filières technologiques cumulant une puissance de 1 MW, ainsi que la
construction de centrales photovoltaïques dans les régions de Tindouf, Djanet et Tamanrasset, dont le lancement des travaux est prévu prochainement.
M. Zatout cite également le projet portant mise en place d'un centre d'homologation des équipements entrant dans l'industrie des énergies renouvelables.
Pour ce qui est de la deuxième étape du programme national des EnR, elle sera concrétisée entre 2014 et 2015 et sera marquée par le début du déploiement du programme. Quant à la dernière étape (2016- 2020), elle sera celle du déploiement à grande échelle. Ces étapes consacrent la stratégie de l'Algérie qui vise à développer une véritable industrie du solaire associée à un programme de formation et de capitalisation qui permettra, à terme, d'employer le génie local algérien et d'asseoir un savoir-faire efficient, notamment en matière d'engineering et de management de projets, souligne t-il.

Promulgation de deux projets de décrets
Et pour mieux répondre aux priorités d'actions prévues dans le programme EnR et encourager les initiatives des particuliers et des entreprises, des modifications législatives et réglementaires seront apportées. Il s'agit de s'assurer que les utilisateurs, les intervenants et les différents investisseurs profitent d'un cadre législatif et réglementaire permettant de répondre efficacement aux défis à relever en matière d'énergies renouvelables.
Ainsi, il est question, selon Mme Wassila Atimene, responsable à la Creg (Commission de régulation de l'électricité et du gaz) de finaliser et promulguer deux projets de décrets destinés à accompagner la mise en œuvre dudit programme.
Le premier texte définit les conditions d'accès, par les producteurs privés, aux tarifs d'achat garantis d'électricité produite de source renouvelable.
L'obligation aux producteurs de raccorder leurs installations au réseau national interconnecté de distribution d'électricité constitue la principale condition de ce nouveau dispositif, dont la mise en place répond à la nécessité d'adopter un nouveau mécanisme d'encouragement à la production des énergies renouvelables, explique Mme Atimene, ajoutant que le délai de traitement du dossier ne doit pas dépasser les deux mois.
Dans le même sens, le producteur d'électricité renouvelable est assujetti aux mêmes conditions financières que celles du régime commun pour le raccordement au réseau de transport ou de distribution d'électricité.
A cet effet, le gestionnaire du réseau de transport prend en charge le financement des 50 premiers kilomètres du raccordement, tandis que le financement des 5 derniers kilomètres du raccordement est assuré par le gestionnaire du réseau de distribution, explique la même responsable.
En outre, les installations doivent être dotées des équipements de mesure des énergies électrique et thermique afin de déterminer les quantités des flux injectés et soutirés du réseau.
Les filières concernées par ces avantages sont le solaire photovoltaïque et thermique, l'éolien, la géothermie, la petite hydraulique, la biomasse, la valorisation des déchets et les installations de cogénération.
Le deuxième projet de texte prévoit l'institution d'un certificat de garantie d'origine des équipements et installations de production d'électricité de source renouvelable.
Ce certificat est institué en application à la loi 04-09 du 18 août 2004 relative à la promotion des énergies renouvelables.
Il s'agit d'une accréditation, à délivrer par la Creg au producteur, garantissant que l'électricité produite à partir des installations détenues par cet opérateur est issue de source renouvelable.
Le projet de décret relatif à ce document définit notamment les conditions d'octroi de la certification, la procédure de demande et le contrôle opérationnel après la mise en service des installations, selon Mme Atimene.
L'attribution de ce certificat de garantie d'origine sera accompagnée d'opérations de contrôle à posteriori effectuées par la Creg sur les équipements et installations de production concernés par ce document.
L'adaptation du cadre réglementaire existant permettra de booster la mise en œuvre du programme national des EnR, adopté par le gouvernement en février 2011.
B. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.