L'autoritarisme inquiétant de Gaïd Salah    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Cabale contre Issad Rebrab    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    L'UA accorde un sursis de 3 mois à l'armée    Au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Washington menace ses alliés    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    Mahrez veut partir,Guardiola dit non !    Les Belouizdadis visent la finale    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Ighil El Mal (Ath Zmenzer) : Caravane sanitaire    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Pour un idéal républicain    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Hudson-Odoi, c'est grave...    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre la corruption : L'OCRC sous la coupe de la justice
Publié dans Le Maghreb le 06 - 09 - 2014

L'Office central de répression de la corruption (OCRC), que préside l'ex-magistrat Abdelmalek Sayah, change de tutelle. Autrefois, sous la coupe du ministère des Finances, il est aujourd'hui officiellement rattaché au ministère de la Justice.
Selon un décret présidentiel publié, mardi dernier, au Journal officiel (JO), cet organisme dépend désormais du ministère de la Justice. L'OCRC est placé auprès du ministre de la Justice, garde des Sceaux. Il dispose de l'autonomie d'action et de gestion, précise le décret signé par le président Bouteflika. Lors de sa création, il avait été placé sous l'autorité du département des Finances, ce qui constituait une anomalie et une aberration juridique. De nouvelles dispositions relatives au décret présidentiel portant composition, organisation et modalités de fonctionnement de l'Office central de la répression de la corruption ont été publiées dans l'édition N°46 de 2014 du Journal officiel. Le nouveau décret "a pour objet de modifier certaines dispositions du décret présidentiel n° 11-426 du 13 Moharram 1433 correspondant au 8 décembre 2011 fixant la composition, l'organisation et les modalités de fonctionnement de l'Office central de répression de la corruption". Le texte apporte des changements aux dispositions des articles 3, 8, 10, 11, 14, 18 et 23 du décret présidentiel du 8 décembre 2011, ayant trait notamment à la gestion et au fonctionnement de l'Office. A la faveur de ce décret, l'Office passe sous la tutelle du ministère de la Justice alors qu'il dépendait depuis sa création en 2011 du ministère des Finances.
"L'Office est placé auprès du ministre de la Justice, garde des Sceaux. Il dispose de l'autonomie d'action et de gestion", est-il écrit dans l'article 3 du décret. Les autres articles portent notamment sur "le nombre d'officiers, d'agents de police judiciaire et de fonctionnaires mis à la disposition de l'Office", qui sera fixé par arrêté conjoint du ministre de la Justice, garde des Sceaux et du ministre concerné", lit-on dans l'article 8. Selon les nouvelles dispositions, cet instrument de lutte contre la corruption sera dirigé par un directeur général "nommé par décret présidentiel sur proposition du ministre de la justice, garde des sceaux. Il est mis fin à ses fonctions dans les mêmes formes".
Ce dernier est chargé d'élaborer le budget et d'établir un rapport annuel d'activités de l'Office qu'il soumet à la tutelle. L'Office constitue un outil opérationnel dans le domaine de la lutte contre les atteintes aux deniers publics. Il est érigé en service central de police judiciaire chargé des recherches et des constatations des infractions dans le cadre de la répression de la corruption et de déférer les auteurs devant les juridictions compétentes, en vertu des dispositions de la loi 06-01 du 20 février 2006. Il traite les dossiers transmis par les instances officielles, en plus des lettres de dénonciation émanant des citoyens. Le départ de Sayah de cet office est-il acté ? Mais en changeant de tutelle, cet office aura-t-il à l'avenir les mains plus libres qu'auparavant lorsqu'il était rattaché au ministère des Finances ? Aura-t-il plus de prérogatives dans ses missions ? Seul le temps nous donnera des précisions sur cet organisme


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.