Ligue 1: Le programme des rencontres de la 10ème journée    Huit activistes condamnés à 10 000 DA d'amende    Le ministre de l'Enseignement supérieur chahuté par les étudiants    Report du procès en appel de Zoukh au 6 février    Attar insiste sur le développement de la pétrochimie    La première session du Cnes «nouveau» se tiendra en février    Aït Ali rencontre les représentants de la filière    Inquiétudes sur l'offre et le prix des viandes    La patrie d'Armstrong et la dignité des peuples : un challenge existentiel    L'Afrique du Sud appelle Biden à annuler la décision de Trump    Rome attend du Caire une collaboration "complète"    Revoilà les manifestations du pain au Soudan    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Charfi répond aux «petits» partis    Leknaoui à la rescousse    Isla de retour, forfait de Rebiai    "Difficile de prédire le vainqueur de la League anglaise"    La rue assaillie par les mécontents    Faible mobilisation des travailleurs    Un mort et trois blessés    Les réactions s'enchaînent en Algérie et en France    Des gargotes pour les haltes solitaires    Lupin ou la consécration des séries télévisées européennes    Mesures à l'encontre des coupables    Mémoires sur le mouvement syndical algérien    Distinction des lauréats du concours de la "Meilleure interprétation théâtrale"    Paroles d'un porte-parole    Jean-Philippe Ould Aoudia : Mémoire, vérité et réconciliation    MO Béjaïa : L'ère Karouf a commencé    US Biskra : La dégringolade semble inexorable    CNAS Alger : Appel à la déclaration annuelle des salaires (DAS 2020)    Le monde en bref...    Des figures historiques oubliées par l'école de la République    Culture : Le sociologue Liess Boukraa s'est éteint    Hadjer Ben Boubakeur. Chercheuse en musicologie : «C'était risqué pour le régime algérien de contrecarrer la musique hirakiste»    Exercices pour soigner les douleurs du nerf sciatique    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    Tiaret: Prochaine connexion de la wilaya avec l'autoroute Est - Ouest    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    «Salaire dérisoire» et «prime Covid-19 non perçue»: Protestation des communaux devant le siège de l'APC    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Des histoires à raconter    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le nouveau directeur de l'éducation installé    La justice se déjuge    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Séminaire d'Alger sur le TNP : Tout pour arriver à une plate-forme commune pour la conférence de 2015
Publié dans Le Maghreb le 09 - 04 - 2015

L'objectif principal qu'ont poursuivis, hier à Alger, les participants au séminaire international en prélude à la Conférence d'examen 2015 du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP) est d'arriver à l'établissement d'une plateforme commune afin que la Conférence prévue à New York du 27 avril au 22 mai sera un succès.
19 pays et plusieurs organisations régionales et internationales prennent part au séminaire international de deux jours, préparant la Conférence d'examen 2015 du TNP des armes nucléaires de New York que présidera l'Algérie du 27 avril au 22 mai.
La rencontre d'hier a offert l'occasion de "confronter les vues et analyses et d'approfondir le dialogue avec d'imminents spécialistes" sur les thèmes à l'ordre du jour du séminaire, à savoir, le désarmement, la non prolifération et l'utilisation pacifique de l'atome.
Cette rencontre est co-organisée par l'Institut diplomatique et des Relations Internationales (IDRI), relevant du ministère des Affaires étrangères, en partenariat avec la Fondation pour la Recherche Stratégique de l'Union européenne.
Sur le plan pratique et pour le représentant des Nations unies, Valere Mantels, il s'agit de saisir l'occasion qui " est offerte ici à Alger pour discuter des défis à relever".
Plus explicite, il indique que "Lors de cette rencontre à Alger on aura l'occasion d'aborder beaucoup de points de discorde, pour arriver à une plateforme commune". Mais il faudra pour cela " accélérer le processus et aller vers le désarmement définitif".
Compte tenu des développements dans le domaine à l'échelle internationale, M. Mantels a bien fait remarquer que l'accord conclu entre Téhéran et le groupe 5P +1, sur le nucléaire iranien, est un "signal positif et de cette flexibilité politique, qui va davantage contribuer à la réussite de la prochaine conférence" de New York que présidera l'Algérie. De son côté, l'envoyé spécial de l'Union européenne, Jacek Bylica, s'est félicité de la contribution de l'Algérie, tant par des personnalités (Mme Ferroukhi), et par des propositions dans la sensibilisation et la protection des dangers des armes nucléaires". Et c'est ainsi qu'il a tenu à réitérer, l' "engagement de UE à promouvoir cette approche de désarmement et s'assurer le plan d'action du TNP, tout en précisant que l' "UE est disposé pour s'engager à soutenir toutes les actions qui viennent à réduire et éliminer tous les arsenaux chimiques et nucléaires dans le monde". L'UE, selon M, Bylica, favorise "l'interdiction immédiate des armes explosives". "Tous les pays doivent partager la responsabilité, pour relever les défis, afin de trouver des solutions pacifiques par la voix diplomatique", a-t-il souligné. L'envoyé de l'UE a appelé "tous les participants à ce séminaire d'Alger à profiter de cette occasion pour l'organisation de la prochaine conférence dans de bonnes conditions". Pour lui, l'accord sur le nucléaire iranien aura une influence positive pour la réussite de la conférence 2015 ".
Et c'est alors qu'il affirme que "Lors de ce séminaire à Alger, on aura du progrès considérable et il va contribuer à la réussite de la conférence 2015 ".

L'Algérie fidele à sa politique
L'Algérie a plaidé pour une coopération entre les Etats membres du traité de non-prolifération (TNP) des armes nucléaires dans la perspective d'atténuer les conflits et les "pressions nouvelles".
Intervenant au nom du ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, au séminaire préparant la Conférence d'examen du TNP, l'ambassadeur Abdallah Baali a souligné que "la volonté d'oeuvrer à la réalisation des objectifs du traité commande de renforcer la confiance et la coopération afin d'atténuer les pressions nouvelles générées par les questions régionales et les conflits non résolus qui pèsent sur l'intégrité et l'autorité du régime TNP".
"Face à ces préoccupations, la vaste majorité des Etats non nucléaires ont montré la voie en optant pour l'établissement de zones exemptes d'armes nucléaires, imprimant ainsi une vigueur politique et juridique aux efforts internationaux de désarmement et de non-prolifération", a-t-il dit. Il a estimé que cette démarche "clairvoyante a le mérite de valoriser le potentiel des zones pour la protection de l'environnement et surtout la réduction des risques d'une course aux armes nucléaires ou de voir celles-ci tomber aux mains d'acteurs non étatiques".
D'autre part, il a relevé que l'Algérie saluait la "détermination" des pays arabes qui, "en dépit de la non tenue de la conférence 2012 sur le Moyen-Orient, ont poursuivi leur coopération en vue de progrès tangibles dans la conduite du processus devant aboutir au lancement effectif du processus d'établissement de la Zone au Moyen-Orient".

Le TNP n'est pas parvenu au désarmement
L'ambassadeur Abdellah Baali a bien tenu à regretter que le traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP) de 1968 a réussi à prévenir la prolifération mais non le désarmement nucléaire.
Intervenant au nom du ministre des affaires étrangères, Ramtane Lamamra a estimé que ce dernier a réussi "dans une très large mesure" à prévenir la prolifération nucléaire, en revanche, il s'est avéré "moins efficace" concernant le désarmement nucléaire.
C'est ainsi qu'il a tenu à indiquer que "près de 50 ans après, nous sommes encore très loin du désarmement général et complet, attendu" même si, a-t-il dit, l'agence internationale de l'énergie atomique "s'acquitte de son rôle de vérification des obligations de non-prolifération des Etats membres".
M. Baali a tenu à souligner également que "La vaste majorité des Etats membres ont adhéré à l'arsenal de mesures développé pour le renforcement du régime global de sûreté et de sécurité nucléaire-afin de prévenir la prolifération nucléaire".
L'ambassadeur a néanmoins estimé que "le régime TNP peine à impulser la dynamique voulue au désarmement nucléaire". En effet, l'article 6 du traité en question enjoint les Etats membres d'œuvrer à l'élimination des armes nucléaires, de poursuivre les efforts pour l'universalisation du TNP, et de fournir des garanties crédibles sur le non recours ou la menace de recours aux armes nucléaires contre les Etats non nucléaires.
Par ailleurs, M. Baali a relevé le retard de ce qu'il a appelé "le sursaut attendu de la part des 8 Etats restants listés dans l'annexe 2 du Traité d'Interdiction Complète des Essais Nucléaires (TICEN) devant permettre l'entrée en vigueur de cet instrument important de l'architecture de désarmement et de non-prolifération qui figure en tête des 13 mesures issues de la conférence d'examen 2000".
D'autre part, l'ambassadeur a souligné que la conférence de révision de New York se tient dans un contexte politique international "particulièrement difficile marqué par des tensions et des défis multiples".
"Il nous faudra de toute évidence travailler ensemble à New York pour surmonter toutes ces difficultés et faire avancer notre agenda commun, en procédant à une évaluation lucide et rigoureuse de la mise en œuvre du plan d'action adopté lors de la dernière conférence de révision", a-t-il précisé.
L'ambassadeur a conclu que c'était avec "un sens des responsabilités aigu que l'Algérie a accepté de s'investir dans la présidence de la 9ème Conférence d'examen, consciente que la responsabilité partagée qui incombe aux Etats parties au traité est le meilleur garant d'une coopération de bonne foi entre les Etats nucléaires et les Etats non nucléaires pour convenir ensemble de la vision qui nous conduira à faire progresser les objectifs intrinsèquement liés du traité garant d'une sécurité non diminuée pour tous".
La conférence de révision que présidera l'Algérie entre le 27 avril au 22 mai à New York sera "l'occasion pour les Etats parties de se projeter dans l'avenir en vue de dégager les perspectives qui cimenteront l'autorité et la durabilité du TNP en prévision de la conférence 2020", a indiqué M. Baali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.