Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A l'occasion de la cérémonie du 15 mai prochain à Bamako La médiation internationale invite toutes les parties maliennes à signer l'accord de paix
Publié dans Le Maghreb le 20 - 04 - 2015

La médiation internationale au dialogue malien, conduite par l'Algérie, a invité avant-hier toutes les parties à signer l'accord de paix et de réconciliation au Mali à l'occasion d'une cérémonie prévue le 15 mai prochain à Bamako (Mali), dans un communiqué de la médiation rendu public à Alger par le ministère des Affaires étrangères.
La médiation a souligné l'importance d'achever la signature de l'accord de paix pour consolider et préserver les acquis réalisés auparavant dans les précédents rounds du dialogue tenus à Alger, ce que permettra de rétablir une fois pour toute la sécurité au Mali, "La médiation souligne que le processus de paix en cours doit se poursuivre de la manière qui puisse consolider les acquis jusqu'ici obtenus. A ce titre, elle invite et engage tous les mouvements politico-militaires parties à la Déclarations d'Alger du 09 juin 2014 et à la plate-forme d'Alger du 14 juin 2014 et/ou toutes les parties signataires de la feuille de route du 24 juillet 2014 à procéder à la signature de l'accord à l'occasion de la cérémonie qui sera organisée le 15 mai 2015 à Bamako à cette fin", a indiqué le communiqué.
La médiation, qui a été élargie aux Etats-Unis d'Amérique et à la France, a affirmé que "cette étape (la signature de l'accord) ouvrira la voie à la mise en œuvre et à l'opérationnalisation des engagements pris."
Elle a également réitéré son soutien sans faille jusqu' à ce que processus soit achevé avec succès qu'il s'agit de la signature de toutes les parties de l'accord, "La médiation veillera à ce que la mise en oeuvre de l'accord soit effective et complète, selon des modalités et un calendrier d'application à convenir conformément aux dispositions de l'Accord", lit-on dans le même texte. "Les dispositions nécessaires seront prises pour permettre et faciliter à toute personne et entité désireuse de marquer leur contribution à la réalisation des objectifs de l'accord d'apporter leur soutien direct et formel à l'accord", a ajouté la médiation, qui a tenu des réunions de consultations à Alger du 15 au 18 avril courant.
La médiation a tenu, selon la même source, "une série de réunions et de consultations (...) sous la présidence de son chef de file, l'Algérie, pour 'faire le point sur le processus de paix en cours au Mali' depuis l'ouverture au paraphe le 1er mars 2015 à Alger de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali du processus d'Alger et arrêter les actions à engager au titre des prochaines étapes."
A la faveur de ces réunions, la médiation a passé en revue les résultats des efforts entrepris pour s'"assurer de la pleine adhésion de toutes les parties prenantes à l'accord et à ses objectifs dans la perspective de son ouverture à la signature", a précisé le communiqué.

Nombreuses marques de soutien très encourageantes
En outre, la médiation, qui se déclare "très encouragée" par les nombreuses marques de soutien exprimées, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du Mali, en faveur de l'Accord, s'est félicitée à cet égard de ce que l'accord paraphé ait été accueilli "favorablement par la grande majorité des Maliens." "Elle (la médiation) prend bonne note du contenu des déclarations du Conseil de sécurité du 10 avril 2015 et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine du 27 mars 2015 sur la situation au Mali et fait sien l'appel des membres des deux organes engageant les parties à saisir cette occasion historique qui s'offre à elles pour asseoir une paix durable au Mali", a également précisé le communiqué. Après avoir considèré que l'accord comporte "un dispositif robuste" de garanties internationales, de suivi et d'accompagnement, gage d'une application effective de l'ensemble des dispositions de l'accord, la médiation a affirmé que "le paraphe de l'accord par tous les membres de la médiation et d'autres partenaires du Mali, ainsi que le soutien unanime dont il bénéficie au plan international, constituent, en eux-mêmes, un engagement juridico-politique de la communauté internationale en faveur d'une mise en oeuvre intégrale des engagements convenus. La médiation s'emploiera à faire en sorte que ces engagements soient effectifs.
" La médiation, rapporte en outre le communiqué, "souligne combien le peuple malien avait plein d'espoir et d'optimisme lors du lancement des pourparlers inter-maliens inclusifs dans le cadre du processus d'Alger le 16 juillet 2014, à la perspective de voir la crise qui durait depuis trois ans pendre fin. Aujourd'hui, il a hâte de voir cette aspiration légitime concrétisée et que, par leurs actions, ses dirigeants puissent le conduire sur la voie de la paix, de la réconciliation nationale, de la bonne gouvernance et du développement socio-économique." Soulignant que tous les acteurs, séparément et collectivement, "doivent prendre conscience de la responsabilité qui est la leur en la matière", la médiation a insisté qu'"il y va de la stabilité et de la prospérité non seulement du Mali et de la population malienne mais aussi de l'ensemble des Etats et des populations de la région sahélo-saharienne.
" A ce titre, la médiation a exhorté "fortement" les parties à continuer à respecter jusqu'à terme tous les engagements qu'elles ont pris à travers l'accord de cessez-le-feu du 23 mai 2014 et ses modalités de mise en œuvre, la Déclaration de cessation des hostilités du 24 juillet 2014 et la Déclaration des parties au processus d'Alger du 19 février 2015. La médiation a, dans le même contexte, lancé "un appel à toutes les bonnes volontés, notamment celles au nord du Mali, y inclut les Chefferies traditionnelles, les Autorités coutumières et toutes les personnalités influentes à soutenir l'accord et à apporter toute contribution nécessaire à sa mise en œuvre."
"La médiation, réitérant l'engagement sans faille de ses membres aux côtés du Mali souverain, uni et réconcilié, appelle les partenaires de ce pays et l'ensemble de la communauté internationale à une mobilisation continue et soutenue jusqu'à une sortie effective et définitive de la crise", a conclu le communiqué.
A rappeler, dans le contexte de l'achèvement de la signature de l'accord par toute les parties maliennes ayant part au dialogue, certains pays ont appelé à compléter la signature, tel l'Espagne via son ministre des Affaires étrangères qui a appelé les parties maliennes à signer l'accord de paix paraphé le 1er mars dernier à Alger par le gouvernement malien et trois groupes maliens armés, estimant qu'il s'agit du meilleur moyen pour la réalisation de la paix et la réconciliation nationale au Mali.
Le ministère espagnol a également affirmé "le soutien total de Madrid" à la Minusma, qui a été récemment ciblée par un attentat dans un camp au nord du Mali, pour la réalisation de la stabilité et la sécurité au Mali appelant toutes les parties à respecter les efforts de la Mission.
Ainsi La ministre nigérienne des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur, Aicha Kané Boulama, a appelé le 15 du mois courant les mouvements maliens n'ayant pas encore paraphé l'accord de paix de réconciliation nationale au Mali à le faire.
"Dans le cadre la Médiation internationale, conduite par l'Algérie en tant que chef de file, il est question de parfaire le travail entamé le 1er mars dernier (à Alger) par le paraphe de l'accord de paix et de réconciliation au Mali par les mouvements qui ne l'ont pas encore fait", a indiqué Mme Boulama.
Réitérant son "souhait d'aboutir à une paix définitive au Mali", la ministre nigérienne a réaffirmé "l'appui et le soutien du Niger à l'Algérie tant qu'il est question de rétablir la paix, de lutter contre le terrorisme et de créer les conditions de sécurité au Sahel".
"Nous comptons sur la détermination et la bonne vision que l'Algérie imprime à ce genre de processus. C'est pour cela que nous réitérons nos félicitations à l'Algérie et à M. Lamamra pour faire aboutir ce processus, très difficile et laborieux", a ajouté Mme Boulama.
Les parties maliennes au dialogue pour le règlement de la crise dans la région Nord du Mali avaient paraphé le 1er mars dernier à Alger un accord de paix et de réconciliation sous la supervision de la Médiation internationale, conduite par l'Algérie, en tant que chef de file, rappelle-t-on. Le Niger fait partie de la Médiation.
Le document a été paraphé par le représentant du gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du mali engagés dans la plateforme d'Alger (le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA, dissident), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA) et la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR) et par l'équipe de la médiation conduite par l'Algérie.
Cependant la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) regroupant (le Mouvement national de libération de l'azawad (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'azawad (MAA) avait demandé "une pause" pour consulter leur base militante avant de parapher le document.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.