Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Education nationale : Les programmes de deuxième génération visent à développer les capacités cognitives
Publié dans Le Maghreb le 23 - 03 - 2016

Contrairement aux programmes précédents axés sur l'apprentissage par mémorisation, les programmes pédagogiques de deuxième génération, reposent sur le développement des capacités cognitives et l'esprit d'analyse et de déduction de l'élève, se sont accordés à dire des pédagogues, mardi à Alger. Dans une déclaration à l'APS, le président de la Commission nationale des programmes au ministère de l'Education nationale, Farid Adel, a indiqué que les programmes de deuxième génération, qui seront appliqués dés la prochaine rentrée (2016-2017), "visent le développement des capacités cognitives et de l'esprit d'analyse et de déduction de l'apprenant contrairement aux programmes précédents qui, eux, étaient axés sur l'apprentissage par mémorisation". Ajoutant que l'objectif escompté de ces programmes est de créer une activité interactive en classe, à travers le travail de groupes, pour favoriser le développement des aptitudes et compétences de l'élève". Dans cette équation, l'enseignant assumera le rôle d'organisateur, d'animateur et de facilitateur du processus didactique". Il s'agira surtout, a-t-il soutenu, de cerner les facultés de l'élève afin de déterminer son profil par anticipation et a travers une évaluation périodique à chaque fin de palier (primaire, moyen et secondaire), le but d'une telle démarche étant d'appr éhender son avenir professionnel. Selon lui, les programmes de deuxième génération sont fondés sur le principe de "l'approche globale" qui permet d'évoquer le même sujet à travers différentes matières, scientifiques et littéraire, en fonction des spécificités de chacune. Afin de concrétiser cette approche sur le terrain, un travail commun doit être fait par les enseignants dans le cadre d'un "conseil de classe" au sein des établissements scolaires pour préparer les leçons et trouver des solutions aux problématiques qui peuvent être posées. Dans ce nouveau concept, l'évaluation n'est plus un outil de sanction mais un moyen de comprendre les défaillances que l'élève présente. Farid Benramdane, conseiller pédagogue au ministère de l'Education nationale a indiqué que les réformes de 2e génération apportent "des améliorations" aux programmes actuels sans toucher à la structure des matières ni à leur volume horaire. Il a précisé que ces changements cibleront "les contenus et les méthodes d'enseignement en focalisant notamment sur la transmission des valeurs de l'identité algérienne et la compréhension des cours". Ces nouvelles méthodes permettront à l'élève de développer ses capacités cognitives et d'apprendre à raisonner par la logique, a-t-il ajouté.
LES REFORMES CONSTITUENT "UNE AVANCEE"
Abdelaziz Berrah, membre de la commission nationale des programmes a indiqué de son côté, que les réformes de deuxième génération constituent "une avancée" du fait que les nouveaux programmes favorisent l'implication de l'élève dans l'opération éducative à travers sa participation en classe et l'acquisition d'un bon profil comportemental par les cours d'éducation islamique et d'éducation civique. Il a ajouté que le profil de sortie de l'élève de la première et de la deuxième année primaire passe par l'acquisition de "la lecture, de l'écriture et du calcul". M. Seddik Mihoubi, inspecteur formateur en enseignement primaire à Msila a affirmé pour sa part que les réformes de 2e génération recadrent avec précision le domaine d'apprentissage appelé dans les programmes précédents "unité", tout comme elles redéfinissent la formation cognitive exigée de l'élève. Il a souligné dans ce contexte que l'élève aura désormais un autre rôle en classe en participant à la recherche de solutions aux problèmes posés alors que l'enseignant continuera d'assurer la guidance scolaire par des méthodes modernes d'enseignement.
DES DIZAINES DE NOUVELLES SPECIALITES INTEGREES DANS LE CONCOURS DE RECRUTEMENT
D'un autre coté et a propos de l'évé- nement attendu de la parts des milliers de jeunes diplômés, des dizaines de nouvelles spécialités ont été intégrées dans le concours de recrutement de 28.000 enseignants prévu prochainement, a indiqué hier le ministère de l'Education nationale. Trente quatre (34) diplômes, incluant 27 filières ou spécialités, dont des licences en sciences politiques et relations internationales, en communication et en droit seront acceptés pour participer à ce concours dans le cycle primaire, souligne le ministère sur son site web. S'agissant du cycle moyen, 39 titres englobant 28 spécialités ou filières, sont concernés par le concours pour des postes dans 12 filières qui sont les langues (l'arabe, tamazight, l'anglais, le français), l'histoire et géographie, les mathématiques, les sciences de la physique et de la technologie, l'informatique, la musique, l'éducation physique et sportive (EPS) et le dessin. Quant au cycle secondaire, la participation au concours est ouverte aux titulaires de Master d'Ingéniorat d'Etat dans 70 spécialités. Les filières concernées sont notamment les langues (arabe, français, anglais, tamazight, espagnol, allemand, italien, chinois, turc), l'histoire et géographie, les mathématiques, les sciences de la physique, les sciences de la nature et de la vie, l'informatique, les sciences islamiques, la musique, le dessin, l'EPS, la topographie, Génie électrique, génie civil et génie mécanique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.