Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    Un projet pour autonomiser les femmes en Algérie    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Le directeur sous contrôle judiciaire    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Le niveau de l'eau en baisse significative    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Omra durant Le Ramadhan : Les prix de la prestation sont exorbitants !
Publié dans Le Maghreb le 30 - 05 - 2016

Ceux qui comptent se rendre aux Lieux Saints de l'Islam, les endroits auxquels l'islam voue la plus grande importance, durant le mois de Ramadhan prochain afin de faire une Omra en cette période équivalente à un Hadj, seront dans l'obligation de puiser dans leurs économies pour faire face à la hausse des prix fulgurante par rapport à l'an dernier.
En effet, le séjour le moins cher durant la première quinzaine de ce mois sacré est estimé à pas moins de 200 000 DA, alors que la deuxième quinzaine de Ramadhan coûtera environ 260 000 DA (et encore dans des hôtels se situant à plus de 1000 m de la mosquée de la Mecque).
Selon des indiscrétions, il est affirmé, que le prix de la Omra cette année, durant le mois de ramadhan, est estimé à partir de 200 000 DA, indiquant que le montant de la prestation fixé par certaines agences de voyage, ne comprend pas le prix du billet d'avion, ce dernier étant évalué à dix millions de centimes. Alors que l'année dernière le montant variait entre 180 000 DA et 240 000 DA. Ce qui fait une hausse de 20 000 dinars au minimum dans la même période. Il faut dire que la Omra demeure assez chère pour les petites bourses. Ceci, sachant qu'aucune promotion n'est prévue, au fur et à mesure que le nombre de demandes ne cesse d'augmenter. Notre source affirme que la hausse des prix est justifiée, tant que les tarifs des établissements hôteliers en Arabie Saoudite enregistrent une hausse, à la suite de la dépréciation de l'Euro ces derniers temps.
En outre, et en raison de travaux que connaît la Mecque, les autorités saoudiennes ont diminué le nombre de visas des hadjis, octroyés pour l'Algérie.
Selon des informations, cette année environ 30 000 Algériens pourront se rendre dans ce pays pour s'acquitter de ce devoir religieux. Si environ 20 000 pèlerins seront transportés par l'Office national du Hadj et de la Omra et quelque 3 000 par le Touring Club d'Algérie, le reste trouvera des difficultés pour ''dénicher'' une agence de voyage. Chaque année, des citoyens se plaignent des prestations offertes par ces privés. Il y a même des cas où c'est carrément l'ONHO qui est venu au secours de pèlerins abandonnés et livrés à eux-mêmes. Il faut dire aussi que les tarifs du hadj actuels, assez élevés, n'encouragent pas les agences dont beaucoup évitent ce "marché". Par contre, certains les professionnels saoudiens ne veulent pas subir cette baisse, et la répercutent donc sur les prestataires étrangers, qui, difficile à croire, prennent en charge une partie de cette hausse et n'en répercutent qu'une partie sur les pèlerins (sinon les prix auraient augmenté cette année 2016, de plus de 10%). A titre d'info, en Arabie Saoudite, 1 euro s'échangeait contre 4 ryals au maximum. Enfin, et c'est une conséquence du point précédent, les prix des billets d'avion ont eux aussi connu une hausse (augmentation du prix du pétrole, taxes aéroportuaires
en hausse …).

La chute du dinar est impliquée
Selon un homme habitué à effectuer le voyage pratiquement chaque année, les prix de la Omra sont quasiment les mêmes partout dans le monde, il est inconcevable de penser que toutes les agences du monde se soient mises d'accord pour fixer les mêmes prix à leurs clientèles, c'est là aussi une preuve que les prix sont influencés, dans une grande proportion, par des considérations externes", a-t-il confirmé. On a vu que la principale raison était due aux prix de l'hôtellerie saoudienne, mais il y a 2 autres raisons indirectes.
La baisse spectaculaire des cours du dinar qui est en chute libre (et de quasiment toutes les monnaies fiduciaires du monde). Une chute vertigineuse qui a atteint en l'espace de 6 mois plus de 30 %. En effet, au cours des six premiers mois de cette année 2016, notre monnaie nationale a perdu au moins 30% de sa valeur face au dollar américain ; d'ailleurs, cette dépréciation du dinar est expliquée par le différentiel d'inflation et les tensions sur les marchés des changes.
Il est à signaler, que la valeur du dinar est en relation avec les cours du prix de l'or noir. C'est là un élément incontournable tant qu'il n'y a pas un autre moyen d'exportation hors hydrocarbures qui pourrait rééquilibrer réellement la balance de l'économie nationale.
Le dinar n'existe pas sur le plan des échanges impactant la balance des paiements. Lorsque l'on constate la chute de la monnaie algérienne, ce n'est pas le dinar qui chute mais nos réserves en devises par suite de l'augmentation des importations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.