REVISION DE LA CONSTITUTION : Le MSP formulera des propositions    SEISME A JIJEL : Deux ministres s'enquièrent de la situation    MOSTAGANEM : Les bibliothèques désertées par les lecteurs    Lalmas veut que Tebboune s'approche des ‘'harraga''    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Nâama: saisie de 7, 725 tonnes de kif traité en 2019    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    Services d'urgence et femmes enceintes: le ministère de la Santé trace une nouvelle feuille de route    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Ferme condamnation algérienne    «Nous devons respecter nos adversaires»    «Le RND sera plus proche du peuple que du pouvoir»    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    Plus de 4 500 postes à pourvoir pour la session de février    Opération coup-de-poing à Oued R'hiou    880 ha réservés à la production d'eucalyptus    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Le réflexe de Chitour    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Les redevances des droits d'auteur, objet d'incompréhension    Célébration de l'anniversaire de la naisance de Matoub Lounès    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    Epidémie de coronavirus en Chine : 40 millions de personnes en quarantaine    WAT – JSMB : Les Béjaouis avec les réservistes    Transport de marchandises : La logistique qui fait défaut aux exportations    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    En bref…    CAN-2020 de Handball : Les Verts éliminés par l'Egypte    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Energie, télécommunications: Intérêt américain pour le marché algérien    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Séisme de magnitude 4,9 à Jijel: Immeubles fissurés et routes affaissées    Saisie de psychotropes, 3 arrestations    49ème vendredi de manifestation: La mobilisation se poursuit    La valorisation des agrumes passe par leur labellisation    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    Lancement d'un nouveau site web    Blessé, Slimani forfait face à Strasbourg samedi    Tebboune, à coeur ouvert    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Royaume-Uni : Le gouvernement de May testé devant le Parlement
Publié dans Le Maghreb le 22 - 06 - 2017

Le nouveau gouvernement britannique dévoile mercredi son programme lors du traditionnel discours de la reine alors même que les conservateurs de Theresa May ignorent s'ils arriveront à réunir une majorité absolue dépendant d'un accord avec le petit parti nord-irlandais DUP.
La reine Elizabeth II a présenté en fin de matinée devant la chambre des Lords le programme de l'exécutif dans ce discours qui marque, avec deux jours de retard, la cérémonie d'ouverture du Parlement. "Ce discours de la reine vise à reconnaître et saisir les opportunités qui se profilent pour le Royaume-Uni alors que nous quittons l'Union européenne", a déclaré Theresa May dans un communiqué alors que les négociations du Brexit ont débuté lundi à Bruxelles. Lu par la souveraine mais rédigé par le gouvernement, le discours présente les grandes lignes du programme législatif du gouvernement pour les deux années à venir et va donner lieu, ensuite, à plusieurs jours de débats parlementaires avant un vote de confiance attendu pour le 29 juin et qui pourrait s'avérer fatal pour la Première ministre.

'Humilité'
"Les résultats de l'élection ne sont pas ce que nous espérions mais ce gouvernement va réagir avec humilité et entendre le message envoyé par les électeurs", a ajouté cette fille de pasteur, grandement affaiblie par les législatives qu'elle avait convoquées pour renforcer sa majorité parlementaire afin d'aborder plus sereinement les négociations du Brexit. Avec 317 sièges sur 650, les conservateurs comptent sur le soutien des dix députés du petit parti ultra-conservateur nord-irlandais, le DUP, pour obtenir la majorité absolue. Mais cet accord, qui semblait être une formalité, tarde à se concrétiser.
Une source au sein du DUP a indiqué qu'il "n'était certainement pas imminent" parce que les discussions "ne se sont pas déroulées de la manière qu'escomptait le DUP", assurant qu'il ne fallait pas prendre le soutien du parti comme acquis. Le quotidien conservateur The Times a qualifié la formation de Mme May de "gouvernement de zombie", affirmant que la Première ministre est "tellement affaiblie qu'elle ne peut pas arbitrer les querelles entre ses ministres", sur fond de grogne grandissante de la population quant à sa stratégie concernant le Brexit. Selon le Daily Telegraph, elle devrait annoncer l'abandon de mesures impopulaires touchant aux aides sociales, aux repas gratuits dans les écoles et renoncer à son intention de réintroduire la chasse au renard.

'Pays plus fort et plus juste'
Mme May a résisté aux multiples appels à la démission depuis cette élection ratée mais les médias bruissent de rumeurs sur son possible remplaçant: le ministre chargé du Brexit David Davis ou celui des Affaires étrangères Boris Johnson?
Le discours de la reine, normalement l'occasion pour le gouvernement de présenter un programme ambitieux, devrait cette fois-ci être consensuel pour éviter toute division parmi les 317 députés conservateurs. Le faste aussi a été revu à la baisse: aucun cortège à cheval et pas de tenues de cérémonie. Evoquant son programme, Theresa May a dit qu'il s'agissait "d'obtenir un accord pour le Brexit qui fonctionne pour toutes les régions du Royaume-Uni tout en construisant un pays plus fort et plus juste". Les partis d'opposition préparent, selon la presse, une série d'amendements portant notamment sur des changements dans les règles de sécurité des logements après l'incendie dramatique de la tour Grenfell qui a fait 79 morts.
D'autres amendements devraient appeler à un accès facilité au marché unique européen et à la mise en place d'une commission multipartite et ouverte à la société civile pour discuter de la stratégie à adopter sur le Brexit. Il n'y a pas de règle stricte mais l'usage veut que si un amendement est voté, le gouvernement démissionne. Mardi, le ministre des Finances Philip Hammond a défendu une approche douce du Brexit, tenant à rassurer des milieux d'affaires inquiets de la ligne dure maintenue par Theresa May et défendue par David Davis. Une "journée de la colère" organisée par le groupe d'extrême gauche "Mouvement pour la Justice" et soutenue par l'opposition travailliste est prévue mercredi. Une marche jusqu'à Downing Street est attendue à partir de 13H00 (12H00 GMT) pour "faire tomber le gouvernement".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.