Coronavirus: 208 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    EdF: Benzema, Di Meco comprend Deschamps    Paix en Libye: Boukadoum appelle le CPS de l'UA à unir ses efforts avec l'ONU    Médiateur de la République: fin de fonction de Karim Younes, nomination de Brahim Merad    JSMB - RCA, duel entre le leader et son dauphin    MCO-WAT en vedette    "Nous ne sommes pas encore qualifiés"    La normalisation avec l'Etat d'Israël cautionne les crimes de l'occupant sioniste    Formation    Des directives pour parer à l'urgence    Le cafouillage    Algérie-Egypte: pour une coopération dans le domaine des micro-entreprises    Sous le sceau de la pandémie    L'AC Milan freinée dans sa course à la LDC    Dimanche de penalties et d'accusations    Education: La révision des statuts des travailleurs débattue    «La prévention reste le meilleur moyen», selon le Pr Yacine Kitouni    Campagne de contrôle des motocyclistes    C'est parti pour les épreuves d'éducation physique et de sport (EPS)    Sous le thème «Musée et Mémoire. Les objets racontent votre histoire»    Pierre Augier, Mouloud Mammeri, Frantz Fanon, Germaine Tillon et beaucoup d'autres    Les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Une autre nuit d'horreur à Ghaza    Un fonds spécial pour l'argent détourné    "Des labos d'analyses seront installés dans les aéroports"    Un vrai casse-tête    Découverte de la galère portugaise    Qui part, qui reste ?    L'EXAMEN DU DOSSIER DE LOUNÈS HAMZI DE NOUVEAU REPORTE    38 hirakistes condamnés de 6 à 18 mois de prison ferme    "Faire obstacle aux discours haineux"    Clôture de la 4e session de printemps de l'AP-OTAN avec la participation du CN    Les pays normalisateurs devraient avoir honte de leur position face aux crimes de l'occupant sioniste    Le parti de "Sawt Echaâb" plaide pour une solidarité mondiale avec la Palestine    Inauguration de l'exposition "expressions artistiques de terre et de feu"    Le dénuement du portemonnaie    Hydrocarbures: Sonatrach signe avec le norvégien Equinor    Une solution pour Ghaza !    Samir Hadjaoui est décédé    Une loi «spécifique et exhaustive»    Les candidats en ordre de bataille    La communication fait défaut    Les mercenaires de la politique    Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud    Cinq terroristes présumés tués près de la frontière algérienne    De quoi sera fait l'après-Covid?    Frida à l'affiche    Boudjima renoue avec le Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise migratoire en Afrique : Baisse spectaculaire du nombre de migrants traversant le Sahel
Publié dans Le Maghreb le 15 - 10 - 2017

Le nombre de migrants traversant le Sahel vers l'Europe a très fortement baissé récemment, a indiqué l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui explique ce phénomène par les mesures prises par la Libye et le Niger pour combattre la migration irrégulière.
Au 11 octobre 2017, 142.913 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer. Plus de 75% sont arrivés en Italie et le reste est réparti entre la Grèce, Chypre et l'Espagne. A la même date l'année dernière, ils étaient 318.791.
D'après les chiffres officiels du ministère italien de l'intérieur rapportés jeudi 12 octobre par le bureau de l'OIM à Rome, 108.402 migrants sont arrivés par la mer cette année, soit presque 26% de moins que l'année dernière à la même période, lorsque 144.574 migrants étaient arrivés en Italie.
Au mois d'octobre de cette année, seuls 2.989 migrants ont réussi à franchir les côtes italiennes dont les 1.374 secourus depuis dimanche dernier. A la même période en octobre dernier, 27.384 migrants avaient débarqué sur les rives siciliennes.
En effet, le nombre de migrants transitant par le Niger pour rejoindre la Libye a considérablement chuté. Selon l'OIM, cette réduction n'est pas étrangère aux mesures " énergiques " prises par les autorités nigériennes pour arrêter les passeurs et pour fermer les " ghettos ", ces lieux de transit où vivent les migrants. Le Niger a ainsi fermé trois des six maisons de transit dans la ville d'Agadez, où les migrants s'arrêtaient souvent avant de poursuivre leur voyage devant les mener à la traversée de la Méditerranée.
Selon Giuseppe Loprete, chef de la Mission de l'OIM au Niger, les migrants attendaient dans ces maisons de transit avant que les véhicules des passeurs les acheminent en Algérie ou en Libye. " De nombreux véhicules ont été récupérés par l'armée le long des routes migratoires. Les contrebandiers ont été arrêtés ", a déclaré M. Loprete. " Tout ceci a créé un contexte - envoyé sur un message aux candidats au départ disant que le transit via Agadez n'est pas facile, n'est pas si facile que ça ".
Du coup, de moins en moins de migrants arrivent et restent à Agadez en raison des difficultés à trouver des passeurs pour les acheminer en Afrique du Nord. " L'an dernier, nous estimions entre 5.000 et 7.000 le nombre de migrants transitant hebdomadairement en Algérie ou en Libye ", fait remarquer l'OIM qui souligne qu'" actuellement, les chiffres tournent autour de 5.500 migrants en transit par mois. " Donc, certainement moins de migrants ", a ainsi déclaré le chef de la Mission de l'OIM au Niger. Le Niger est non seulement un pays d'origine et de destination mais également un pays de transit pour les hommes, femmes et enfants victimes de traite et soumis au travail forcé. Le pays continue d'être un lieu central pour les activités de lutte contre la traite et contre le trafic illicite de migrants depuis l'Afrique de l'Ouest et à l'intérieur de la région.
Face aux durcissements de la lutte contre les migrants transitant par le Niger, les migrants cherchent des itinéraires alternatifs, " au moins tout aussi dangereux ", met en garde l'OIM. Le Niger avait deux routes pour atteindre la Libye : une plus proche du Tchad qui servait à faire passer des migrants et une autre plus proche de la frontière algérienne qui était beaucoup plus dangereuse et utilisée par des groupes extrémistes mais aussi pour le trafic de la drogue et des armes à feu.
Selon l'OIM, l'autre solution adoptée par les migrants est de traverser le nord du Mali en proie pourtant à des conflits entre des groupes rivaux. Selon l'agence onusienne, la route considérée comme la plus sûre par les migrants se trouverait le long de la côte ouest de l'Afrique, via le Sénégal, la Mauritanie et le Maroc jusqu'au détroit de Gibraltar où les flux migratoires auraient augmenté ces derniers mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.