Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    La Commission africaine des droits de l'Homme appelée à protéger les sahraouis dans les territoires occupés    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Coronavirus: 182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès    Grandiose marche nocturne à Akbou    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Manojlovic, nouvel entraîneur    Le MJS invalide l'élection de Labane    Le MJS met la pression sur les élus    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    Le Cnese fait peau neuve    Evolution technologique    Paré pour l'aventure    Youcef Bouzidi apporte ses précisions    Brahmia succède à Almas    Programme national des énergies renouvelables: création d'une société mixte Sonatrach/Sonelgaz    Le front social s'emballe    Installation d'un nouveau directeur des douanes    L'Algérie à la 146e place    Le président de SOS Bab El-Oued sous mandat de dépôt    Hausse au premier trimestre 2021    la liste des membres sélectionnés approuvée    Sécurité régionale et relance de l'UMA au menu    Pourquoi il faut rester vigilants    Les travailleurs de l'éducation maintiennent la pression    Béni Douala célèbre ses héros    La Chaîne II inaudible sur la bande FM    La chanson surprise de Lounis Aït Menguellet    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    Coupe arabe de la FIFA 2021 : L'Algérie sera présente au rendez-vous qatari    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    Tiaret: La ville croule sous les ordures    Aïn El Turck: Une dizaine de baraques de fruits et de légumes démantelées    Chlef: Les infrastructures seules ne font pas le tourisme    La tomate n'a pas partout le même goût    Marche pacifique à Béjaïa    Le FMI livre ses prévisions    Les oligarques sont-ils de retour?    La Turquie maintient le flou    Fin des poursuites dans une affaire de déstabilisation de l'Etat    L'Algérie condamne l'attaque terroriste du village de Gaigorou    Attaque terroriste sur une base militaire dans le Nord-Est    Le patrimoine et la spiritualité à l'affiche    «Le livre en tamazight a fait des pas de géant»    L'ONDA a versé plus de 50 millions DA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : L'opposition voudrait rencontrer le gouvernement sans intermédiaires
Publié dans Le Maghreb le 30 - 10 - 2017

Pour la première fois, l'opposition syrienne pourrait être représentée par une délégation unie lors des prochaines négociations de Genève sur le processus de paix en Syrie.
L'information provient de plusieurs sources de l'opposition extérieure, écrit mardi le quotidien Izvestia. Et ce n'est pas tout: les interlocuteurs sont également disposés à entamer un dialogue ouvert avec Damas. Les représentants de l'opposition intérieure indiquent toutefois que plusieurs différends doivent être surmontés avant la formation d'une délégation commune. Le parti Baas au pouvoir a annoncé qu'il était favorable au rassemblement des opposants et prône également des négociations sans intermédiaires. Les experts expliquent cet éventuel progrès par l'aspiration de l'opposition à relancer le dialogue, qui fait du surplace, avec un objectif: ne pas tomber hors des processus politiques.
La deuxième réunion des représentants de l'opposition intérieure (groupes de Moscou et du Caire) et extérieure (groupe de Riyad) est prévue dans la capitale saoudienne d'ici la fin du mois. A son issue devrait être prise la décision de constituer une délégation commune pour négocier avec les représentants de Damas à Genève. C'est ce qu'indiquent des sources de l'opposition syrienne extérieure sponsorisée par plusieurs pays étrangers.
Le leader du groupe de Moscou Qadri Jamil a fait part de son soutien à la création d'une délégation unie et au passage à des négociations sans médiateurs. Néanmoins, selon lui, l'approche de l'opposition extérieure sur ces questions est encore loin d'être constructive.
"Ils veulent réunir d'autres plateformes sous leur autorité. Mais nous avons besoin d'un dialogue équitable pour créer une délégation commune", a noté Qadri Jamil.
A l'heure actuelle, les négociations de Genève sur le règlement du conflit en Syrie se déroulent avec la médiation de l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'Onu pour la Syrie Staffan de Mistura. Ce dernier communique tour à tour avec les parties et rapporte la position de chacune d'elles à l'autre. Mais le dialogue est compliqué par le fait que l'opposition est représentée par plusieurs délégations à Genève. Tout cela n'a permis de conduire pour l'instant qu'à une entente sur la nécessité de former un gouvernement de transition, de rédiger une nouvelle Constitution syrienne et d'organiser les élections (ce qui reprend les termes de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies), ainsi que de lutter contre le terrorisme. Damas a salué l'unification des rangs de l'opposition et la disposition de cette dernière au dialogue direct. "Nous avons toujours insisté sur la formation d'une délégation commune de l'opposition et des négociations sans médiation. La présence à Genève des groupes de Moscou, du Caire et de Riyad ne fait que compliquer le dialogue", a noté Jamal Rabia, député syrien du Baas.
Dans le même temps, seul le format d'Astana apporte une contribution réelle au processus de paix syrien auquel participe Damas et l'opposition armée, estime Stanislav Tarassov, directeur du centre de recherche Moyen-Orient-Caucase. Il note que les opposants syriens qui n'ont pas de troupes armées derrière eux pourraient rester sur la touche.
Les plans de l'opposition de créer une délégation commune et de donner un coup de pouce aux négociations de Genève peuvent s'expliquer par la volonté de se faire une place dans le dialogue politique sur le règlement post-conflit à venir. Sinon, d'autres participants aux négociations pourraient se demander à quoi bon discuter avec des gens qui ne décident de rien.
Le prochain cycle de négociations est attendu pour fin octobre-début novembre à Genève, selon Staffan de Mistura.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.