Présidentielle du 12 décembre: Taux de participation global de 39,93%    Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face aux difficultés financières sérieuses : A la conquête de la croissance
Publié dans Le Maghreb le 26 - 12 - 2017

Dans un environnement globalisé où l'investissement est de plus en plus placé au cœur des politiques et stratégies de développement économique des Etats, le Premier ministre Ahmed Ouyahia lors de la rencontre de samedi des membres de la tripartite, a rappelé que l'Algérie fait face à des difficultés financières sérieuses générées par la chute des recettes des hydrocarbures. "Ces difficultés se reflètent à travers un déficit budgétaire significatif, mais aussi à travers un déficit sensible de la balance des paiements accompagné d'une érosion préoccupante de nos réserves de change. Cette situation nous interpelle d'autant plus que notre pays doit maintenir un puissant processus de développement économique et social initié par monsieur le président de la République depuis 1999, et préserver l'encouragement à l'investissement ainsi qu'une réponse robuste et multiforme à la forte demande d'emplois ". L'interpellation de M. Ouyahia, c'est pour à la fois trouver des solutions pragmatiques en vue d'améliorer cette situation, d'améliorer les conditions d'investissement à travers la présentation de l'immense potentiel économique du pays à travers des projets les plus emblématiques soutenant le développement économique et social pour que ce processus génère une croissance économique durable, soutenue, redistributive et atteigne l'émergence. Du fait des difficultés financières auxquelles le pays est confronté, le gouvernement a pris des mesures importantes tels les emprunts contractés par le Trésor auprès de la Banque d'Algérie depuis l'amendement de la Loi sur la Monnaie et le Crédit qui ont permis à l'Etat de clôturer le présent exercice budgétaire sans difficultés majeures. Ces emprunts selon le Premier ministre ont permis aux services de l'Etat de régler déjà près de 27O milliards de dinars de créances détenues par des entreprises publiques, privées ou même étrangères à la suite de l'exécution de contrats publics. Cette opération se poursuivra jusqu'à l'apurement de toutes les situations encore en instance. Dans cette ligne d'apurement, le gouvernement a pris les mesures nécessaires pour que soient soldées toutes les situations qui demeureraient pendantes avec les banques. Cela a permis d'injecter plus 1OOO milliards de dinars de liquidités supplémentaires dans les banques publiques qui disposent ainsi de ressources significatives pour financer l'investissement dans le respect des règles en vigueur.
Dans cet esprit de maîtrise des difficultés financières auxquelles le pays est confronté, la préservation des réserves de change préoccupe le gouvernement. Elle est l'objet d'un effort de plus en plus soutenu. Ainsi, la Loi de finances pour l'exercice 2O18 sera porteuse de mesures tarifaires de sauvegarde par le biais de taxes douanières et de taxes intérieures sur divers produits de consommation. A cela s'ajoutera dès le début de l'année, une suspension temporaire administrative de l'importation de plusieurs produits fabriqués localement. A ce sujet, M. Ouyahia a expliqué : " Toutes ces mesures temporaires autorisées par nos engagements commerciaux extérieurs offriront des parts importantes de marchés aux entreprises locales qui devront accroître leur productivité et leur compétitivité ". Il a également annoncé que le gouvernement a émis des instructions réservant toutes les commandes publiques aux entreprises locales sauf en cas d'exception. Et en exécution de cette instruction Sonatrach vient de confier des marchés pour plus de 400 millions de dinars à des entreprises algériennes alors que ces contrats étaient destinés à l'appel d'offres international. Dans l'immédiat, en même temps que le gouvernement s'efforce à la reconstitution patiente de l'économie nationale, le Conseil des Participations de l'Etat a réaffirmé l'autonomie des entreprises publiques économiques, sur lesquelles les administrations concernées exerceront une simple supervision. Cette question, a souligné M. Ouyahia, sera approfondie bientôt lors d'une rencontre que le gouvernement tiendra avec les responsables des Groupes économiques publics.
De fait, face à une situation économique et financière difficile et à un enchaînement de chocs internes et externes, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia a annoncé devant les membres de la tripartite que le processus de réalisation de 5O zones industrielles a été engagé à travers tout le pays sous la responsabilité directe des walis.
" Plusieurs de ces zones industrielles seront livrées à la fin de l'année 2O18, ce qui permettra d'offrir davantage de foncier industriel pour l'investissement ", a-t-il mis en exergue.
De tout ce qui précède, il est à retenir qu'à travers les sept mesures sus indiquées et qui composeront l'agenda à la fois du gouvernement et des partenaires économiques et sociaux, c'est toute la volonté politique qui est exprimée : la relance d'une économie qui ne peut que compter sur elle-même pour se développer et assurer en même temps aux populations les avantages sociaux qu'elles sont en droit d'attendre. L'Algérie a plusieurs faiblesses : le déficit chronique de sa balance de paiement, l'érosion préoccupante de ses réserves de change, le manque accru d'exportation, un déséquilibre régional prononcé, un chômage à éradiquer.
Mais l'Algérie dispose d'atouts importants, qu'elle peut encore valoriser : l'industrie, l'agriculture, le tourisme-artisanat, le capital humain, etc. S'engager dans cette voie, dans cet esprit vers l'émergence, ce qui semble être l'objectif du nouveau modèle de croissance économique et de la nouvelle Charte de partenariat sociétaire, même à simple étape obligée, c'est avaliser tous les retards et déficits du moment. La réponse aux questions que pose le redressement économique en Algérie est ailleurs. Elle est claire. Il faut continuer à s'organiser, à unifier les rangs, les efforts, autour d'un programme de changement socio-économique qui passe nécessairement par une démarche permettant de surmonter cette crise financière et d'éviter à ne pas exposer à une régression grave, le bien-être social des citoyens et l'économie nationale. Aujourd'hui, plus encore que jamais, il faut dissiper l'illusion d'une économie reposant sur la seule ressource des hydrocarbures. Il ne s'agit pas de composer avec l'hésitation ou l'improvisation. Il s'agit de rendre la parole à l'économie nationale dans un environnement globalisé où l'investissement est de plus en plus placé au cœur des politiques et stratégies de développement économiques des Etats, l'Algérie ne devrait pas rester à la traîne. L'exigence de compétitivité et d'efficacité revêt un caractère hautement déterminant dans un contexte de globalisation croissante des marchés. Le nouveau-né : la Charte de partenariat sociétaire s'inscrit dans ce contexte qui requiert non seulement de la part des entreprises algériennes une plus grande compétitivité aussi bien au plan national qu'international afin de faire face à la concurrence, y compris celle consécutive à l'éventuelle entrée de l'Algérie dans l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), mais également de la part de l'Etat une plus grande efficience dans la mobilisation et l'emploi des ressources publiques. Aussi convient-il de mettre en place les conditions idoines permettant de tirer le meilleur parti de ce levier qu'est l'investissement, et singulièrement l'investissement productif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.