Le kit "déontologique" du parfait policier    "Nous cueillons les fruits de ce que nous avons semé"    L'Etat algérien prépare des textes sur le droit d'asile    Une coopérative voit le jour    Le coup de starter    Les Chinois à la rescousse du tourisme algérien    L'accord sur le nucléaire iranien menacé    Une commission de l'ONU veut des poursuites pour crimes contre l'humanité    Une trêve qui ne dit pas son nom    Bounedjah en tête des buteurs    "Aucun contact avec Madjer"    La compétition a débuté hier à Tissemsilt    Les assurances de Ouyahia    "Tous les projets iront à leur terme"    Une tentative de contrebande déjouée à Sétif    Le groupe régale le public de la salle Ahmed Bey    Une trentaine de participantes attendues    La troupe de chants du Koweït à Ibn Zeydoun    Quels éléments de victoire pour des armées occupantes ?    Amnesty international pointe de multiples atteintes    Dans un contexte de crise : L'UGTA célèbre le 62ème anniversaire de sa création    Le ministère du Commerce lance une enquête    Raffinage du pétrole brut à l'étranger : Sonatrach procédera cette année à l'opération    USMA-MCA, que le spectacle soit au rendez-vous    Grâce au recettes publicitaires et de l'intégration de RTL : 2017 était une bonne année pour M6    JO 2018: Alina Zagitova remporte la première médaille d'or pour la Russie    L'armée découvre un énorme arsenal de guerre    Bedoui précise les conditions    Fonds provenant du marché parallèle : Les mesures des services publics donnent leurs fruits    Dans les wilayas de l'Ouest : Marche de protestation des médecins résidents    Pressions supplémentaires sur Benghabrit    Les mauvais payeurs seront sanctionnés    Décés du prisonnier politique sahraoui Mohamed el Ayoubi    Concernant les crises et le droit des peuples à l'autodétermination : Messahel affirme l'attachement de l'Algérie au règlement politique    Etats -Unis : Des enseignants armés, pourquoi pas ?    Programme des projections    «La qualité, secret de la réussite de l'ANP»    «Elles sont des instruments pour préserver notre patrimoine»    «Le fils du pauvre» de Mouloud Feraoun ressuscité    Ouverture des 1res journées nationales du théâtre réaliste de Tiaret    Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique    Ligue 2 Mobilis: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Consommation : Quand le blanc salit...    Les élèves désemparés    Le tourisme durable et l'écotourisme sont des outils puissants de développement économique    Il m'a fallu 37 ans d'expérience avant d'être le directeur du TRO»    MCA : Casoni : «On doit prendre notre revanche sur l'USMA»    Droits de l'homme: Le CNDH propose la révision du droit de garde de l'enfant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Catalogne : Le bras de fer pour l'investiture de Puigdemont commence
Publié dans Le Maghreb le 18 - 01 - 2018

Le parlement de Catalogne dominé par les indépendantistes siège mercredi pour la première fois depuis sa tentative de rupture avec l'Espagne, en l'absence d'un acteur principal, Carles Puigdemont qui veut être investi depuis Bruxelles, ce que Madrid refuse.
Deux mois après la crise politique sans précédent déclenchée par leur tentative de sécession, les séparatistes catalans avaient réussi à conserver la confiance des électeurs lors des élections régionales du 21 décembre. Ils ont obtenu 47,5% des suffrages et 70 députés sur 135.
Cette majorité absolue des sièges doit désormais leur permettre en principe de désigner un président séparatiste.
Le candidat naturel est Carles Puigdemont, destitué par le chef du gouvernement Mariano Rajoy avec l'ensemble de son exécutif le 27 octobre après la déclaration d'indépendance du parlement catalan.
Mardi soir, les deux principales listes séparatistes, celle du président destitué "Ensemble pour la Catalogne" et celle de la "Gauche républicaine de Catalogne", ont annoncé avoir trouvé un accord pour l'investir.
La première a 34 sièges et la deuxième 32. Avec les quatre voix encore à confirmer de la Candidature d'unité populaire (extrême gauche indépendantiste), l'arithmétique leur donne donc l'avantage.

Majorité virtuelle
Mercredi, le nouveau parlement siégera donc et les séparatistes chercheront au cours de cette séance à poser les jalons pour permettre l'investiture de M. Puigdemont prévue en principe à la fin du mois, un parcours semé d'obstacles.
En effet, leur majorité reste théorique puisque huit des 70 députés séparatistes sont en prison ou à l'étranger et ne peuvent en principe voter: trois sont en détention provisoire, inculpés pour "rébellion", "sédition" et "détournement de fonds"; les cinq autres, dont Carles Puigdemont, également visés par la justice, sont en fuite en Belgique.
Leur premier objectif sera de contrôler le parlement et l'organe qui veille au respect du règlement de la chambre et à l'ordre du jour. C'est ce "bureau" qui acceptera ou non, le vote à distance des uns ou des autres. Pour les députés en prison, cela semble possible, même si le règlement parlementaire ne le prévoit pas, expliquait mardi une source gouvernementale à Madrid. "Ils n'ont pas choisi d'aller en prison et ils ont été placés en détention par un juge". Mais cela est exclu pour les élus partis à Bruxelles de leur propre chef, ajoutait-il. Le gouvernement a d'ailleurs annoncé qu'il bloquerait en justice toute tentative de Carles Puigdemont et des quatre autres députés qui se sont exilés volontairement à Bruxelles de tenter d'agir à distance, soit en votant lors de la séance de mercredi pour choisir le bureau et le président du parlement, soit plus tard en s'opposant devant la Cour constitutionnelle à la prise de fonction du président destitué.
Mardi, lors d'une réception offerte à la presse au palais de la Moncloa, siège du gouvernement à Madrid, les calculs allaient donc bon train sur les voix dont disposaient - ou non - les indépendantistes compte-tenu de leur situation. Ils pourraient garder le contrôle du Parlement avec 62 députés présents dans l'hémicycle et les trois élus emprisonnés, l'opposition (parti libéral Ciudadanos, Parti socialiste et Parti populaire de Mariano Rajoy) ne comptant que 57 députés. Les huit élus du groupe Catalunya en Comun, proche de Podemos, ont décidé de s'abstenir, rendant impossible une majorité favorable au maintien en Espagne. Reste que Mariano Rajoy n'acceptera en aucun cas une présidence par internet et videoconférence de la région de 7,5 millions d'habitants où vivent 16% des Espagnols... depuis Bruxelles. "Je contesterai le premier acte administratif", qui aille en ce sens, a-t-il dit à des journalistes à la Moncloa mardi.
Un tel recours entraînera la saisine de la Cour constitutionnelle, qui gèlera l'investiture et débouchera sur un nouveau scénario de blocage de la région, pendant lequel le gouvernement continuera à diriger en direct la Catalogne privée de l'autonomie à laquelle ses habitants, très partagés sur l'indépendance, tiennent tant. Selon le ministre de l'Economie Luis de Guindos cette crise politique a déjà coûté un milliard d'euros en ralentissant la croissance de la région qui fournit 19% du PIB. Plus de 3.000 entreprises inquiètes ont préféré déménager leur siège social hors de Catalogne depuis le référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.