Salima Ghezali exclue du FFS    Cinq généraux-majors en prison    Un nouveau chef de cabinet pour Ould-Abbès    La 9e édition du Salon ERA s'ouvre aujourd'hui    Plein cap sur les wilayas frontalières    Trois condamnations à mort pour les meurtres de policiers    Les Verts à Cotonou pour la qualif'    Faut-il interdire le déplacement des supporters du CSC à Blida ?    La vaccination débute aujourd'hui    Priorité aux zones proches des oueds    Peau sèche, irritations    Les beautés saignantes    El Fahla sur scène    Une exposition sur le patrimoine audiovisuel à Alger    Super-coupe d'Algérie: La finale le 1er novembre à Blida    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazzani est de retour    Guitouni: Tous les contrats de commercialisation de gaz, à long terme, seront renégociés    Condescendance et démesure    La dérive de trop de MBS    «Douar tiartia», El Hassi: Plus de 35 constructions et extensions illicites démolies    «Salmane m'a tuer»    Décès de l'ancien commandant de la Gendarmerie, Ahmed Boustila    2ème Assemblée générale d'AFRIPOL, à Alger: Lutte contre la criminalité et le terrorisme au menu    De bonnes affaires et optimisme chez les entrepreneurs    Hommage à Taha, Allam et Mandela    MC Oran : Du pain sur la planche pour le revenant Belatoui    MCA-CSC : Le Doyen en quête de confirmation    Ligue 2 Mobilis (10e journée) : L'US Biskra seul Dauphin, le WAT et l'ASMO se neutralisent (3-3) dans le derby    FAF: "Les futurs centres techniques fédéraux confiés à des formateurs étrangers"    Cité Foes : Les normes d'urbanisme bafouées    A quelques jours des législatives en Afghanistan : 18 soldats tués lors d'attaques des talibans    Journaliste saoudien disparu en Turquie : Riyad promet de répondre en cas de sanctions    Les cinq erreurs dans le discours de Mike Pence sur la Chine    Logement 4750 LPA à la traîne    Ouled Haddadj : 11 subventions APW non consommées    Glissement à Béni Amrane : 150 familles en danger    Croissance économique mondiale : "La montée des tensions commerciales pèsera sur la croissance mondiale", prévient Loukal    Antagonismes politiques jusqu'où ?    Que cent Mouwatana s'épanouissent    1er salon du recrutement 600 offres cherchent postulants    Nadia Matoub nous écrit    Elle a été violée par une quinzaine d'hommes    17 condamnations à mort pour des attentats contre des églises    Lakhdar Brahimi corrige Bernard Bajolet    Vivez "le Weekend Tunisie"    Ould abbès invite bouhadja à démissionner «Tu dois suivre l'exemple de Mehri et Messâadia»    Massacre du 17 octobre 1961.. L'appel des associations et partis français    «Mahiou» tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Catalogne : Le bras de fer pour l'investiture de Puigdemont commence
Publié dans Le Maghreb le 18 - 01 - 2018

Le parlement de Catalogne dominé par les indépendantistes siège mercredi pour la première fois depuis sa tentative de rupture avec l'Espagne, en l'absence d'un acteur principal, Carles Puigdemont qui veut être investi depuis Bruxelles, ce que Madrid refuse.
Deux mois après la crise politique sans précédent déclenchée par leur tentative de sécession, les séparatistes catalans avaient réussi à conserver la confiance des électeurs lors des élections régionales du 21 décembre. Ils ont obtenu 47,5% des suffrages et 70 députés sur 135.
Cette majorité absolue des sièges doit désormais leur permettre en principe de désigner un président séparatiste.
Le candidat naturel est Carles Puigdemont, destitué par le chef du gouvernement Mariano Rajoy avec l'ensemble de son exécutif le 27 octobre après la déclaration d'indépendance du parlement catalan.
Mardi soir, les deux principales listes séparatistes, celle du président destitué "Ensemble pour la Catalogne" et celle de la "Gauche républicaine de Catalogne", ont annoncé avoir trouvé un accord pour l'investir.
La première a 34 sièges et la deuxième 32. Avec les quatre voix encore à confirmer de la Candidature d'unité populaire (extrême gauche indépendantiste), l'arithmétique leur donne donc l'avantage.

Majorité virtuelle
Mercredi, le nouveau parlement siégera donc et les séparatistes chercheront au cours de cette séance à poser les jalons pour permettre l'investiture de M. Puigdemont prévue en principe à la fin du mois, un parcours semé d'obstacles.
En effet, leur majorité reste théorique puisque huit des 70 députés séparatistes sont en prison ou à l'étranger et ne peuvent en principe voter: trois sont en détention provisoire, inculpés pour "rébellion", "sédition" et "détournement de fonds"; les cinq autres, dont Carles Puigdemont, également visés par la justice, sont en fuite en Belgique.
Leur premier objectif sera de contrôler le parlement et l'organe qui veille au respect du règlement de la chambre et à l'ordre du jour. C'est ce "bureau" qui acceptera ou non, le vote à distance des uns ou des autres. Pour les députés en prison, cela semble possible, même si le règlement parlementaire ne le prévoit pas, expliquait mardi une source gouvernementale à Madrid. "Ils n'ont pas choisi d'aller en prison et ils ont été placés en détention par un juge". Mais cela est exclu pour les élus partis à Bruxelles de leur propre chef, ajoutait-il. Le gouvernement a d'ailleurs annoncé qu'il bloquerait en justice toute tentative de Carles Puigdemont et des quatre autres députés qui se sont exilés volontairement à Bruxelles de tenter d'agir à distance, soit en votant lors de la séance de mercredi pour choisir le bureau et le président du parlement, soit plus tard en s'opposant devant la Cour constitutionnelle à la prise de fonction du président destitué.
Mardi, lors d'une réception offerte à la presse au palais de la Moncloa, siège du gouvernement à Madrid, les calculs allaient donc bon train sur les voix dont disposaient - ou non - les indépendantistes compte-tenu de leur situation. Ils pourraient garder le contrôle du Parlement avec 62 députés présents dans l'hémicycle et les trois élus emprisonnés, l'opposition (parti libéral Ciudadanos, Parti socialiste et Parti populaire de Mariano Rajoy) ne comptant que 57 députés. Les huit élus du groupe Catalunya en Comun, proche de Podemos, ont décidé de s'abstenir, rendant impossible une majorité favorable au maintien en Espagne. Reste que Mariano Rajoy n'acceptera en aucun cas une présidence par internet et videoconférence de la région de 7,5 millions d'habitants où vivent 16% des Espagnols... depuis Bruxelles. "Je contesterai le premier acte administratif", qui aille en ce sens, a-t-il dit à des journalistes à la Moncloa mardi.
Un tel recours entraînera la saisine de la Cour constitutionnelle, qui gèlera l'investiture et débouchera sur un nouveau scénario de blocage de la région, pendant lequel le gouvernement continuera à diriger en direct la Catalogne privée de l'autonomie à laquelle ses habitants, très partagés sur l'indépendance, tiennent tant. Selon le ministre de l'Economie Luis de Guindos cette crise politique a déjà coûté un milliard d'euros en ralentissant la croissance de la région qui fournit 19% du PIB. Plus de 3.000 entreprises inquiètes ont préféré déménager leur siège social hors de Catalogne depuis le référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.