Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Italie : Vers un accord pour l'élection des présidents du Parlement
Publié dans Le Maghreb le 25 - 03 - 2018

Un accord semblait se dessiner samedi matin pour l'élection des présidents des deux chambres du Parlement italien, sur fond de fortes tensions au sein de la coalition de droite et d'une possible alliance des partis antisystème.
Après des premiers tours dominés par les votes blancs vendredi, le Sénat comme la Chambre des députés se sont réunis à 10H30 (9H30 GMT) pour un nouveau tour de scrutin. Dans la matinée, les chefs de la coalition de droite/extrême droite, qui a obtenu 37% des voix lors des législatives du 4 mars mais a encore révélé vendredi soir ses profondes divisions, se sont accordé sur le nom d'Elisabetta Alberti Casellati, avocate proche de Silvio Berlusconi, pour la présidence du Sénat. Parallèlement, le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), devenu le premier parti du pays avec 32% des voix, a annoncé que Roberto Fico, un poids-lourd du mouvement plutôt marqué à gauche, serait son candidat pour la Chambre des députés. Ces deux annonces font suite à une tempête au sein de la coalition de droite, au sein de laquelle Silvio Berlusconi, qui a dominé la droite italienne pendant 25 ans, n'est plus que le numéro 2 derrière Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite).
A contrecoeur, le vieux milliardaire avait accepté de soutenir la candidature de M. Salvini pour diriger le gouvernement. Mais il exigeait la présidence du Sénat pour l'un des siens, ce qu'il n'a pas obtenu.

'Acte d'hostilité'
M. Salvini a provoqué un coup de force vendredi soir en faisant voter ses troupes pour Anna Maria Bernini, une autre proche de M. Berlusconi, en présentant cette initiative comme une main tendue au M5S. Ce dernier s'est alors dit "prêt à soutenir Anna Maria Bernini ou un profil similaire". Mais le magnat des médias n'a pas du tout apprécié l'affirmation publique de leadership de M. Salvini, fustigeant dans un communiqué "un acte d'hostilité". "Peu importe de savoir qui seront à la fin les présidents. A moins d'improbables coups de théâtre, les noms résulteront de l'accord entre les nouveaux patrons de la politique italienne: Matteo Salvini et Luigi Di Maio", résumait samedi matin un éditorial du quotidien La Stampa. "Le chapitre suivant sera le gouvernement: un casse-tête encore plus complexe, dominé par le soupçon que l'alliance en gestation entre le M5S et la Ligue ne vise pas la stabilité mais, de nouveau, les urnes", soulignait pour sa part le Corriere della Sera, premier quotidien du pays. Les élections législatives du 4 mars ont constitué un choc électoral profond en Italie, avec la victoire des forces antisystème et d'extrême droite mais sans majorité claire, ouvrant une phase d'incertitude politique qui pourrait durer des mois dans la troisième économie de la zone euro. L'élection des présidents des deux chambres, des figures institutionnelles, représente une première étape avant les consultations qui doivent commencer début avril avec le chef de l'Etat en vue de la formation du prochain gouvernement. Pour l'instant, les deux principaux camps se disant simplement prêts à discuter avec quiconque serait disposé à adopter leur programme.
L'une des hypothèses pourrait cependant être un accord entre la Ligue et le M5S pour un gouvernement provisoire le temps d'adopter une réforme électorale en vue de nouvelles élections dès l'automne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.