Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Législatives : L'Italie entre virage à droite et risque de paralysie
Publié dans Le Maghreb le 05 - 03 - 2018

Les Italiens ont commencé à voter dimanche pour des élections qui devraient voir une poussée de la droite de Silvio Berlusconi et des populistes mais risquent de ne déboucher sur aucune majorité stable. Plus de 46 millions d'électeurs ont été invités à se rendre dans les bureaux de vote jusqu'à 23H00 (22H00 GMT): tous devaient élire 630 députés via un bulletin rose et ceux âgés de plus de 25 ans reçoivent aussi un bulletin jaune pour choisir les 315 sénateurs. Compte tenu de la complexité du nouveau système électoral, qui combine scrutin proportionnel et majoritaire, les premières indications sur la composition réelle du futur Parlement sont attendues très tard dans la nuit. A la sortie des bureaux de vote, nombre d'électeurs se montraient amers, au terme d'une campagne aux accents parfois violents, dominée par les questions liées à l'immigration, l'insécurité ou la faiblesse de la reprise économique en Italie. "Cette campagne a été complexe et assez sordide, y compris de la part du parti pour lequel j'ai voté", a résumé Mirko Canali, coiffeur de 24 ans, électeur du Parti démocrate (PD, centre gauche) du gouvernement sortant. Mais si la coalition de droite/extrême droite est donnée en tête de ce scrutin, elle est loin d'être certaine de pouvoir gouverner. Selon les experts, le seuil pour obtenir la majorité des sièges est de 40 à 45%. Or, les derniers sondages disponibles, datant d'il y a deux semaines, plaçaient la coalition en tête avec 37% des intentions de vote, dont 17% pour Forza Italia, le parti de M. Berlusconi et 13% pour la Ligue de Matteo Salvini (extrême droite), devant le Mouvement 5 étoiles (M5S, populiste, 28%) et la coalition de centre gauche (27%).

'Instabilité permanente'
Dimanche matin, la presse italienne semblait déjà résignée à ce qu'aucune majorité ne se dessine. "Le verdict contre l'Italie est toujours le même: le pays vit une instabilité permanente. L'ingouvernabilité est désormais une maladie endémique", se désolait Claudio Tito dans un éditorial dans La Repubblica. Silvio Berlusconi, âgé de 81 ans et inéligible depuis une condamnation pour fraude fiscale, a choisi Antonio Tajani, un fidèle de la première heure aujourd'hui président du Parlement européen, pour diriger le gouvernement en cas de victoire, mais M. Salvini, fort d'une campagne tonitruante axée contre Bruxelles et les migrants, entend bien porter la Ligue devant FI et prendre lui-même les commandes. Leur alliance est une première dans l'Union européenne, a dénoncé vendredi soir le chef du PD, Matteo Renzi. "Je le dis aux électeurs de la gauche radicale et aussi aux modérés: seul le vote en faveur du PD garantit de ne pas laisser ce pays aux mains de Matteo Salvini", a-t-il averti vendredi, brandissant aussi la menace d'une alliance post-électorale entre la Ligue et le M5S, qui officiellement s'en défendent. Vendredi, le mouvement fondé par le comique Beppe Grillo en 2009 et qui avait créé la surprise en raflant 25% des voix aux dernières législatives de 2013 a clôturé sa campagne en se disant certain cette fois de l'emporter.

Nouvelle ère pour le M5S
"Ce soir, c'est la fin de la période d'opposition et c'est le début de la période gouvernementale" du M5S, a assuré Luigi Di Maio, le jeune candidat du Mouvement au poste de chef du gouvernement. Le M5S pourrait en effet devenir le premier parti du pays, mais il lui faudra probablement se résoudre à des alliances pour gouverner. Dans le cadre de cette campagne, les forces en présence ont multiplié les promesses: baisses massives des impôts, expulsions massives de clandestins, revenu garanti pour les plus pauvres... Chacun pouvait y trouver son compte, sans forcément y croire. "Le principal problème dans ce pays, c'est la corruption de la classe politique et sa connivence avec les puissants lobbies, les banques, le monde des affaires, un mal commun au monde entier mais particulièrement profond en Italie", a expliqué Massimiliano, gemmologue de 48 ans, après avoir voté M5S à Rome. A l'issue d'une campagne marquée aussi par la montée en puissance de mouvements néofascistes et des heurts récurrents entre forces de l'ordre et militants d'extrême gauche, des autocollants menaçants sont apparus samedi devant des dizaines d'appartements à Pavie, au sud de Milan: "Ici réside un antifasciste". L'organisation du scrutin a aussi connu quelques difficultés. A Palerme (Sicile), il a fallu ré-imprimer en urgence 200.000 bulletins parce que les candidats inscrits sur les premiers n'étaient pas les bons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.