«Affranchir l'Algérie du vice de la corruption avant les élections»    L'aveu d'une gouvernance pourrie    Report au 1er juillet du jugement en appel du sénateur Boudjouher    Des carrés blancs pour se distancer de la lutte des clans    La charte des droits et libertés rendue publique    Le conseil de la concurrence fait le point    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    Prison à vie requise pour les généraux Diendéré et Bassolé    «Il fallait monter en puissance»    Les actionnaires sur le banc des accusés    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    Belmadi : "Il est parti sans raison…"    Mellal : "La JSK dispose désormais d'un staff technique de haut niveau"    Nouvelles de l'Ouest    Débuts satisfaisants pour les candidats    102 élèves ont obtenu 10/10    Les candidats entre soulagement et appréhension après l'épreuve de mathématiques    1 candidat au BEM et 2 de ses complices devant la justice pour fraude via un réseau social    Des pollueurs par excellence    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    ACTUCULT    "Pour que cesse la censure !"    Médéa : La place du 1er Novembre fait pitié    Parution : Amour sublime, un roman de Abdelkader Gouchène    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Equipe nationale: Une notable progression est à relever    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans une conjoncture de crise : 4 000 milliards de dinars destinés à la relance de l'investissement
Publié dans Le Maghreb le 30 - 04 - 2018

Après plus d'une décennie d'aisance financière relative, l'Algérie a vu ses moyens s'éroder, à partir de 2014, sous le double effet d'une baisse drastique de ses revenus pétroliers et d'une économie peu diversifiée et donc mal préparée à compenser les conséquences de ce genre de choc.
Dans cette conjoncture ainsi marquée par la perte de la moitié des recettes pétrolières habituelles, le gouvernement a dû se résoudre à mettre en place les moyens d'accélérer le processus de diversification de l'économie nationale pour en assurer la croissance et la libérer de sa dépendance accrue des hydrocarbures. Il s'agit en premier lieu de faire face aux difficultés financières sérieuses générées par la chute des recettes des hydrocarbures et qui se sont reflétées à travers un déficit budgétaire significatif, mais aussi, à travers un déficit sensible de la balance des paiements accompagné d'une érosion préoccupante des réserves de change du pays.
Cette situation préoccupante interpelle tout le monde d'autant plus que l'Algérie doit absolument maintenir son puissant processus de développement économique et social contenu dans le programme présidentiel depuis 1999, et préserver l'encouragement à l'investissement ainsi qu'une réponse robuste et multiforme à la forte demande d'emplois. C'est-là tout l'agenda que s'est fixé le gouvernement à travers :
a)- les emprunts contractés par le Trésor auprès de la Banque d'Algérie depuis l'amendement de la Loi sur la Monnaie et le Crédit permettant à l'Etat de clôturer l'exercice budgétaire sans difficultés majeures.
b)- Ces mêmes emprunts ont permis aux services de l'Etat de régler déjà près de 270 milliards de créances détenues par les entreprises publiques, privées ou même étrangères à la suite de l'exécution de contrats publics. Cette opération est en train de se poursuivre jusqu'à l'apurement de toutes les situations encore en instance.
c)- Le gouvernement est aussi en train d'appliquer les mesures nécessaires qu'il a prises pour que soient soldées toutes les situations qui demeureraient pendantes avec les banques. Cela a permis d'injecter plus de 1000 milliards de liquidités supplémentaires dans les banques publiques qui disposent ainsi de ressources significatives pour financer l'investissement dans le respect des règles en vigueur.
d)- La préservation des réserves de change est ainsi l'objet d'une gestion rigoureuse et d'un effort de plus en plus soutenu. D'ailleurs, la Loi de finances 2018 est porteuse de mesures tarifaires de sauvegarde par le biais de taxes douanières et de taxes intérieures sur divers produits de consommation. A cela s'ajoute depuis plus de deux mois, une suspension temporaire administrative de plusieurs produits fabriqués localement.
" Toutes ces mesures temporaires autorisées par nos engagements commerciaux extérieurs offriront des parts importantes de marchés aux entreprises locales qui devront accroître leur productivité et leur compétitivité ", explique le Premier ministre, Ahmed Ouyahia.
e)- Dans cet esprit, le processus de réalisation de 50 zones industrielles a été lancé à travers tout le pays sous la responsabilité directe des walis, auprès desquels l'opération a été décentralisée. Une décentralisation accrue au_ niveau des wilayas, de tous les actes et procédures liés aux investissements, qu'il s'agisse des démarches au niveau des Guichets uniques locaux ou qu'il s'agisse de l'accès au foncier industriel. Le gouvernement en ce qui concerne la relance de l'investissement public, a prévu pour 2018, un budget d'équipement de plus 4 000 milliards de dinars, en hausse de plus 1000 milliards de dinars comparativement à 2017. Ces crédits comportent déjà près de 250 milliards de dinars destinés au développement local. Le budget pour l'année 2019 comprendra également plus de 260 milliards de dinars destinés à la bonification des taux d'intérêts. A ce propos, le Premier ministre a assuré que plusieurs de ces zones industrielles seront livrées à la fin de l'année 2018, ce qui permettra d'offrir davantage de foncier industriel pour l'investissement ; la contribution à la réalisation ou à la réhabilitation, ainsi qu'à la gestion des zones industrielles, que le gouvernement est prêt sous l'autorité des opérateurs qui y travaillent pour peu que ces derniers s'organisent à cette fin , c'est-à-dire investir dans le développement de chaînes de distribution locales de la production nationale, manufacturée mais aussi agricole et ce, dans le but de réguler le marché et que l'opérateur, y compris l'agriculteur, pour travailler avec de la visibilité dans ces débouchés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.