Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte contre l'extrémisme violent: L'effort sécuritaire doit s'intégrer dans des approches multiples
Publié dans Le Maghreb le 25 - 06 - 2018

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelakder Messahel, a affirmé dimanche à Alger, que l'effort sécuritaire dans la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent "doit s'intégrer dans des approches politique, économique, sociale, culturelle et cultuelle".
"S'il est indispensable, l'effort sécuritaire doit nécessairement s'intégrer dans des approches politique, économique, sociale, culturelle et cultuelle à long terme qui ciblent les possibles facteurs d'exclusion, de marginalisation ou même d'injustice sociale qui peuvent exister dans la société et que la propagande terroriste exploite extensivement à son avantage", a déclaré le ministre à l'ouverture des "Troisièmes conversations régionales pour la prévention de l'extrémisme violent", placées sous le thème "investir dans la paix et la prévention de la violence dans la région sahélo-saharienne".
M. Messahel a relevé que la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent "est un défi qui nous interpelle individuellement et collectivement", soulignant que "sa prise en charge adéquate exige la mobilisation de l'Etat, des institutions publiques, de la société civile et surtout du citoyen, comme elle nécessite la mise en place de stratégies multisectorielles à long terme qui impliquent tous les secteurs d'activités". Indiquant que l'Algérie "s'est engagée très tôt" dans cette voie, le ministre a expliqué que l'approche algérienne en la matière "consiste, d'une part, à maintenir un haut niveau de vigilance des forces armées et des services de sécurité à l'intérieur du pays et sur les frontières, et, d'autre part, en la mise en œuvre de politiques globales centrées sur la promotion de la démocratie en tant qu'antidote au terrorisme et à l'extrémisme violent, sur le renforcement des leviers de l'Etat de droit, sur la promotion de la bonne gouvernance et de la reddition des comptes, sur le respect des droits de l'homme et des libertés individuelles et publiques, la lutte contre les fléaux sociaux dans leur diversité ainsi que sur la promotion de la justice sociale et le vivre ensemble en paix".
Le ministre a souligné que "dans cette démarche, les politiques de concorde civile et de réconciliation nationale, prônées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et mises en œuvre avec l'appui massif du peuple algérien, ont joué un rôle déterminant dans le retour par les moyens pacifiques de la paix, la sécurité et la stabilité du pays et permis ainsi à des milliers de personnes engagées dans la violence terroriste de réintégrer la société".
Cette démarche, a noté M. Messahel, "a été soutenue par une politique de déradicalisation portée par la mise en œuvre de profondes réformes, toutes guidées par la volonté de promouvoir l'inclusion et lutter contre les facteurs d'exclusion dans tous les secteurs d'activités".
"Convaincue que la sécurité régionale, comme internationale, est indivisible, l'Algérie développe une dense action de coopération bilatérale, régionale et internationale en matière de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme", a-t-il déclaré, ajoutant que cette coopération avec les pays voisins "porte sur la formation, l'assistance technique et l'échange d'expériences avec l'objectif d'appuyer nos voisins dans leurs efforts nationaux de lutte contre ces fléaux".
M. Messahel a souligné, qu'au niveau du Continent, la mission de Coordonnateur pour la prévention de la radicalisation et la lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme en Afrique confiée par l'Union africaine (UA) au Président Bouteflika "constitue à la fois une reconnaissance de l'apport de notre pays à la lutte commune contre ces phénomènes et une confiance dans ses capacités à aider le Continent à mieux les combattre". Au niveau international, il a relevé qu'en sa qualité de co-présidente avec le Canada du Groupe de travail du GCTF sur l'Afrique de l'Ouest, l'Algérie "ne ménage aucun effort en vue de contribuer par ce biais au renforcement des capacités régionales de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme".
M. Messahel, a réitéré dimanche à Alger, "la disponibilité de l'Algérie à partager son expérience" dans la lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme.
"Je réitère la disponibilité de l'Algérie à partager son expérience dans la lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme", a déclaré le ministre à l'ouverture des "Troisièmes conversations régionales pour la prévention de l'extrémisme violent", placées sous le thème "investir dans la paix et la prévention de la violence dans la région sahélo-saharienne".
Relevant que cette manifestation, par sa thématique et par la région à laquelle elle s'adresse, "s'inscrit pleinement dans l'action de sensibilisation, d'échange de bonnes pratiques et de partage d'expérience dans laquelle l'Algérie est engagée à différents niveaux et dans différents foras", M. Messahel a souligné que l'objectif final de ce genre d'initiatives vise à "mobiliser l'effort collectif des pays et à renforcer nos capacités respectives de lutte contre cette menace qui ignore les frontières, en particulier dans cette région du Sahel avec laquelle l'Algérie partage de fortes relations historiques, humaines, culturelles, économiques et sécuritaires".
Il a estimé, dans ce sens, que "le phénomène de radicalisation et d'extrémisme violent est aujourd'hui un fléau auquel est confronté un nombre croissant de pays", ajoutant que "sa progression dans certaines régions de l'Afrique est facilitée par la combinaison de deux facteurs, venus s'ajouter à ceux que nous connaissons déjà, à savoir, d'une part, Internet, les réseaux sociaux, les plates-formes cryptées et même le 'Darknet', et, d'autre part, l'intéressement financier de jeunes rendus vulnérables par la pauvreté et l'absence de perspectives socio-économiques".
A rappeler que la rencontre est organisée, avec le soutien de l'Algérie, par le Bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS), l'Institut international pour la paix (IPI), le Département fédéral des Affaires étrangères de la Suisse (DFAE) et du Centre africain d'Etudes et de Recherches sur le Terrorisme de l'Union africaine (CAERT).
Une soixantaine de participants, issus de la région Sahel-Sahara (Afrique du Nord, Afrique de l'Ouest et Afrique centrale), prennent part à ces Conversations, notamment des dirigeants politiques et parlementaires, des représentants de la société civile (notamment des associations de femmes et de jeunes), des autorités religieuses et traditionnelles, des chercheurs, des représentants des forces de défense et de sécurité, des médias (dans leurs capacités d'experts), ainsi que des gouvernements et des organisations régionales et internationales.
L'initiative des "Conversations régionales pour la prévention de l'extrémisme violent" vise à créer un "espace d'appropriation de l'approche de prévention de la violence dans l'espace sahélo-saharien". Les 1éres et 2émes éditions des "Conversations régionales" ont eu lieu, respectivement à Dakar en 2016 et à N'Djamena en 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.