L'Algérie plaide pour une «vision commune»    Vers l'exclusion de Bouhadja    Louh élude les sujets qui fâchent    L'inquiétude des céramistes    Le changement climatique, c'est maintenant    L'impératif d'installer une industrie dans le pays    Khashoggi a peut-être été tué par des «éléments incontrôlables»    Douze personnes appréhendées pour tentative de migration clandestine    Dussuyer et ses joueurs déterminés    47 athlètes en stage à Tlemcen    La grande musique au rendez-vous    17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…    APN: la solution est-elle dans la dissolution?    MC Alger: Courbis lâche le Mouloudia    Hai El Makkari et Toumiat: Relogement demain de 268 familles    1.800 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Hadj 2019: Début des inscriptions au tirage au sort ce jeudi    L'effet octobre    Fertial: l'Etat exercera son droit de préemption    Il y a 57 ans, des Algériens ont été massacrés à Paris    Une instance chargée du développement des zones frontalières sera créée prochainement    4éme session de la commission mixte bilatérale algéro-nigériane    Muhend U Yehya : Le premier fils de la Toussaint    «Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau    Projection d'«Ech Chebkha» de Ghouti Bendedouche    «Une AGEx dans les plus brefs délais pour l'élection d'un président»    Athlétisme : Kip Keino et six dirigeants kenyans inculpés pour corruption    Mondial 2006 : La justice allemande abandonne les poursuites pour fraude fiscale    Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption    Commerce : L'excédent chinois se rit des menaces de Trump    Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois    Le ministère procède à l'examen des recours    949 associations activent sur le terrain    La gendarmerie neutralise un dangereux gang    Les phrases qui tuent    L'Algérie et son racisme    Remboursement des 20% des frais de médicaments non pris en charge par la CNAS    Installation d'un nouveau président de la commission de wilaya du parti FLN    On vous le dit    Les confrontations des promesses des sélectionneurs, qui aura raison ?    Le souci de son département de faire des maisons de jeunes des espaces d'éclosion des talents    «Corps et Mouvements», l'Espaco rouvre ses portes    5 députées du FLN affichent leur ralliement à Said Bouhadja    Renault Algérie prolonge les remises sur la Clio 4 et la Symbol    Menace sur 2 millions de diabétiques !    Citroën rend hommage à la mythique 2CV, qui célèbre ses 70 ans    Un arsenal judiciaire contre le harcèlement    2e Salon de la bande dessinée de Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mandela : architecte international de la paix
Publié dans Le Maghreb le 19 - 07 - 2018

"Notre lutte est arrivée à une étape décisive. Nous appelons notre peuple à saisir ce moment afin que le processus menant à la démocratie soit atteint. Il y a trop longtemps que nous attendons notre liberté ; nous ne pouvons plus attendre. Le moment est venu d'intensifier le combat sur tous les fronts. Ne commettons pas l'erreur de relâcher nos efforts. Les générations futures ne nous le pardonneront pas. La vision de la liberté se profilant à l'horizon devrait nous encourager à redoubler d'efforts ". (Dixit Nelson Mandela). En 1991, Nelson Mandela , qui venait de passer 27 ans en prison au nom d'un " Combat " pour la Liberté de son peuple, a pris l'avion et a choisi d'atterrir, non pas dans la " plus grande démocratie du monde, les Etats-Unis, non pas dans " la seule démocratie du Moyen-Orient ", Israël, complice jusqu'au bout de l'apartheid, mais à Cuba . Il y a prononcé, le 26 juillet 1991, un mémorable discours où il a expliqué comment et pourquoi la lutte doit se poursuivre dans son pays et ce qu'il doit au peuple cubain.
" Dès les premiers jours, la Révolution cubaine elle-même a été une source d'inspiration pour tous les peuples épris de liberté. Nous admirons les sacrifices du peuple cubain pour préserver son indépendance et sa souveraineté face à une campagne impérialiste féroce orchestrée pour détruire les avancées impressionnantes réalisées par la Révolution cubaine. Nous aussi nous voulons contrôler notre destin.
Nous sommes convaincus que le peuple d'Afrique du Sud construira son avenir et qu'il continuera d'exercer ses pleins droits démocratiques après la libération de l'apartheid. Nous ne voulons pas que la participation populaire cesse avec la disparition de l'apartheid. Nous voulons que la libération ouvre la voie à une démocratie toujours plus profonde ".
"Il est très difficile de casser et de détruire. Les vrais héros, ce sont ceux qui font la paix et qui bâtissent", disait Nelson Mandela de son vivant. Dans cet esprit, en novembre 2009, l'Assemblée générale des Nations unies a déclaré que le 18 juillet serait une "Journée internationale Nelson Mandela " en l'honneur du travail effectué par l'ancien président sud-africain en faveur de la paix et la liberté. Chaque année, le 18 juillet, jour de naissance de Nelson Mandela, les Nations unies appellent partout dans le monde à commémorer la Journée internationale qui lui est consacrée. L'année 2018 marque le centenaire de la naissance de Nelson Mandela, une occasion de suivre son appel à " faire du monde un meilleur endroit ".
Cette année, la Fondation Nelson Mandela consacre la journée qui lui est dédiée à la lutte contre la pauvreté, en reconnaissance du dévouement de Nelson Mandela dans cette lutte pour obtenir la justice sociale pour tous. Sur ce thème, le SG de l'ONU, Antonio Guterres a déclaré : " l'héritage de Madiba, nous encourage à poursuivre le combat pour l'égalité et la justice avec le même dévouement dont Nelson Mandela a fait preuve tout au long de sa vie ".
Pendant 67 ans, Mandela a mis sa vie au service de l'humanité, en tant qu'avocat spécialiste des droits de l'homme, prisonnier de conscience, architecte internationale de la paix et premier président démocratiquement élu de l'Afrique du Sud libre. Aujourd'hui, la communauté internationale reconnaît les valeurs défendues par Madiba ainsi que son dévouement au service de l'humanité qu'il a manifesté par son action humanitaire, dans le règlement de conflits armés, la réconciliation et la communication internationale, la promotion et la protection des droits de l'homme, de l'enfant, et autres personnes vulnérables, l'égalité des sexes, le combat contre la pauvreté et la promotion de la justice sociale . Donc une très haute reconnaissance qui prouve la contribution qu'il a apportée à la lutte pour la démocratie à l'échelle mondiale et à la promotion d'une culture de paix dans le monde entier. Et concernant la discrimination raciale et l'apartheid, Mandela disait : " L'existence même du crime d'apartheid entachera à jamais l'histoire de l'humanité .Les générations futures demanderont certainement : par quelle aberration ce système a-t-il pu se mettre en place après l'adoption d'une déclaration universelle des droits de l'homme ? Il restera pour toujours cette accusation et ce défi lancés à tous les hommes et à toutes les femmes de conscience : pourquoi a-t-il fallu tant de temps avant que nous disions tous '' trop c'est trop".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.