Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : La solution politique en discussion entre gouvernement et Kurdes
Publié dans Le Maghreb le 31 - 07 - 2018

Le gouvernement syrien et une coalition arabo-kurde, soutenue par Washington, ont eu des discussions à Damas sur l'avenir des vastes régions syriennes à population majoritaire kurde, les premières du genre dans le pays en vue d'une solution politique et la fin de la guerre en Syrie.

La coalition arabo-kurde des "Forces démocratiques syriennes" (FDS), engagée dans des négociations avec le gouvernement, a annoncé samedi la création de "comités" chargés de poursuivre les discussions en vue d'une solution politique prévoyant une fin de la guerre. Une délégation du "Conseil démocratique", bras politique des FDS, soutenues par Washington, a eu des pourparlers jeudi à Damas, à l'invitation du gouvernement syrien, les premiers du genre.
"Il a été décidé de former des comités pour aller de l'avant dans les négociations afin de régler tous les problèmes en suspens", a indiqué le "Conseil" dans un communiqué, sans fournir plus de détails sur la nature de ces comités ni annoncer de date pour des discussions futures. Le "Conseil démocratique" a dépêché à Damas des représentants pour des pourparlers avec le gouvernement, deux mois après que le président syrien Bachar al Assad a menacé de recourir à la force pour reconquérir les territoires sous contrôle kurde, sans toutefois exclure des négociations.
Omar Oussi, un député kurde au Parlement syrien à Damas, a confirmé l'arrivée jeudi de la délégation à Damas, pour des pourparlers qui devaient porter sur le fait de "faciliter l'entrée de l'armée dans les territoires à majorité kurde à l'est du fleuve Euphrate et le retour des institutions étatiques", a-t-il dit, en allusion aux régions contrôlées par les Kurdes. En échange, cette minorité obtiendrait une "reconnaissance par la Constitution de ses droits culturels".
Dans le nord et le nord-est syriens, aux frontières avec la Turquie et l'Irak, les Kurdes contrôlent de vastes pans de territoires à cheval sur les provinces de Raqa et Alep, mais aussi Deir Ezzor et Hassaké. D'importants champs pétroliers s'y trouvent. La milice kurde des Unités de protection du Peuple (YPG) constitue la colonne vertébrale des FDS qui ont chassé fin 2017 Daech de la ville de Raqa. En menant ces négociations, les Kurdes auraient cherché à préserver au maximum leurs acquis et éviter un conflit avec le gouvernement syrien qui a réussi à reconquérir plus de 60% du pays après des offensives contre groupes armés et terroristes.
D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), "les rebelles contrôlent aujourd'hui moins de 10% du territoire et le gouvernement plus de 60%". "Il ne reste plus devant nous que le processus politique, sur la base de la déclaration de Genève et de la résolution 2254" de l'ONU, a déclaré M. Hariri. La 2254 prévoit un gouvernement de transition regroupant figures du gouvernement et de l'opposition ainsi que des élections libres.
L'opposition a récemment remis à l'envoyé spécial de l'ONU Staffan de Mistura une liste de 50 noms qui doivent participer à un comité constitutionnel chargé de travailler sur une réforme de la Constitution. À ce jour, toutes les négociations régime-opposition organisées sous l'égide de l'ONU ont échoué en raison principalement de l'exigence d'un départ de M. el Assad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.