LDC : Ca passe pour Liverpool et Naples !    Un mardi édifiant à Alger    L'Algérie achève la 1e étape de sa stratégie de déploiement du réseau de fibre optique    Hamel, Haddad, Ouyahia et Sellal de nouveau devant le juge    Alger: plus de 2000 logements au profit des habitants des bidonvilles et des bâtisses menaçant ruine    GREVE DES CONTROLEURS AERIENS FRANÇAIS : Air Algérie annonce des perturbations    PORTES OUVERTES ‘'CNAC - ANSEJ'' : Des opportunités pour les porteurs de projets    Biskra: une marche pacifique de soutien à la présidentielle    PRESIDENTIELLE : Report de toutes les compétitions sportives    TAMANRASSET : Le vote se déroule dans des conditions normales    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    Nouvelle-Zéllande: manifestation à Christchurch contre le pillage du phosphate en provenance du Sahara occidental    La Cour des comptes a produit 936 rapports de contrôle en 2017    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Interdiction des appareils énergivores    La Laddh appelle les Algériens à rester pacifiques    Le montant global des salaires impayés aux joueurs estimé à 69,8 milliards    Fin de saison pour Youcef Atal    La Fifa veut «clarifier les conséquences»    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    11 Décembre 1960, Belcourt, allume le feu de la liberté    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Les jeunes Algériens se méfient des partis islamistes    Nâama : démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    APN : adoption des projets de lois relatifs à la Recherche scientifique et aux Radiocommunications    Mobilisation sur fond de grève générale à Béjaïa    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    JSK-MCO (16H) au stade du 1er Novembre : El Hamri en quête d'un exploit à Tizi Ouzou    L'alliance gagnante entre l'OPEP et la Russie    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    Axe Aïn El Turck-Bousfer: Un mort et trois blessés graves dans un accident    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    MC Alger: Le Doyen victime de conflits d'intérêts    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    «Les Algériens vont voter pour l'Algérie»    L'Europe dénonce des tirs continus de missiles balistiques    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Rwanda : L'opposante Victoire Ingabire empêchée de sortir du pays    Le ministre des Finances, Mohamed Loukal affirme : "Le statut de 1950 salariés des contrats de pré-emploi sera réglé"    France : Retraite, "la convergence des luttes" Gilets jaunes-syndicats met Macron "sous pression"    Elections présidentielle et législatives en Namibie : Un pouvoir contesté    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye : Attaque meurtrière contre le siège de la Compagnie nationale de pétrole à Tripoli
Publié dans Le Maghreb le 12 - 09 - 2018

Au moins deux personnes ont été tuées lundi lors d'une attaque attribuée à des djihadistes, contre le siège de la Compagnie nationale de pétrole (NOC) dans la capitale libyenne, qui sort à peine de plusieurs jours d'affrontements meurtriers entre groupes armés rivaux.

L'attaque, qui n'a pas été revendiquée, a été qualifiée de "terroriste" par la mission de l'ONU en Libye et le gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale. Elle a visé un secteur stratégique et vital qui fournit à la Libye plus de 95% de ses revenus et intervient quatre mois après un attentat du groupe Etat islamique (EI) contre le la Haute commission électorale, qui avait fait 14 morts, à Tripoli. Un fonctionnaire de la NOC a indiqué que des hommes armés cagoulés avaient attaqué le siège de la compagnie publique après avoir échangé des tirs avec des gardes. "J'ai sauté par la fenêtre avec d'autres collègues. Puis nous avons entendu une explosion", a-t-il ajouté sous couvert de l'anonymat. La Force d'Al-Redaa ("dissuasion" en français), groupe armé qui fait office de police à Tripoli, a affirmé avoir trouvé "les restes de kamikazes" dans le bâtiment, photos à l'appui. Son porte-parole Ahmed Ben Salem, a indiqué que deux kamikazes s'étaient fait exploser aux deuxième et troisième étages. Dans un communiqué, la NOC a déploré deux morts et dix blessés parmi son personnel, confirmant ainsi le bilan du ministère de la Santé. "Plusieurs explosions ont eu lieu à l'intérieur du bâtiment, ainsi que des tirs nourris", a ajouté la compagnie, ajoutant qu'un "certain nombre de membres du personnel" avaient été brièvement pris en otage. Dans une déclaration à la presse, le chef de la Sécurité de Tripoli, Salah al-Semoui, a attribué l'attaque à l'EI, sans donner plus de détails. Situé près du centre de la ville, le siège de la NOC de cinq étages avait pris feu mais l'incendie a été rapidement maîtrisé. Plusieurs employés se sont réfugiés sur le toit pour échapper à la fumée, avant d'être évacués par la protection civile.

"Terroriste et lâche"
La mission de l'ONU en Libye (Manul) a "condamné fermement l'attaque terroriste et lâche" et a appelé les "Libyens à renoncer aux conflits secondaires inutiles et à s'unir, en partenariat avec la communauté internationale, pour éradiquer le fléau du terrorisme à travers le pays". La Manul fait référence aux récents combats entre groupes rivaux près de Tripoli, qui ont fait au moins 63 morts et 159 blessés entre le 27 août et le 4 septembre. Le GNA a estimé dans un communiqué que "les terroristes" ont profité des combats pour "s'infiltrer et commettre leur crime, au moment où nous étions appelés à unifier nos rangs...". Les affrontements ont marqué une pause le 4 septembre après la signature d'un accord de cessez-le-feu, sous l'égide de l'ONU. Globalement respecté, cet accord ne résout toutefois pas les dissensions entre les multiples groupes armés, qui ont maintenu leurs positions dans et autour de la capitale. Peu après son évacuation avec ses collègues, le patron de la NOC Mostafa Sanalla a précisé que l'attaque n'avait pas affecté la production et les opérations de la compagnie. "Cet incident sert toutefois à démontrer la fragilité de la sécurité dans notre pays", a a ajouté M. Sanalla cité dans un communiqué de la NOC. La semaine dernière, la compagnie a annoncé qu'elle prévoyait une hausse de 80% de ses revenus pétroliers, à 23 milliards de dollars, contre 13 milliards en 2017. Selon la NOC, les revenus ont atteint à fin juillet 13,6 milliards USD, dépassant le total des recettes sur toute l'année 2017. La NOC a précisé que ces performances avaient été réalisées malgré les pertes engendrées cet été par l'arrêt des exportations durant plusieurs semaines dans l'est du pays, en raison d'un bras de fer entre autorités rivales sur la gestion des recettes de l'or noir.
Celles-ci représentent plus de 95% des revenus de la Libye, pays qui a plongé dans le chaos après la chute de la dictature de Mouammar Kadhafi en 2011.
63 morts et 12 disparus
Par ailleurs, soixante-trois personnes ont été tuées et 12 portées disparues lors d'affrontements dans la capitale libyenne Tripoli le week-end, a déclaré le ministère libyen de la Santé, au lendemain de l'annonce par les Nations unies d'un accord de cessez-le-feu entre les belligérants. "Il y a eu 63 morts et 12 disparus jusqu'à présent. Cent cinquante-neuf personnes ont été soignées (en Libye) et 51 autres ont été transférées en Tunisie pour leur traitement médical", a précisé Tarek Al-Hamshri, directeur du département des affaires des blessés du ministère, lors d'une conférence de presse. Le sud de Tripoli a été le théâtre de violents affrontements entre les forces gouvernementales et les combattants de "la Septième Brigade" en provenance de la ville voisine de Tarhuna, à quelque 80 km au sud-est de Tripoli. "La situation dans la capitale de Tripoli est stable et normale", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Abdul Salam Ashour, lors de la conférence de presse. Le ministre des Transports Milad Matug a déclaré que le seul aéroport en service à Tripoli devrait reprendre ses vols sous 24 heures, après avoir été fermé pendant plusieurs jours à cause des affrontements. Les vols ont été redirigés vers l'aéroport international de Misurata, à quelques 200 km à l'est de Tripoli. Matug a confirmé que l'aéroport n'avait pas été endommagé, soulignant que "tous les travailleurs sont prêts à reprendre le travail dès que la situation sécuritaire sera suffisamment stable". Les gouvernements français, italien, britannique et américain ont salué mardi l'accord de cessez-le-feu, le considérant comme "une étape critique pour faire avancer le processus politique conformément au plan d'action des Nations Unies". Après le soulèvement de 2011 qui a renversé le régime de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, la Libye a connu une escalade de violence, de chaos et de division politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.