Karim Younes: le changement escompté passe par la poursuite du dialogue et du débat dans la sérénité    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Saisie de plus de 10 quintaux de kif traité à Naâma (MDN)    Bordj Bou Arreridj: alimentation en eau potable avant l'été de 30 communes    CAN à Laâyoune occupée: appel à préserver le sport de l'instrumentalisation politique    crise libyenne: le ministre malien des AE insiste sur l'importance de conforter le rôle de l'UA    Habitat: Installation de Tarek Belaribi au poste de DG de l'AADL    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    Dans leur confort lointain, ils pensent !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Ce que propose le PAD    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Ligue 1 - Mise à jour: Le PAC sur ses gardes face au CSC    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accusé d'avoir dissimulé des revenus Nissan propose le départ de Ghosn
Publié dans Le Maghreb le 21 - 11 - 2018

Nissan Motor a annoncé lundi qu'il faisait en sorte de mettre fin rapidement aux fonctions de Carlos Ghosn, son président, après avoir découvert qu'il a utilisé de l'argent du groupe automobile japonais à des fins personnelles et a commis d'autres infractions graves.

Le constructeur, allié du groupe Renault dont Carlos Ghosn est P-DG, a précisé dans un communiqué avoir mené une enquête interne à la suite d'une information dénonçant des pratiques inappropriées de la part de Carlos Ghosn et de l'administrateur Greg Kelly pendant plusieurs mois. Nissan, qui devait tenir une conférence de presse au Japon, a ajouté que le groupe coopérait pleinement avec la justice. "L'enquête a montré qu'au fil des ans, Ghosn et Kelly ont déclaré des montants de rémunération inférieurs aux montants réels dans des rapports à la Bourse de Tokyo afin de réduire le montant déclaré de la rémunération de Carlos Ghosn", a déclaré Nissan dans son communiqué. Le directeur général de Nissan Hiroto Saikawa proposera que le conseil d'administration démette Carlos Ghosn et Greg Kelly de leurs fonctions, a poursuivi le groupe. Le journal Yomiuri, sur son site internet, rapporte que Carlos Ghosn a été arrêté sur commission rogatoire du parquet de Tokyo pour sous-évaluation présumée de sa rémunération.
Selon l'agence de presse japonais Jiji, Carlos Ghosn aurait sous-évalué sa rémunération de près de la moitié, déclarant près de 5 milliards de yens (38,82 millions d'euros) alors qu'il aurait dû déclarer 10 milliards.
Plusieurs organes de presse avaient auparavant rapporté que Carlos Ghosn était interrogé.
Le quotidien Asahi Shimbun, le premier à révéler l'information sur Carlos Ghosn lundi, a rapporté sur son site internet qu'une perquisition avait lieu au siège de Nissan et dans d'autres locaux. Le bureau du procureur de Tokyo n'a pas souhaité s'exprimer.

Un choc au Japon
A la Bourse de Paris, l'action Renault chutait de plus de 10% en milieu de journée, à ses plus bas depuis octobre 2014 et de loin la plus forte baisse de l'indice européen Stoxx 600. L'ensemble des valeurs européennes automobiles en subissaient le contrecoup. Le titre Nissan coté à Francfort perdait 12%. La nouvelle est un choc au Japon, où Carlos Ghosn, l'un des rares dirigeants étrangers à la tête d'une entreprise japonaise, est considéré comme l'homme qui a sauvé Nissan de la faillite.
Né au Brésil, d'origine libanaise et de nationalité française, Carlos Ghosn a débuté sa carrière chez Michelin, avant d'entrer chez Renault. Il a rejoint Nissan en 1999 après l'acquisition par le constructeur automobile français d'une participation dans le groupe japonais. Il en a été P-DG de 2001 à 2017. Des porte-parole de Renault et de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, dont Carlos Ghosn est aussi P-DG, n'ont pas répondu dans l'immédiat aux demandes de commentaires. Une éviction de Ghosn, qui est âgé de 64 ans, ne peut que susciter des interrogations sur l'avenir de l'alliance qu'il a personnellement façonnée et s'est engagé à consolider par un rapprochement plus étroit avant la fin de son actuel mandat qui s'achève en 2022.
En juin, les actionnaires de Renault ont approuvé la rémunération de 7,4 millions d'euros pour 2017 attribuée à Carlos Ghosn, qui a aussi reçu 9,2 millions d'euros pour sa dernière année comme directeur général de Nissan. A Paris, la présidence de la République a déclaré ne pas avoir de réaction aux informations concernant Carlos Ghosn. L'Etat français détient 15% de Renault.

Renault réunira "au plus vite" son conseil d'administration
Renault a annoncé lundi que son conseil d'administration se réunirait "au plus vite" après les annonces de Nissan proposant que Carlos Ghosn, accusé d'avoir sous-évalué sa rémunération, soit démis de ses fonctions de président du groupe japonais.
"Dans l'attente d'informations précises émanant de Carlos Ghosn, président-directeur général de l'entreprise, les administrateurs consultés expriment leur attachement à la défense de l'intérêt du groupe Renault dans l'Alliance", a dit le groupe au losange dans un bref communiqué signé notamment par Philippe Lagayette, l'administrateur référent de Renault.
Nissan Motor a annoncé lundi qu'il allait faire en sorte de mettre fin rapidement aux fonctions de Carlos Ghosn, son président, après avoir découvert qu'il a utilisé de l'argent du groupe automobile japonais à des fins personnelles et commis d'autres infractions graves..
Lors d'une conférence de presse, le directeur général de Nissan Hiroto Saikawa a précisé que le conseil d'administration du groupe se réunirait jeudi. Il s'en est également pris au long règne de Carlos Ghosn qui a affecté, selon lui, les activités de Nissan.

L'Etat français "extrêmement vigilant"
Emmanuel Macron a assuré lundi que l'Etat français serait "extrêmement vigilant" concernant "la stabilité" du constructeur automobile Renault et l'avenir de son alliance avec Nissan, en réaction à l'arrestation au Japon du patron du groupe Carlos Ghosn.
"Il est trop tôt pour se prononcer sur la réalité des faits", a déclaré le président français, interrogé au cours d'une conférence de presse à Bruxelles avec le Premier ministre belge Charles Michel.
Mais, a-t-il ajouté, "l'Etat, en tant qu'actionnaire (de Renault), sera extrêmement vigilant à la stabilité de l'alliance et du groupe". Il a précisé que l'Etat apporterait "tout son soutien" à "l'ensemble des salariés" de cette entreprise.
Carlos Ghosn, P-DG de Renault et un des plus grands patrons d'industrie du monde, a été arrêté à Tokyo selon les médias, accusé de malversations par la justice après une enquête interne de Nissan, qui veut le démettre de son poste au plus vite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.