RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accusé d'avoir dissimulé des revenus Nissan propose le départ de Ghosn
Publié dans Le Maghreb le 21 - 11 - 2018

Nissan Motor a annoncé lundi qu'il faisait en sorte de mettre fin rapidement aux fonctions de Carlos Ghosn, son président, après avoir découvert qu'il a utilisé de l'argent du groupe automobile japonais à des fins personnelles et a commis d'autres infractions graves.

Le constructeur, allié du groupe Renault dont Carlos Ghosn est P-DG, a précisé dans un communiqué avoir mené une enquête interne à la suite d'une information dénonçant des pratiques inappropriées de la part de Carlos Ghosn et de l'administrateur Greg Kelly pendant plusieurs mois. Nissan, qui devait tenir une conférence de presse au Japon, a ajouté que le groupe coopérait pleinement avec la justice. "L'enquête a montré qu'au fil des ans, Ghosn et Kelly ont déclaré des montants de rémunération inférieurs aux montants réels dans des rapports à la Bourse de Tokyo afin de réduire le montant déclaré de la rémunération de Carlos Ghosn", a déclaré Nissan dans son communiqué. Le directeur général de Nissan Hiroto Saikawa proposera que le conseil d'administration démette Carlos Ghosn et Greg Kelly de leurs fonctions, a poursuivi le groupe. Le journal Yomiuri, sur son site internet, rapporte que Carlos Ghosn a été arrêté sur commission rogatoire du parquet de Tokyo pour sous-évaluation présumée de sa rémunération.
Selon l'agence de presse japonais Jiji, Carlos Ghosn aurait sous-évalué sa rémunération de près de la moitié, déclarant près de 5 milliards de yens (38,82 millions d'euros) alors qu'il aurait dû déclarer 10 milliards.
Plusieurs organes de presse avaient auparavant rapporté que Carlos Ghosn était interrogé.
Le quotidien Asahi Shimbun, le premier à révéler l'information sur Carlos Ghosn lundi, a rapporté sur son site internet qu'une perquisition avait lieu au siège de Nissan et dans d'autres locaux. Le bureau du procureur de Tokyo n'a pas souhaité s'exprimer.

Un choc au Japon
A la Bourse de Paris, l'action Renault chutait de plus de 10% en milieu de journée, à ses plus bas depuis octobre 2014 et de loin la plus forte baisse de l'indice européen Stoxx 600. L'ensemble des valeurs européennes automobiles en subissaient le contrecoup. Le titre Nissan coté à Francfort perdait 12%. La nouvelle est un choc au Japon, où Carlos Ghosn, l'un des rares dirigeants étrangers à la tête d'une entreprise japonaise, est considéré comme l'homme qui a sauvé Nissan de la faillite.
Né au Brésil, d'origine libanaise et de nationalité française, Carlos Ghosn a débuté sa carrière chez Michelin, avant d'entrer chez Renault. Il a rejoint Nissan en 1999 après l'acquisition par le constructeur automobile français d'une participation dans le groupe japonais. Il en a été P-DG de 2001 à 2017. Des porte-parole de Renault et de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, dont Carlos Ghosn est aussi P-DG, n'ont pas répondu dans l'immédiat aux demandes de commentaires. Une éviction de Ghosn, qui est âgé de 64 ans, ne peut que susciter des interrogations sur l'avenir de l'alliance qu'il a personnellement façonnée et s'est engagé à consolider par un rapprochement plus étroit avant la fin de son actuel mandat qui s'achève en 2022.
En juin, les actionnaires de Renault ont approuvé la rémunération de 7,4 millions d'euros pour 2017 attribuée à Carlos Ghosn, qui a aussi reçu 9,2 millions d'euros pour sa dernière année comme directeur général de Nissan. A Paris, la présidence de la République a déclaré ne pas avoir de réaction aux informations concernant Carlos Ghosn. L'Etat français détient 15% de Renault.

Renault réunira "au plus vite" son conseil d'administration
Renault a annoncé lundi que son conseil d'administration se réunirait "au plus vite" après les annonces de Nissan proposant que Carlos Ghosn, accusé d'avoir sous-évalué sa rémunération, soit démis de ses fonctions de président du groupe japonais.
"Dans l'attente d'informations précises émanant de Carlos Ghosn, président-directeur général de l'entreprise, les administrateurs consultés expriment leur attachement à la défense de l'intérêt du groupe Renault dans l'Alliance", a dit le groupe au losange dans un bref communiqué signé notamment par Philippe Lagayette, l'administrateur référent de Renault.
Nissan Motor a annoncé lundi qu'il allait faire en sorte de mettre fin rapidement aux fonctions de Carlos Ghosn, son président, après avoir découvert qu'il a utilisé de l'argent du groupe automobile japonais à des fins personnelles et commis d'autres infractions graves..
Lors d'une conférence de presse, le directeur général de Nissan Hiroto Saikawa a précisé que le conseil d'administration du groupe se réunirait jeudi. Il s'en est également pris au long règne de Carlos Ghosn qui a affecté, selon lui, les activités de Nissan.

L'Etat français "extrêmement vigilant"
Emmanuel Macron a assuré lundi que l'Etat français serait "extrêmement vigilant" concernant "la stabilité" du constructeur automobile Renault et l'avenir de son alliance avec Nissan, en réaction à l'arrestation au Japon du patron du groupe Carlos Ghosn.
"Il est trop tôt pour se prononcer sur la réalité des faits", a déclaré le président français, interrogé au cours d'une conférence de presse à Bruxelles avec le Premier ministre belge Charles Michel.
Mais, a-t-il ajouté, "l'Etat, en tant qu'actionnaire (de Renault), sera extrêmement vigilant à la stabilité de l'alliance et du groupe". Il a précisé que l'Etat apporterait "tout son soutien" à "l'ensemble des salariés" de cette entreprise.
Carlos Ghosn, P-DG de Renault et un des plus grands patrons d'industrie du monde, a été arrêté à Tokyo selon les médias, accusé de malversations par la justice après une enquête interne de Nissan, qui veut le démettre de son poste au plus vite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.