La réunion de concertation s'est tenue dans une salle quasi vide au Palais des nations.. Un fiasco qui signe la fin de Bensalah ?    Kouninef, Rebrab, Ouyahia et Loukal ont été entendus.. La justice accélère la cadence    Grâce à l'augmentation de la valeur des importations.. Les recettes douanières en hausse de 2%    Barça : Arthur et Lenglet encensent Messi    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    La Ligue arabe soutient la Palestine    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Sri Lanka: explosion durant une opération de déminage d'une bombe    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    FABB-présidents des clubs    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Les robes noires boycottent les audiences    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine-USA : Le négociateur américain n'entend pas prolonger la trêve de 90 jours
Publié dans Le Maghreb le 11 - 12 - 2018

Le négociateur en chef américain chargé de mener des tractations avec la Chine a laissé entendre dimanche qu'il n'entendait pas prolonger la trêve de 90 jours dans la guerre commerciale décrétée la semaine dernière entre Donald Trump et le président chinois Xi Jinping.

"En ce qui me concerne, il s'agit d'une date limite", a déclaré Robert Lighthizer, le représentant américain au Commerce (USTR), sur CBS. "Quand je discute avec le président des Etats-Unis, il ne parle pas d'aller au-delà de mars. Il parle d'obtenir un accord, s'il y a accord, dans les 90 prochains jours", a-t-il insisté. Depuis son entrée à la Maison Blanche, Donald Trump s'est lancé dans une offensive contre les pratiques commerciales de Pékin, qu'il juge "déloyales", comme par exemple le transfert forcé de technologies imposé aux entreprises étrangères en Chine ou encore le non-respect de la protection de la propriété intellectuelle. A l'issue d'un dîner à Buenos Aires la semaine dernière, en marge du sommet du G20, les dirigeants américain et chinois avaient annoncé être parvenus à un consensus, après des mois de guerre commerciale ouverte se traduisant par l'imposition de taxes douanières supplémentaires réciproques sur des centaines de milliards de dollars de marchandises. Les Américains ont donné jusqu'au 1er mars à la Chine pour arriver à des résultats concrets. Ils ont également suspendu l'imposition de tarifs douaniers de 25% --au lieu de 10% actuellement-- sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés. En échange de la trêve accordée par le président américain, les Chinois ont notamment accepté d'acheter davantage de produits américains et de réduire le déficit commercial énorme (autour de 335 milliards de dollars) qui hérisse tant l'occupant de la Maison Blanche. C'est Robert Lighthizer, rompu aux négociations difficiles et surtout un faucon en matière de relations commerciales avec la Chine, qui a été chargé de mener les négociations. Ses déclarations dimanche semblent mettre un terme aux vagues déclarations de Donald Trump sur l'idée d'une prolongation de la trêve.
"Les négociations avec la Chine ont déjà commencé. A moins d'être étendues, elles s'arrêteront 90 jours après la date (le 1er décembre, NDLR) de notre merveilleux et très chaleureux dîner avec le président Xi en Argentine", avait écrit le président américain das un tweet mardi.
Robert Lighthizer a par ailleurs estimé dimanche que l'arrestation de la directrice financière du groupe chinois Huawei ne devrait pas trop affecter les négociations commerciales en cours malgré les vives protestations émises par Pékin qui exige sa libération.
"De mon point de vue, cela ne devrait pas avoir véritablement d'impact", a-t-il dit. "C'est une affaire criminelle qui est totalement séparée de mon travail ou de celui des personnes travaillant sur la politique commerciale".

Les négociations "se passent très bien"
Pour sa part, Donald Trump a affirmé que les discussions commerciales avec la Chine "se passent très bien", épaulé dans son optimisme par son principal conseiller économique afin de dissiper les doutes sur la possibilité d'un accord. Le président s'est contenté d'un très bref tweet matinal, au milieu d'une volée de bois vert pour le procureur spécial Robert Mueller en charge de l'enquête russe. Larry Kudlow, son principal conseiller économique, a pris le relais sur les chaînes de télévision et martelé le même message d'optimisme. Depuis le sommet Trump-Xi Jinping samedi à Buenos Aires, qui avait éveillé les espoirs d'un règlement du conflit commercial opposant les deux premières économies du monde, observateurs et investisseurs ont été pris d'un doute sur leur capacité à arriver rapidement à un véritable accord. Ces doutes, et les craintes qu'une guerre commerciale intensifiée et prolongée ne mine la croissance mondiale, pèsent lourdement sur les indices boursiers. L'arrestation au Canada de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei --à la demande des Etats-Unis-- a provoqué un tollé à Pékin et fait craindre encore plus pour l'issue des discussions commerciales. M. Kudlow s'est voulu rassurant sur ce point. "Je ne sais pas si (cette affaire) aura un impact sur les négociations commerciales, en fait j'en doute plutôt", a-t-il déclaré sur CNBC. Quant aux négociations elles-mêmes, il a insisté sur le fait que les hauts responsables chinois ont employé à Buenos Aires et lors de déclarations rassurantes à Pékin ces derniers jours un mot qui en général ne fait pas partie du vocabulaire de la diplomatie chinoise selon lui: "immédiatement".

"Aie confiance mais vérifie"
"La Chine va mettre en œuvre immédiatement (les points de) consensus auxquels sont parvenues les deux parties en matière de produits agricoles, d'énergie, d'automobile et autres biens spécifiques", a ainsi déclaré jeudi devant la presse le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Feng. Larry Kudlow a aussi affirmé que les Chinois s'étaient dits prêts à négocier les "points principaux, les bijoux de famille en ce qui concerne les Etats-Unis, à savoir le vol de propriété intellectuelle, le transfert forcé de technologie, le cyber-hacking, qui sont les sujets clés". Tout en se disant optimiste de nature, il a aussi insisté sur le fait que le négociateur en chef des Américains, le représentant au Commerce Robert Lighthizer, appliquait le principe de prudence rendu célèbre par Ronald Reagan pendant les négociations de désarmement nucléaire avec l'Union soviétique: "Trust but verify" (aie confiance mais vérifie).
L'accord vanté par Donald Trump reste encore entouré d'un grand flou. Les détails concrets font défaut, tout comme un calendrier précis de négociations.
Les Américains avaient donné initialement jusqu'au 1er mars à la Chine pour arriver à des résultats concrets. Ils avaient également suspendu l'imposition de tarifs douaniers de 25% --au lieu de 10% actuellement-- sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés.
Le locataire de la Maison Blanche avait ensuite évoqué l'idée d'une prolongation de la trêve, avant même de commencer les négociations, et soufflé alternativement le chaud et le froid. Des changements de ton --le tout par tweets interposés-- qui avaient un peu plus désarçonné les investisseurs et les milieux économiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.