RND: Des dizaines de militants demandent le départ de Ouyahia    Tizi Ouzou, Bouira: Imposantes marches pour le printemps berbère    Une mascarade de plus au détriment de l'intérêt national    Le choix des armes    Rencontre des Fédérations de wilaya, aujourd'hui, à Alger: L'UGTA à l'heure du changement    128 millions de mètres cubes: Situation rassurante des réserves en eau    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    UAFA - Incident entre Raouraoua et Bahloul: La FAF réagit et exige des excuses    51 morts sur les routes en une semaine    Pour réclamer leur dû auprès de l'APC d'Oran: Des entreprises privées, chargées des démolitions des habitations protestent    Plusieurs quartiers et cités ciblés par l'opération: Vers la réhabilitation des façades de 433 immeubles    Le quart de rôle de Bensalah    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Ould Abbès obtient l'autorisation    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Légère baisse des importations    Un 39e anniversaire particulier    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Mois du patrimoine    La semaine du titre pour le Barça ?    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fièvre aphteuse-peste des petits ruminants : Aucun impact sur les bêtes de sacrifice de l'Aïd El Adha
Publié dans Le Maghreb le 16 - 01 - 2019

Le vice-président de la Fédération nationale des éleveurs (FNE), Belkacem Mezrou, a affirmé, lundi à Alger, que la peste des petits ruminants et la fièvre aphteuse affectant le cheptel dans plusieurs wilayas, ne devraient pas avoir un impact majeur sur les bêtes de sacrifice le prochain Aïd El Adha, mettant l'accent sur l'impératif de fournir les vaccins pour endiguer la propagation de ces épidémies.
Intervenant au forum du quotidien "Le Courrier d'Algérie", M. Mezrou a fait savoir que la fièvre aphteuse n'a pas affecté un grand nombre d'ovins et que la peste des petits ruminants, "plus répandue", ne touche que les agneaux de moins de trois mois, précisant que ces derniers n'atteindront pas l'âge d'un an d'ici le prochain Aïd El Adha et ne pourront, par conséquent, pas être mis sur le marché.
Cependant, a-t-il ajouté, la propagation de cette épidémie dans les wilayas frontalières et steppiques peut impacter le prix des viandes durant le mois de Ramadan prochain, notamment avec la fermeture, par mesure préventive, de grands marchés de bétail.
A cet effet, M. Mezrou a mis l'accent sur l'impératif de fournir les vaccins contre ces épidémies et de sensibiliser les éleveurs pour endiguer leur propagation.
Des cas de peste des petits ruminants et de fièvre aphteuse ont été enregistrés dans 15 wilayas du pays entraînant la perte de dizaines de têtes de bétail et un préjudice pour les éleveurs, d'où l'intervention des pouvoirs publics, notamment le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, qui a promis des vaccins d'ici la fin du mois en cours et l'indemnisation des éleveurs lésés.
Abordant les causes de cette propagation, M. Mezrou a pointé essentiellement le commerce illégal du bétail, ajoutant que de telles épidémies étaient également répandues dans les pays voisins et donc transmissibles.
Soulignant que c'est la première fois que l'Algérie était confrontée à la peste des petits ruminants et à la fièvre aphteuse des ovins, il a rappelé que la fièvre aphteuse enregistrée les précédentes années concernait uniquement les bovins, ce qui a mis les vétérinaires et les éleveurs face à une situation inédite et à une tâche difficile.
Concernant le nombre réel du cheptel décimé, M. Mezrou a indiqué qu'il était "impossible pour l'heure de le savoir" car la majorité des éleveurs évitaient de déclarer toutes les pertes, estimant que le chiffre avancé par le ministère (2.000 têtes) "était de très loin moindre que la réalité sur le terrain". Pour lui, la perte concerne des milliers d'ovins dans 25 wilayas.
Le vice-président de la FNE a précisé que la fièvre aphteuse touche les individus adultes du cheptel sans, pour autant, causer leur mort, alors que la peste des petits ruminants, qui affecte les agneaux, entraîne systématiquement la perte des bêtes affectées. Néanmoins, et depuis la déclaration, jeudi dernier, du ministre de l'Agriculture, Abdelkader Bouazghi, sur la fourniture de vaccins, "les éleveurs commencent à se manifester petit à petit et à déclarer les cas enregistrés", a-t-il indiqué ajoutant que "l'indemnisation sera difficile en raison de la non déclaration ou de la non souscription d'assurance par la majorité des éleveurs".
A cet égard, M. Mezrou a plaidé pour "davantage de subventions des prix de l'orge" et la fourniture de deux quotas par mois au lieu d'un seul aux éleveurs, "étant donné que ces derniers ont actuellement interdiction de transporter leurs cheptels et aussi en raison de la fermeture préventive des marchés". Par ailleurs, il a mis en avant la nécessité de travailler de concert avec les pays voisins, notamment la Tunisie et le Maroc, afin d'éradiquer ces épizooties et de renforcer le rôle et les capacités des services vétérinaires dans plusieurs wilayas en vue de répondre à tous les besoins, particulièrement dans la conjoncture actuelle.
Exhortant les éleveurs à faire montre de sens de responsabilité en signalant toute suspicion de cas et de ne pas compter seulement sur les vaccins pour juguler la propagation, il a affirmé que la persistance de ces maladies pourrait entraîner la perte de 400.000 postes d'emploi dans 11 métiers de la filière ovine. Evoquant la filière élevage, le même responsable a reconnu qu'elle n'était pas organisée alors que les chiffres font état d'un cheptel de 28 millions d'ovins à l'échelle nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.