L'autoritarisme inquiétant de Gaïd Salah    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Cabale contre Issad Rebrab    L'indépendance de la justice en question    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    L'UA accorde un sursis de 3 mois à l'armée    Au moins 264 tués dans les combats depuis le 4 avril    Washington menace ses alliés    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    Mahrez veut partir,Guardiola dit non !    Les Belouizdadis visent la finale    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Ighil El Mal (Ath Zmenzer) : Caravane sanitaire    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Pour un idéal républicain    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Les marchés couverts non exploités gérés par l'entreprise du marché de gros: La priorité aux jeunes activant dans l'informel    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    La solidarité en perspective du Ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Hudson-Odoi, c'est grave...    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Tabbou fidèle à ses positions    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat
Publié dans Le Maghreb le 17 - 01 - 2019

Le 16 janvier 1992, le militant de la cause nationale, Mohamed Boudiaf foule le tarmac de l'aéroport Houari Boumediène, retrouvant ainsi sa terre natale après 28 ans d'exil. Il était venu, convaincu d'aider son pays qui se trouvait dans une situation " politique " de blocage.

Le 11 janvier 1992, le président de la République, Chadli Bendjedid, annonce à la télévision sa démission de son poste de premier magistrat du pays tout en annonçant également la dissolution de l'APN. Cette situation a eu comme principale cause l'annulation du processus électorale suite au premier tour, le 26 décembre 1991, où des islamistes du Front islamique du salut (FIS) obtiennent 188 sièges.
Certains soutiennent cette décision tandis que d'autres la refusent catégoriquement et le pays s'enfonce dans une crise profonde.
On pense donc en haut lieu de faire appel au " père de la Révolution " si Tayeb El Watani de son vrai nom Mohamed Boudiaf, historique du FLN.
Un Haut-Comité d'Etat est installé et institué et c'est Mohamed Boudiaf qui a été convaincu par les responsables politiques de l'époque pour diriger le pays à la tête de ce HCE.
Boudiaf a donc accepté cette " mission délicate de sauver le pays ".
Le professeur Mahfoud Bennoune rapporte ces propos de Boudiaf tenus peu avant que lui soit proposée la présidence du HCE : "Si un jour, des perspectives meilleures se présentaient pour que je sois utile à l'Algérie, je rentrerais, mais si c'est pour faire des histoires, non. L'Algérie a besoin d'hommes capables de se sacrifier pour elle, la servir et non se servir.".
Les responsables politiques l'ont persuadé que son refus entraînerait l'Algérie dans une guerre civile. Et c'est ainsi qu'il est devenu président de ce nouvel organe exécutif sous la houlette du Haut Conseil de Sécurité : le Haut-Comité d'Etat : une Présidence collégiale qui avait pour mission de pallier la vacance de l'institution présidentielle suite à la démission du Président Chadli.
En si peu de temps, Mohamed Boudiaf a su gagner la confiance de tous les Algériens de par sa simplicité et surtout son langage franc et direct.
Et la majorité des jeunes algériens découvraient pour la première fois si Tayeb el Watani. Beaucoup d'entre eux ne connaissaient pas l'un des héros du déclenchement de la Guerre de Libération nationale. Né le 23 juin 1919 à Ouled Madi (M'Sila), Mohamed Boudiaf s'engage très tôt dans la résistance. Il adhère au PPA, puis devient membre important de l'Organisation secrète (OS). En 1950, il est jugé et condamné par contumace, il réussit à s'évader et entre dans la clandestinité. Il devient ensuite l'un des principaux organisateurs du Comité révolutionnaire pour l'unité et l'action (CRUA), membre du groupe des 22 ayant déclenché la Guerre de Libération nationale. Le 20 septembre 1962 il fonde le Parti de la révolution socialiste (PRS). En juin 1963, il est arrêté par le président Ben Bella, et mis sous résidence surveillée à Béchar. Il y séjournera 3 mois, puis sera libéré. Mohamed Boudiaf choisit alors de s'exiler dès 1979, il voyagera entre l'Europe et le Maroc où il activera pour son parti le PRS. En 1979, après la mort du président Houari Boumediene, il dissout sa formation politique et se consacrera à ses activités professionnelles. Il dirigera alors une briqueterie à Kenitra, au Maroc. Et c'est ainsi qu'après 28 ans il est appelé par le " devoir du pays " en prenant la tête du Haut-Comité d'Etat, le 16 janvier 1992.
Il décide de mener une lutte implacable contre la corruption, la faisant comme priorité tout en s'engageant à remettre sur pied le processus démocratique. Ce qui suscite un très grand espoir chez les Algériens qui l'ont vite adopté.
Boudiaf avait bien tendu la main à tous les Algériens. Mais, l' "espoir " Mohamed Boudiaf a été assassiné !
Le 29 juin 1992, il est assassiné en direct à la télévision par l'un des éléments de sa garde rapprochée, le sous-lieutenant Lembarek Boumaârafi, alors qu'il prononçait un discours à la Maison de la culture de Annaba. Depuis il repose en paix dans sa dernière demeure au cimetière d'El-Alia à Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.