ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    El-Tarf : 20 kg de kif saisis, 7 personnes écrouées    Bouchareb annonce un virage à 180 degrés: Le FLN soutient le mouvement populaire    Chlef: La grève des impôts largement suivie    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    CAN-2019: Algérie - Gambie, vendredi à 20h45: Le match des jeunes loups de Belmadi    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Le coup de pied de l'âne    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Le FLN «rejoint» le mouvement populaire    Refus des visas pour les Algériens    Le GSP bat Prisons du Kenya et passe en quarts    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Des arbitres nigériens pour Guinée Equatoriale - Algérie des U23    A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France    Manifestations populaires et perspectives    Saisie de plus de 1.800 comprimés psychotropes    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    De l'eau 24h/24 pour les Constantinois dès 2020    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    Dylan Bronn forfait face à l'Algérie    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    Eliminatoires Coupe d'Afrique des Nations 2019.. Mobilis fidèle aux Verts    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Boudiaf répondait à l'appel de la mère patrie
Il y a 16 ans
Publié dans Le Maghreb le 16 - 01 - 2008

Il y a seize ans, jour pour jour, Mohamed Boudiaf, revenait de son long exil marocain, répondant à l'appel urgent de sa mère patrie. C'était le 16 janvier 1992, et les Algériens gardent encore en mémoire, l'image de cet homme élancé à qui l'on offrait un verre de lait et des dattes à sa descente d'avion à l'aéroport Houari-Boumedienne. Inconnu de la jeune génération d'alors, tous se demandaient qui était cet homme au franc-parler qui poussait de ses doigts son oreille pour écouter les remontrances d'un peuple en décrépitude. Très vite, le dialogue s'était engagé dans la transparence la plus totale entre Si Tayeb El Watani et les Algériens qui avaient une soif inouïe de dire publiquement les incohérences d'un système au bord de l'essoufflement. Homme politique mais aussi homme de culture, Mohamed Boudiaf avait signé une fabuleuse analyse qu'il a intitulée sobrement, «Où va l'Algérie ?». Une analyse consacrée à l'historique date du 1er Novembre 1954, et que tous les spécialistes avaient jugée comme étant « une des meilleures contributions » sinon la meilleure - qui ait été apportée à celle-ci.
Membre fondateur du FLN (Front de libération nationale), il adhère au PPA (Parti du peuple algérien) et devient un membre important de l'organisation spéciale (OS). Vers la fin de l'année 1947, il est chargé de mettre sur pied une cellule de l'OS pour le département de Constantine. C'est au cours de cette période que se forme autour de lui le noyau de militants qui fut à l'origine du déclenchement de la lutte armée le 1er novembre 1954. En tant que tel, Mohamed Boudiaf, qui était dans le feu de l'action, a su, mieux que quiconque, à travers son livre « Où va l'Algérie ?», non seulement résumer ses propositions politiques mais aussi décortiquer le contexte de l'époque avec une rare objectivité. En 1950, Si Tayeb El Watani est condamné par contumace à deux reprises. En 1952, il est muté par le parti en France où il militera au sein du MTLD. En mars 1954, il décide de rentrer en Algérie où il devient l'un des 9 fondateurs du CRUA (Comité Révolutionnaire pour l'Unité et l'Action) et lance le bulletin Le Patriote. Il est membre du « groupe des 22 » ayant participé à la préparation du déclenchement de la guerre d'Algérie. Le 22 octobre 1956, il est arrêté par l'armée française suite au détournement de l'avion qui le menait du Maroc vers la Tunisie. Condamné à mort en 1964, il est contraint à l'exil ; d'abord en Europe puis au Maroc. Son livre « Où va l'Algérie ? » résume ses propositions politiques. En 1979, après la mort de Houari Boumediène, il dissout son parti le PRS et va se consacrer à ses activités professionnelles en dirigeant à Kénitra, au Maroc, une briqueterie. Son retour au pays intervenait dans un contexte politique d'extrême urgence, le président Chadli Bendjedid ayant annoncé, en direct à la télé, sa démission. Sa disparition totale après 1964 du champ politique national a fait de lui un homme éloigné de certaines tribulations. Sa main tendue apparaissait, dès lors, tout aussi sincère qu'ouverte aux profonds changements dont avait besoin la patrie. Résolument tourné vers la modernité, fondamentalement démocrate, Mohamed Boudiaf sera assassiné six mois plus tard, le 29 juin 1992, lors d'une conférence à Annaba.
Mohamed Boudiaf est mort, mais ses convictions d'une Algérie en marche vers un avenir plus certain, sommeillent encore dans tous les cœurs des patriotes sincères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.