«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme est mort, l'oeuvre reste
IL Y A 14 ANS, BOUDIAF RENTRAIT AU PAYS
Publié dans L'Expression le 16 - 01 - 2006

La lutte contre la corruption, entreprise ces dernières années, dénote le caractère immortel de l'oeuvre de Boudiaf.
Celui qui voulait, en ce 16 janvier 1992, sauver la République du péril islamiste, en répondant à l'appel du devoir national, revient, aujourd'hui, dans les mémoires de tous ses compatriotes. Voilà déjà quatorze ans, jour pour jour, que Si Tayeb El Watani, est rentré au pays, laissant une vie familiale paisible dans sa retraite marocaine de Kenitra.
Le peuple algérien, qui retiendra de Si Tayeb El Watani son dévouement pour la nation et son sens de l'intégrité et de la justice, a su apprécier à sa juste valeur l'un des pères de la Révolution algérienne. Celui qui deviendra en six mois d'exercice à la tête du Haut Comité d'Etat, (HCE ) un symbole pour une jeunesse désoeuvrée, prise en étau entre les convoitises islamistes et une situation sociale des plus asphyxiantes.
La guerre implacable qu'il voulait mener à la mafia politico-financière, qui, profitant de la confusion généralisée, a mis à sac le Trésor public, a été avortée par des balles assassines un certain 29 juin 1992.
Un assassinat qui a «inauguré» une série de carnages, perpétrés par les hordes islamistes, qui plongeront la nation dans le chaos, faisant pas moins de 120.000 morts et des milliers de disparus. Nous citerons l'évasion massive de Lambèze du printemps 94, le carnage de la prison de Serkadji de février 95, les attentats de l'aéroport et les massacres de Raïs et Bentalha. Cependant, si Mohamed Boudiaf est mort, ses idéaux demeurent vivants.
La démarche entreprise ces dernières années par M.Abdelaziz Bouteflika, dans le cadre de la lutte contre la corruption, et la mise en place d'un arsenal juridique, à même de consacrer la transparence dans la gestion des deniers publics, dénotent le caractère immortel de l'oeuvre de Mohamed Boudiaf.
Par ailleurs, sur le plan politique, l'oeuvre de Mohamed Boudiaf consistant à mettre la religion en retrait du jeu politique a été parachevée quelques années après sa mort, avec, notamment la promulgation en 1997 de la nouvelle loi sur les partis politiques, interdisant l'utilisation de l'Islam à des fins politiques.
Un principe qui sera consacré dans la Constitution de 1996. En somme, symbole du patriotisme et du nationalisme, Boudiaf s'est vite fait connaître par son caractère courageux et ses prises de décision efficientes durant les situations les plus épineuses. Ce sont même ces principes qui ont fait de lui l'un des historiques de la guerre de Libération. Il adhère au P.P.A. et devient un membre important de l'Organisation spéciale (O.S). En 1950, il est jugé et condamné par contumace ; il rejoint la France en 1953 et devient membre du M.T.L.D. Il rentre en Algérie et devient l'un des principaux organisateurs du C.R.U.A.(Comité Révolutionnaire pour l'Unité et l'Action), membre du groupe des 22 ayant déclenché la guerre de Libération.
Le 22 octobre 1956, il est capturé avec ses compagnons suite à l'arraisonnement par l'aviation française de l'avion qui les menait du Maroc vers la Tunisie. Le 20 septembre 1962, il fonde le Parti de la Révolution Socialiste (P.R.S.). En juin 1963, il est arrêté et exilé dans le Sud algérien où il reste détenu pendant trois mois puis il rejoint le Maroc. A partir de 1972, il se déplace entre la France et le Maroc en activant pour son parti, le P.R.S. et en animant la revue El Djarida.
En 1979, après la mort de Houari Boumediene, il dissout le P.R.S et va se consacrer à ses activités professionnelles en dirigeant à Kenitra au Maroc une briqueterie.
Le 14 janvier 1992, après la démission du Président Chadli Bendjedid, il devient Président du Haut Comité d'Etat. Il meurt assassiné le 29 juin 1992 à Annaba. Pour commémorer le retour du défunt Mohamed Boudiaf, dit Tayeb El-Watani, le 16 janvier 1992 dans sa patrie, une cérémonie de recueillement sera organisée lundi 16 janvier 2006 à 10h au niveau du Carré des martyrs du cimetière d'El Alia.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.