Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, nul et non avenu"
Publié dans Le Maghreb le 20 - 01 - 2019

Le Front Polisario a condamné et rejeté "catégoriquement", mardi, tout accord commercial entre l'Union européenne et le Royaume du Maroc incluant "illégalement" les territoires sahraouis occupés, soulignant qu'il sera considéré "nul et non avenu". S'exprimant après le refus du Parlement européen d'un débat public réclamé par une centaine d'eurodéputés sur l'amendement de l'accord UE-Maroc qui prévoit l'extension "illégale d'avantages commerciaux aux territoires sahraouis occupés", le Front Polisario a dénoncé, dans un communiqué, un "accord conclu à huis clos" et qui passe outre "l'avis du peuple du Sahara occidental et viole le principe de la souveraineté permanente du peuple sahraoui sur ses ressources naturelles". En tant que représentant unique et légitime du peuple du Sahara occidental et conformément aux résolutions des Nations unies, le Front Polisario a affirmé qu'un "tel accord est nul et non avenu", car il institutionnalise, a-t-il mentionné, "la planification et l'exploitation effrénée des ressources naturelles du peuple sahraoui" et s'oppose à la justice européenne et internationale. Cet accord "enfreint et contredit fatalement les décisions de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) ayant rejeté tout accord incluant les territoires du Sahara occidental occupé et ses eaux adjacentes sans consentement du peuple sahraoui", a-t-il expliqué. "C'est un exemple clair de vol qualifié orchestré délibérément contre la volonté du peuple du Sahara occidental", a ajouté la même source, précisant que ce texte a été "concocté dans l'urgence pour assurer sa ratification par le Parlement européen dans sa configuration actuelle, grâce à la connivence de deux Etats membres essentiels de l'Union européenne", a fait savoir le Front Polisario, faisant allusion à la France et l'Espagne, soutenant l'occupant marocain. S'élevant contre une décision "arbitraire" et "organisée", le Font Polisario a souligné que l'accord UE-Maroc incluant "illégalement" les territoires sahraouis témoigne du "mépris avec lequel les institutions judiciaires européennes sont traitées par le Conseil européen et la Commission". "C'est aussi un mépris total pour les principes et les valeurs fondatrices de l'établissement de l'Union européenne", a encore relevé le Front Polisario, précisant dans ce contexte que "conclure et ratifier cet accord signifierait aussi légitimer l'occupation illégale marocaine du Sahara occidental".
"Les revenus provenant de tels accords illégaux sont utilisés par le Royaume du Maroc pour financer son occupation du Sahara occidental au mépris de la légalité et du droit international", a souligné également le communiqué.
Notons que des eurodéputés ont dénoncé mardi la décision prise par le Parlement européen (PE) de refuser un débat public sur le projet d'extension de l'accord commercial Maroc-UE aux territoires sahraouis occupés, alors que des questions sans réponses subsistent, ont-ils affirmé, sur le scandale du lobbying marocain et sur la transgression des arrêts de la Cour de justice européenne (CJUE) ayant annulé des accords similaires dans le passé.
Des parlementaires du Groupe des Verts/Alliance Libre européenne au sein du Parlement européen (PE) ont appelé dans ce contexte au rejet "sans réserve" de l'accord Maroc-UE incluant "illégalement" les territoires sahraouis occupés, exigeant que la Cour de l'Union européenne de justice (CJUE) émette un avis avant tout vote sur ce texte.

Exploitation illégale des ressources sahraouies
Le parlement de la province d'Emilie-Romagne (Nord d'Italie) a dénoncé, dans une recommandation, l'accord commercial entre l'Union Européenne (UE) et le Maroc incluant les territoires sahraouis, estimant qu'il s'agit là du "pillage" et de l'"exploitation illégale" des ressources du peuple sahraoui, toujours sous le joug de l'occupation marocaine. "Le Sahara Occidental est un pays occupé qui attend toujours l'application de la légalité internationale et la décolonisation, à travers l'organisation du référendum d'autodétermination", a indiqué le parlement de cette province italienne, dans une recommandation rendue publique à l'issue d'une séance de débats qui s'est déroulée en présence de députés représentant les différents partis politiques italiens. Dans cette recommandation, le parlement affirme que toute exploitation des ressources sahraouies dans le cadre d'un accord avec le Maroc constituait une "exploitation illégale", à laquelle les pays européens ne devraient guère y adhérer. Le Parlement dénonce "tout autre accord contraire aux arrêts de la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) qui a déjà émis sa décision", appelant les gouvernements de l'UE et compagnies européennes à "prendre conscience" et à rejeter toute exploitation illégale des ressources d'un peuple, dans le cadre d'un accord avec son occupant". Les représentants des partis politiques au sein de cette instance législative ont exprimé le souhait de voir la légalité et le Droit internationaux appliqués au Sahara Occidental, en vue de permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination, d'amener le Maroc à "s'engager sérieusement dans les efforts internationaux visant à trouver une solution juste et définitive à ce long conflit et d'instaurer la sécurité et la stabilité dans la région". Le parlement réaffirme le soutien de la province à la lutte du peuple sahraoui pour la liberté et l'indépendance, tout en continuant à prêter aide aux réfugiés sahraouis, à travers la réalisation de projets et la poursuite de l'appui aux secteurs névralgiques, dont l'enseignement, la santé et l'eau. La présidente de la province italienne, accompagnée de plusieurs parlementaires et militants de la société civile d'Emilie-Romagne, a effectué une visite dans les camps de réfugiés sahraouis et les territoires libérés, lors de laquelle elle a rencontré le président sahraoui et Secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali et participé à plusieurs célébrations organisées par le peuple sahraoui, outre la signature d'accords de jumelage et d'amitié entre des villes de la province et des daïras de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et la mise en œuvre de plusieurs projets humanitaires. La province Emilie-Romagne dont la capitale est la Bologne est située au nord de l'Italie. Elle compte près de 4.3 millions d'habitants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.