Le revers de trop    Dilapidation de deniers publics : Ahmed Ouyahia face à la justice    La justice "accélère" la cadence    Le général Bouazza nommé à la tête de la DSI    Les chantiers de la refondation du collectif Nabni / Chantier 2 - Rendre les urnes au Peuple Bâtir un système électoral zéro-fraude en moins de ...    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Les réfrigérateurs Slimmed Down de LG : Plus minces et aliments plus frais    20 ans de monnaie unique dans l'UE: "L'euro, tel qu'il est aujourd'hui, n'est pas stable"    Huawei va déployer la 5G durant la CAN-2019    La Badr refuse-t-elle de payer les retraités de France?    Après la mort d'une journaliste : Arrestations et appel au calme en Irlande du Nord    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    4 assaillants tués en attaquant un QG de la sécurité    L'Algérie fer de lance de Seat dans le monde    Conseil de la Ligue arabe : M. Sabri Boukadoum participe à la réunion consacrée à la question palestinienne    28e journée de la Ligue 2 : Statu quo en tête, l'USMH n'est plus relégable    Grève contre le retour du directeur    L'OMA en quête de financement    C'est déjà plié pour Rivaldo    Quinze wilayas sont concernées    Des enfants à sauver    4 kg de kif saisis et 4 individus arrêtés    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    De nouvelles salles de cinéma pour le Ramadhan    Session extraordinaire le 4 mai    La date fixée au 21 juin    Ouyahia, la chute d'un dinosaure    Feu vert officiel pour la mise en service    Ould Abbes dans de mauvais draps    Tizi Ouzou.. Les routes de tous les dangers    Championnat de Ligue 2.. Mobilis Le WAT et l'ASO à 3 points de l'élite    AG des fédérations sportives.. Les défis de l'heure    Il s'est mal comporté avec Bahloul à l'AG de l'UAFA.. Raouraoua déclare la guerre à la FAF    207 morts dans les attaques terroristes.. Massacre au Sri Lanka    Grippe saisonnière.. Net recul cette année    Mois du patrimoine.. Un riche programme    Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Début du référendum constitutionnel en Egypte    Grandiose 20 Avril à Tizi Ouzou    Algérie-Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    La progression féconde    …sortir…sortir…sortir…    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commerce : L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018
Publié dans Le Maghreb le 23 - 01 - 2019

L'évolution des prix à la consommation en rythme annuel a été de 4,3% jusqu'à décembre 2018, a appris l'APS auprès de l'Office national des statistiques (ONS).
L'évolution des prix à la consommation en rythme annuel à décembre 2018 est le taux d'inflation moyen annuel calculé en tenant compte des 12 mois allant de janvier 2018 à décembre 2018 par rapport à la période allant de janvier 2017 à décembre 2017.
Quant à la variation mensuelle des prix à la consommation, c'est-à-dire l'évolution de l'indice du mois de décembre 2018 par rapport à celui du mois de novembre 2018, elle a baissé de 1%.
En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont reculé de 2,6% en décembre 2018 par rapport à novembre 2018, résultant d'une décroissance des prix des produits agricoles frais (-5,2%).
Cette variation baissière des prix des produits agricoles frais a été induite, principalement, par la chute des prix de la volaille (-11,6%), des fruits (-9,1%), des légumes (-14,1%) dont la pomme de terre (-5,6%).
Pour les prix des produits alimentaires industriels (agroalimentaires), ils ont connu une légère hausse de 0,1%.
Concernant les prix des produits manufacturés, ils ont grimpé de 0,4%, tandis que ceux des services ont stagné, précise l'Office.
Par groupe de biens et services, les prix du groupe Habillement-Chaussures ont connu une hausse de 0,9%, tandis que ceux des meubles et articles d'ameublement ont augmenté de 1,6%. Quant au reste des produits, leurs prix se sont caractérisés par des variations modérées.

L'ONU prévoit une baisse de l'inflation pour 2019 et 2020
L'inflation en Algérie devrait reculer à 2,9% en 2019 et à 2,2 % en 2020, selon les nouvelles prévisions des Nations unies publiées lundi à Genève.
Dans son rapport annuel sur les perspectives économiques mondiales, l'organisation onusienne a revu davantage à la baisse les projections du gouvernement qui avait tablé sur un taux d'inflation de 4,5 % pour l'année en cours. Pour 2018, l'inflation s'est établie à 3,9% contre 5,6% en 2017, précise l'ONU soulignant que la politique monétaire en Algérie restera neutre à l'instar des autres pays maghrébins.
" En Algérie, en Libye, au Maroc et en Mauritanie, l'orientation des politiques monétaires devrait rester neutre ", relève ce rapport annuel conjoint, produit par le Département des affaires économiques et sociales de l'ONU (DESA), la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (Cnuced) et les cinq commissions économiques régionales de l'ONU.
Côté croissance, l'organisation onusienne anticipe une progression du Pib à 2,2% cette année contre 2,7% en 2018.
" L'expansion économique cohérente s'est poursuivie à 2,7% en 2018, tirée principalement par la hausse de la production gazière et pétrolière. Comme la consommation privée demeure modérée, le taux de croissance devrait reculer à 2,2% en 2019"", relève l'ONU pour expliquer ce ralentissement. La croissance devrait ensuite rebondir à 2,8% en 2020.
Par ailleurs le taux de chômage en Algérie s'est établi à 12,3% en 2018 contre 12% en 2017, selon les mêmes prévisions. L'ONU précise qu'en Afrique, la hausse partielle des prix mondiaux des produits de base ne s'est pas traduite par une reprise des flux d'investissements directs étrangers (IDE) dans les grandes économies dépendantes de ces produits comme l'Algérie, le Nigeria et l'Angola.
Les recettes fiscales de l'Algérie ont également pâti ces dernières années de la baisse des cours de brut sur les marchés internationaux.
De 2010 à 2015, 14 pays africains ont enregistré un recul des recettes fiscales. Les pays exportateurs de pétrole comme l'Algérie, le Nigeria et l'Angola ont été les plus impactés, affichant les plus importantes baisses, souligne l'ONU.
Au plan mondial, la croissance économique est restée stable à 3,1 % en 2018, une accélération induite par la politique budgétaire aux Etats-Unis d'Amérique ayant compensé le ralentissement de la croissance dans certaines autres grandes économies.
L'activité économique devrait s'accélérer à un rythme soutenu de 3 % en 2019, mais les signes indiquant que la croissance a peut-être atteint son point culminant sont de plus en plus nombreux, constate l'ONU.
Derrière les chiffres phares, la croissance économique est inégale et ne profite souvent pas aux régions qui en ont le plus besoin.
" Ces chiffres phares masquent les fragilités et les reculs de nombreux pays en développement et le rythme inégal du progrès économique dans le monde ", relève le rapport.
En parallèle, les pays riches en ressources peinent souvent à exploiter leur potentiel de développement. Bon nombre des pays en développement qui sont en retard dépendent grandement des produits de base, à la fois en ce qui concerne les recettes d'exportation et le financement des dépenses budgétaires, note le rapport.
" Les effets conjugués de la forte instabilité des recettes d'exportation et des recettes budgétaires se traduisent dans bien des cas par de fortes fluctuations de l'activité économique et par des taux de croissance plus faibles sur le long terme ", précise l'organisation onusienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.