PSG : Pas moins de 300M€ pour laisser partir Neymar ?    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    Confirmer la mutation du football africain    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    L'appel des sept    70% des objectifs atteints    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    La justice se penche sur les dossiers du secteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Engie: La CGT dénonce la ponction de dividendes chez les gaziers
Publié dans Le Maghreb le 05 - 02 - 2019

Engie exerce sur ses filiales en charge des infrastructures gazières françaises une pression financière "extrême" qui met à mal leurs missions de service public, a estimé jeudi la CGT, développant un argumentaire réfuté par l'entreprise.

Le syndicat fait valoir que les sociétés concernées, à savoir GRTgaz (réseau de transport de gaz) Storengy (stockage), GRDF (distribution) mais aussi Elengy (terminaux méthaniers, filiale de GRTgaz) versent annuellement entre 1 milliard et 1,5 milliard d'euros de dividendes à leur maison mère, soit plus de 100% de leur résultat net. Engie "gère ses infrastructures comme un 'Monopoly', au gré de ses intérêts financiers uniquement basés sur une vision de court terme pour un profit maximum rapide", avec "une mise en contrainte financière extrême des filiales régulées françaises pour compenser les cessions massives d'activités", a estimé la CGT dans un document remis lors d'une conférence de presse.
Le premier syndicat d'Engie, qui fait ainsi référence au plan de cession de 15 milliards d'euros du groupe sur la période 2016-2018, évoque un allongement des délais d'intervention de sécurité chez GRDF, des investissements insuffisants chez Storengy ces dernières années, la nécessité pour GRTgaz de financer les siens par la dette ou encore les baisses d'effectifs chez Elengy.
Un porte-parole d'Engie a réagi en soulignant que le groupe exerçait son rôle d'actionnaire "dans le strict respect du principe d'indépendance" des sociétés concernées établi dans le cadre de l'ouverture des marchés de l'énergie, et que ces sociétés définissaient librement leur politique d'investissement, suivant ainsi un code de bonne conduite établi par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Un porte-parole de GRDF a pour sa part déclaré que, dans le cadre de son contrat de service public, le délai de référence fixé pour l'entreprise était de 95% d'interventions en moins d'une heure, cet objectif étant dépassé avec un taux de 99% actuellement.

Crainte d'ouverture du capital des sociétés
Il a aussi souligné que les investissements de la société dans la modernisation et la sécurisation du réseau étaient en constante augmentation (de 302 millions d'euros en 2015 à 320 millions en 2017) et que les dépenses de maintenance, auparavant autour de 100 millions par an, progressaient chaque année depuis 2008 (150 millions en 2018).
La CGT craint par ailleurs une ouverture du capital de certaines des sociétés en charge des infrastructures gazières, le projet de loi Pacte prévoyant en particulier la possibilité de faire entrer des investisseurs privés au tour de table de GRTgaz (contrôlé à 75% par Engie et à 25% par un consortium composé de CNP Assurances, CDC Infrastructure et la Caisse des dépôts).
La loi Pacte autorisera également l'Etat à céder sa participation de 24% au capital d'Engie, une éventualité elle aussi redoutée par le syndicat.
Les critiques de la CGT interviennent quelques semaines après l'explosion de gaz meurtrière survenue le 12 janvier rue de Trévise, à Paris, qui a fait quatre morts.
Alors qu'Alexandre Vesperini, élu divers droite du VIe arrondissement, a jugé que le réseau de gaz de la capitale était "dans un état de vétusté avancé", GRDF a réfuté ces propos en faisant valoir que la surveillance du réseau se traduisait par plus de 50 millions d'euros investis et 40 km de réseaux renouvelés annuellement "pour assurer son exploitation dans des conditions de sécurité optimale".
Une information judiciaire contre X pour homicides involontaires, notamment, a été ouverte après l'explosion de la rue de Trévise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.