COVID-19: fabrication et commercialisation des masques de protection à partir de juin    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    ORAN : Le wali booste les projets en cours    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Engie: La CGT dénonce la ponction de dividendes chez les gaziers
Publié dans Le Maghreb le 05 - 02 - 2019

Engie exerce sur ses filiales en charge des infrastructures gazières françaises une pression financière "extrême" qui met à mal leurs missions de service public, a estimé jeudi la CGT, développant un argumentaire réfuté par l'entreprise.

Le syndicat fait valoir que les sociétés concernées, à savoir GRTgaz (réseau de transport de gaz) Storengy (stockage), GRDF (distribution) mais aussi Elengy (terminaux méthaniers, filiale de GRTgaz) versent annuellement entre 1 milliard et 1,5 milliard d'euros de dividendes à leur maison mère, soit plus de 100% de leur résultat net. Engie "gère ses infrastructures comme un 'Monopoly', au gré de ses intérêts financiers uniquement basés sur une vision de court terme pour un profit maximum rapide", avec "une mise en contrainte financière extrême des filiales régulées françaises pour compenser les cessions massives d'activités", a estimé la CGT dans un document remis lors d'une conférence de presse.
Le premier syndicat d'Engie, qui fait ainsi référence au plan de cession de 15 milliards d'euros du groupe sur la période 2016-2018, évoque un allongement des délais d'intervention de sécurité chez GRDF, des investissements insuffisants chez Storengy ces dernières années, la nécessité pour GRTgaz de financer les siens par la dette ou encore les baisses d'effectifs chez Elengy.
Un porte-parole d'Engie a réagi en soulignant que le groupe exerçait son rôle d'actionnaire "dans le strict respect du principe d'indépendance" des sociétés concernées établi dans le cadre de l'ouverture des marchés de l'énergie, et que ces sociétés définissaient librement leur politique d'investissement, suivant ainsi un code de bonne conduite établi par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Un porte-parole de GRDF a pour sa part déclaré que, dans le cadre de son contrat de service public, le délai de référence fixé pour l'entreprise était de 95% d'interventions en moins d'une heure, cet objectif étant dépassé avec un taux de 99% actuellement.

Crainte d'ouverture du capital des sociétés
Il a aussi souligné que les investissements de la société dans la modernisation et la sécurisation du réseau étaient en constante augmentation (de 302 millions d'euros en 2015 à 320 millions en 2017) et que les dépenses de maintenance, auparavant autour de 100 millions par an, progressaient chaque année depuis 2008 (150 millions en 2018).
La CGT craint par ailleurs une ouverture du capital de certaines des sociétés en charge des infrastructures gazières, le projet de loi Pacte prévoyant en particulier la possibilité de faire entrer des investisseurs privés au tour de table de GRTgaz (contrôlé à 75% par Engie et à 25% par un consortium composé de CNP Assurances, CDC Infrastructure et la Caisse des dépôts).
La loi Pacte autorisera également l'Etat à céder sa participation de 24% au capital d'Engie, une éventualité elle aussi redoutée par le syndicat.
Les critiques de la CGT interviennent quelques semaines après l'explosion de gaz meurtrière survenue le 12 janvier rue de Trévise, à Paris, qui a fait quatre morts.
Alors qu'Alexandre Vesperini, élu divers droite du VIe arrondissement, a jugé que le réseau de gaz de la capitale était "dans un état de vétusté avancé", GRDF a réfuté ces propos en faisant valoir que la surveillance du réseau se traduisait par plus de 50 millions d'euros investis et 40 km de réseaux renouvelés annuellement "pour assurer son exploitation dans des conditions de sécurité optimale".
Une information judiciaire contre X pour homicides involontaires, notamment, a été ouverte après l'explosion de la rue de Trévise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.