Déclarations fracassantes des responsables du RND.. Retournement de veste ou prise de conscience ?    Contestation populaire du système politique.. Le FLN et le RND se fissurent    Point de croisement de toutes les initiatives pour une sortie de crise.. Tous les chemins mènent à la Constituante    Protection du consommateur.. Un jumelage algéro-britannique réussi    Baisse de la facture d'importation des collections CKD.. Quel impact sur les prix ?    A cause de la situation en Algérie.. ExxonMobil annule un contrat avec Sonatrach    Eliminatoires de la CAN 2019 : Algérie-Gambie demain à 20h45.. Les Verts pour la confirmation    Bouira.. 59 cas d'hépatite A enregistrés depuis janvier    Bordj Bou Arreridj.. Remise des clés à 812 bénéficiaires de logements    OPGI de Sidi Bel-Abbès.. 1.220 logements LSL et LPA à distribuer    1e journées du court-métrage de Ain Kebira.. «Kayen Ouela Ma Kanech» remporte le 1er prix    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Fabian Ruiz quitte la sélection d'Espagne    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Filets de poulet à la chapelure    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Des matches risquent de toucher le fond    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Le choix du destin de l'Algérie    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés
Publié dans Le Maghreb le 16 - 02 - 2019

Le principal opposant du Cameroun, Maurice Kamto, qui conteste toujours la réélection de Paul Biya, a été inculpé, ainsi que plusieurs partisans, mardi 12 février 2019 pour "rébellion, insurrection, hostilité contre la patrie" et transférés à la prison centrale de Yaoundé. Son inculpation intervient plus de deux semaines après son arrestation.

L'opposant camerounais Maurice Kamto, qui se pose toujours en vainqueur de la présidentielle d'octobre 2018 qui a vu la réélection de Paul Biya, a été inculpé pour "rébellion, insurrection, hostilité contre la patrie" et transféré à la prison centrale de Yaoundé.
Arrêté le 28 janvier dernier au domicile de l'un de ses lieutenants, en même temps que certains cadres de son parti, après des manifestations interdites par les autorités, le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et ancien ministre de Paul Biya a été présenté avec 28 de ses partisans devant le tribunal militaire de Yaoundé, dans la nuit de 12 au 13 février. Ils ont tous été inculpés pour les mêmes motifs et placés sous mandat de dépôt.
"Il aura fallu des heures d'une attente inexplicable, pour que les inculpations (notification des poursuites) commencent finalement à leur être signifiées dans la nuit vers 21 h 30 et se poursuivent jusqu'à 4 h 30 environ, heure à laquelle elles furent suspendues pour une reprise fixée à 8 h ce matin du mercredi 13 février 2019" a commenté son porte-parole au sortir de la longue nuit au tribunal militaire.
Avant de poursuivre
"À 5 h ce matin [13 février, ndlr], le bilan était de 27 inculpés dont 5 libres sous garants, notamment les avocats arrêtés dans le cadre de cette affaire politique." L'inculpation de Maurice Kamto suscite une vague de réaction au Cameroun comme à l'étranger. Dans une déclaration officielle, Kah Walla, présidente du Cameroon people's party, un parti d'opposition, condamne cette décision.
"Cette tentative renouvelée d'éliminer les libertés politiques fondamentales et d'étouffer tout discours politique qui n'est pas conforme au régime est une erreur extrêmement grave en ce moment de notre histoire. Le Cameroun est victime de violents conflits dans six régions sur dix. La dernière chose dont notre pays a besoin est la radicalisation d'un mouvement politique légitime et non violent."
Au cours d'un point de presse, ce 13 février 2019, la porte-parole du Quai d'Orsay répondant à une question d'un journaliste s'est exprimée sur la situation.
"Nous sommes préoccupés par ce développement judiciaire et restons attentifs à la situation de M. Kamto et à celle d'environ 200 de ses partisans qui sont détenus. L'opposition camerounaise, dont il est l'une des figures, doit pouvoir s'exprimer librement, dans le respect de la loi."
Depuis son arrestation le 28 janvier dernier à Douala, la capitale économique du pays, Maurice Kamto a été gardé à vue dans les locaux d'une unité spéciale de la police à Yaoundé, le Groupement spécial d'opérations (GSO). Une centaine d'autres partisans du président du MRC sont encore entendus devant le tribunal militaire de Yaoundé. Ils ont pour la plupart été interpellés samedi 26 janvier dernier lors de marches non autorisées, initiées par le MRC et qui ont réuni des centaines de personnes dans plusieurs villes du pays.
Plusieurs personnes ont été blessées à Douala, où la tension était la plus vive. Ce même jour, des manifestations ont également eu lieu dans la diaspora camerounaise. À Paris, par exemple, une cinquantaine de manifestants camerounais ont envahi l'ambassade du Cameroun, saccageant notamment des portraits du chef de l'État.
L'opposant Maurice Kamto, arrivé deuxième avec 14,23% des voix derrière Paul Biya à la présidentielle, ne reconnaît pas le résultat officiel des urnes, validé par le Conseil constitutionnel. Paul Biya, 86 ans, dont 36 au pouvoir, avait été réélu avec 71,2% des voix pour un septième mandat consécutif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.