«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rationalité
Publié dans Le Maghreb le 20 - 02 - 2019

La conjoncture financière que traverse le pays, les risques qu'elle véhicule et les solutions pour y faire face s'il est un domaine préoccupant pour le gouvernement, c'est bien celui de la recherche de nouvelles ressources budgétaires à allouer au développement national en général. Les réalités de la crise financière : celle-ci comme on le sait découle d'une chute brutale des prix des hydrocarbures. Depuis la mi-mai 2014 l'Algérie a commencé à être frappée par cette crise qui s'annonce durable, car rien ne prévoit, à court et moyen termes, un redressement sensible des prix du baril de pétrole.
Ces préoccupations relèvent de deux niveaux différents de problématique: d'une part, quel peut être le retentissement économique bénéfique des investissements à consentir pour la création de richesse, d'emploi et d'alternative aux hydrocarbures ?, d'autre part, quelle stratégie d'action économique adopter afin d'obtenir les meilleurs résultats ? Cette façon politique d'aborder un problème qui touche à la santé économique et financière du pays et à la vie sociale même du citoyen pourra paraître bien préoccupante à plus d'un titre. De l'aveu même du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, vis-à-vis du reste du monde, l'Algérie enregistre un important déficit commercial, et un déficit de la balance des paiements. Au niveau extérieur, l'Algérie est ou demeure économiquement souveraine, grâce aux réserves de change accumulées durant les années passées affirme M. Ahmed Ouyahia. Mais ces réserves de change fondent sans cesse, passant déjà de 193 milliards de dollars en Mai 2014, à 105 milliards de dollars en Juillet 2017. Le même Ouyahia a annoncé dernièrement lors de l'inauguration de la 26éme édition de la Foire de la production algérienne qui s'est tenue en décembre dernier, que les réserves de change de l'Algérie se sont établies à 98 milliards de dollars à fin Novembre 2017. Cette situation a été défavorable au climat intérieur : la situation des finances publiques est de plus en plus préoccupante. Le recul de la fiscalité pétrolière a généré dans son sillage des déficits budgétaires répétés, entraînant la consommation de la totalité de l'épargne du Trésor qui était logée au Fonds de régulation des recettes (FRR) épuisé selon le Premier ministre en Février 2017. Les risques que la crise financière fait peser sur le pays, en l'absence de nouvelles solutions sont dans l'esprit des décideurs économiques, la seule manière d'introduire une rationalité qui soit, en définitive, profitable à l'ensemble de la collectivité nationale. Encore faudra-t-il pour ces décideurs économiques d'éviter de façon " aveugle " les solutions conjoncturelles et d'effectuer des choix stratégiques en matière de développement et d'investissements nouveaux. Si un effort de rationalité est perceptible depuis plusieurs années, dans ce domaine, cet effort se heurte cependant à des difficultés théoriques non négligeables.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.