Les étudiants brisent le cordon policier, rue Hassiba    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Trois manifestants placés sous contrôle judiciaire à Oran    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





14 Tunisiens kidnappés en Libye, des négociations engagées pour leur libération
Publié dans Le Maghreb le 20 - 02 - 2019

"Des éléments armés" libyens ont pris en otage, jeudi, 14 ouvriers tunisiens en représailles à la récente condamnation d'un ressortissant libyen en Tunisie dans une affaire de trafic de drogue.
14 ouvriers tunisiens ont été kidnappés, jeudi 14 février à Zaouïa, dans le nord-ouest de la Libye, par des " éléments armés " qui exigent la libération d'un prisonnier condamné en Tunisie pour trafic de drogue, a appris Sputnik de sources concordantes. "Les ouvriers ont été kidnappés, jeudi, à l'entrée Sud de la ville de Zaouia, alors qu'ils s'acheminaient vers la raffinerie de pétrole, où ils travaillent", a déclaré à Sputnik Mustapha Abdelkebir, président de l'Observatoire tunisien des droits de l'homme (OTDH), une ONG qui suit de près la crise libyenne.
Selon les informations obtenues par l'ONG, et corroborées par une source officielle qui s'est exprimée à Sputnik, l'enlèvement est le fait "du clan d'un ressortissant libyen, condamné en Tunisie dans une affaire de trafic de drogue, et qui exige sa libération", a affirmé Mustapha Abdelkebir. Originaires, pour la plupart, de la ville méridionale de Sfax, "les otages se portent tous bien", a confirmé à Sputnik une source au sein du ministère tunisien des Affaires étrangères. Une cellule de crise a été mise en place au sein du département ministériel pour suivre le dossier et obtenir la libération des otages, a ajouté la même source.
Le ministre des Affaires étrangères avait pris contact avec son homologue libyen en insistant sur " la nécessité d'assurer la sécurité " des otages, " leur prompt élargissement " ainsi que " leur rapatriement sains et saufs", informe pour sa part un communiqué de la diplomatie tunisienne. Le consulat général de Tunisie à Tripoli avait pris contact, pour sa part, avec les parties libyennes concernées pour mettre fin sans tarder à cette crise ", d'après la même source.
"Il s'agit d'une médiation et de négociations engagés avec les dignitaires, notables et responsables locaux libyens pour arriver à libérer ces ouvriers. En aucun cas, toutefois, il ne s'agit de céder au chantage de ces éléments armés ", a affirmé, pour sa part, le président de l'OTDH. Plus de 12 000 travailleurs tunisiens sont installés en Libye, un pays en proie à l'instabilité politique et sécuritaire depuis la chute du pouvoir de Mouammar Kadhafi, en octobre 2011. Depuis, plusieurs enlèvements de ressortissants ou de diplomates tunisiens ont été perpétrés, souvent en représailles à l'arrestation de miliciens libyens en Tunisie. Les précédents les plus spectaculaires remontent aux mois de mai et juin 2015, avec l'enlèvement de 254 Tunisiens suivi par la détention de dix diplomates tunisiens par une phalange armée à Tripoli, alors que la capitale libyenne se trouvait sous le contrôle des milices de Fajr Libya. Un dénouement favorable est venu, systématiquement, sanctionner les négociations engagées avec la facilitation des autorités et chefs locaux libyens. De son côté, Tunis a procédé, dans certains cas, à l'extradition de ressortissants libyens, qui ont été remis aux autorités libyennes compétentes.
Le sort des deux journalistes, Soufiene Chourabi et Nadhir Guetari, disparus depuis septembre 2014, demeure, quant à lui, toujours inconnu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.