Présidentielle du 12 décembre: Taux de participation global de 39,93%    Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





14 Tunisiens kidnappés en Libye, des négociations engagées pour leur libération
Publié dans Le Maghreb le 20 - 02 - 2019

"Des éléments armés" libyens ont pris en otage, jeudi, 14 ouvriers tunisiens en représailles à la récente condamnation d'un ressortissant libyen en Tunisie dans une affaire de trafic de drogue.
14 ouvriers tunisiens ont été kidnappés, jeudi 14 février à Zaouïa, dans le nord-ouest de la Libye, par des " éléments armés " qui exigent la libération d'un prisonnier condamné en Tunisie pour trafic de drogue, a appris Sputnik de sources concordantes. "Les ouvriers ont été kidnappés, jeudi, à l'entrée Sud de la ville de Zaouia, alors qu'ils s'acheminaient vers la raffinerie de pétrole, où ils travaillent", a déclaré à Sputnik Mustapha Abdelkebir, président de l'Observatoire tunisien des droits de l'homme (OTDH), une ONG qui suit de près la crise libyenne.
Selon les informations obtenues par l'ONG, et corroborées par une source officielle qui s'est exprimée à Sputnik, l'enlèvement est le fait "du clan d'un ressortissant libyen, condamné en Tunisie dans une affaire de trafic de drogue, et qui exige sa libération", a affirmé Mustapha Abdelkebir. Originaires, pour la plupart, de la ville méridionale de Sfax, "les otages se portent tous bien", a confirmé à Sputnik une source au sein du ministère tunisien des Affaires étrangères. Une cellule de crise a été mise en place au sein du département ministériel pour suivre le dossier et obtenir la libération des otages, a ajouté la même source.
Le ministre des Affaires étrangères avait pris contact avec son homologue libyen en insistant sur " la nécessité d'assurer la sécurité " des otages, " leur prompt élargissement " ainsi que " leur rapatriement sains et saufs", informe pour sa part un communiqué de la diplomatie tunisienne. Le consulat général de Tunisie à Tripoli avait pris contact, pour sa part, avec les parties libyennes concernées pour mettre fin sans tarder à cette crise ", d'après la même source.
"Il s'agit d'une médiation et de négociations engagés avec les dignitaires, notables et responsables locaux libyens pour arriver à libérer ces ouvriers. En aucun cas, toutefois, il ne s'agit de céder au chantage de ces éléments armés ", a affirmé, pour sa part, le président de l'OTDH. Plus de 12 000 travailleurs tunisiens sont installés en Libye, un pays en proie à l'instabilité politique et sécuritaire depuis la chute du pouvoir de Mouammar Kadhafi, en octobre 2011. Depuis, plusieurs enlèvements de ressortissants ou de diplomates tunisiens ont été perpétrés, souvent en représailles à l'arrestation de miliciens libyens en Tunisie. Les précédents les plus spectaculaires remontent aux mois de mai et juin 2015, avec l'enlèvement de 254 Tunisiens suivi par la détention de dix diplomates tunisiens par une phalange armée à Tripoli, alors que la capitale libyenne se trouvait sous le contrôle des milices de Fajr Libya. Un dénouement favorable est venu, systématiquement, sanctionner les négociations engagées avec la facilitation des autorités et chefs locaux libyens. De son côté, Tunis a procédé, dans certains cas, à l'extradition de ressortissants libyens, qui ont été remis aux autorités libyennes compétentes.
Le sort des deux journalistes, Soufiene Chourabi et Nadhir Guetari, disparus depuis septembre 2014, demeure, quant à lui, toujours inconnu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.