Marche des travailleurs de l'enseignement professionnel à Tizi Ouzou.. Forte mobilisation    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





14 Tunisiens kidnappés en Libye, des négociations engagées pour leur libération
Publié dans Le Maghreb le 20 - 02 - 2019

"Des éléments armés" libyens ont pris en otage, jeudi, 14 ouvriers tunisiens en représailles à la récente condamnation d'un ressortissant libyen en Tunisie dans une affaire de trafic de drogue.
14 ouvriers tunisiens ont été kidnappés, jeudi 14 février à Zaouïa, dans le nord-ouest de la Libye, par des " éléments armés " qui exigent la libération d'un prisonnier condamné en Tunisie pour trafic de drogue, a appris Sputnik de sources concordantes. "Les ouvriers ont été kidnappés, jeudi, à l'entrée Sud de la ville de Zaouia, alors qu'ils s'acheminaient vers la raffinerie de pétrole, où ils travaillent", a déclaré à Sputnik Mustapha Abdelkebir, président de l'Observatoire tunisien des droits de l'homme (OTDH), une ONG qui suit de près la crise libyenne.
Selon les informations obtenues par l'ONG, et corroborées par une source officielle qui s'est exprimée à Sputnik, l'enlèvement est le fait "du clan d'un ressortissant libyen, condamné en Tunisie dans une affaire de trafic de drogue, et qui exige sa libération", a affirmé Mustapha Abdelkebir. Originaires, pour la plupart, de la ville méridionale de Sfax, "les otages se portent tous bien", a confirmé à Sputnik une source au sein du ministère tunisien des Affaires étrangères. Une cellule de crise a été mise en place au sein du département ministériel pour suivre le dossier et obtenir la libération des otages, a ajouté la même source.
Le ministre des Affaires étrangères avait pris contact avec son homologue libyen en insistant sur " la nécessité d'assurer la sécurité " des otages, " leur prompt élargissement " ainsi que " leur rapatriement sains et saufs", informe pour sa part un communiqué de la diplomatie tunisienne. Le consulat général de Tunisie à Tripoli avait pris contact, pour sa part, avec les parties libyennes concernées pour mettre fin sans tarder à cette crise ", d'après la même source.
"Il s'agit d'une médiation et de négociations engagés avec les dignitaires, notables et responsables locaux libyens pour arriver à libérer ces ouvriers. En aucun cas, toutefois, il ne s'agit de céder au chantage de ces éléments armés ", a affirmé, pour sa part, le président de l'OTDH. Plus de 12 000 travailleurs tunisiens sont installés en Libye, un pays en proie à l'instabilité politique et sécuritaire depuis la chute du pouvoir de Mouammar Kadhafi, en octobre 2011. Depuis, plusieurs enlèvements de ressortissants ou de diplomates tunisiens ont été perpétrés, souvent en représailles à l'arrestation de miliciens libyens en Tunisie. Les précédents les plus spectaculaires remontent aux mois de mai et juin 2015, avec l'enlèvement de 254 Tunisiens suivi par la détention de dix diplomates tunisiens par une phalange armée à Tripoli, alors que la capitale libyenne se trouvait sous le contrôle des milices de Fajr Libya. Un dénouement favorable est venu, systématiquement, sanctionner les négociations engagées avec la facilitation des autorités et chefs locaux libyens. De son côté, Tunis a procédé, dans certains cas, à l'extradition de ressortissants libyens, qui ont été remis aux autorités libyennes compétentes.
Le sort des deux journalistes, Soufiene Chourabi et Nadhir Guetari, disparus depuis septembre 2014, demeure, quant à lui, toujours inconnu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.