REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vote des accords avec le Maroc: Une entrave à la solution politique au conflit saharien
Publié dans Le Maghreb le 25 - 02 - 2019

L'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Abdelkader Taleb Omar, a affirmé, mardi à Alger que le vote par le Parlement européen (PE) des nouveaux accords avec le Maroc dans le domaine du commerce et de la pêche avait de "graves" répercussions politiques dans la région et entravait la solution politique à la question du Sahara occidental.

"Ces accords sont dangereux du fait qu'ils coïncident avec la nouvelle dynamique à la lumière des perspectives prometteuses pour la réalisation de progrès dans le processus de paix où un deuxième round de négociations directes est prévu en mars prochain", a déploré l'ambassadeur sahraoui sur les ondes de la radio nationale I.
La France et l'Espagne ont poussé le PE à se soumettre au pouvoir exécutif, faisant fi des décisions de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui a décidé en 2016 qu'aucun accord ne peut être conclu entre l'UE et le Maroc incluant le territoire du Sahara Occidental sans consentement du peuple sahraoui à travers son représentant, reconnu par les Nations unies, le Front Polisario", a ajouté le diplomate sahraoui.
"En dépit de cela, le PE s'est dirigé +consciemment+ vers la violation de cette décision et malgré l'opposition de certains députés eurodéputés ayant appelé à la consultation de la CJUE", s'interrogeant sur "l'objectif de la France et l'Espagne de prendre de tels pas au moment où le règlement politique connait une dynamique après six ans d'arrêt".
L'ambassadeur sahraoui estime que le rejet et les réserves de 300 parlementaires européens concernant ce projet d'accord témoigne de l'absence d'un consensus ou d'une majorité écrasante, cependant, a-t-il dit "une force a exercé des pressions pour faire passer cette loi sous prétexte que le Maroc leur assure des prestations en matière de sécurité et de migration", ce qui contribue au maintien des visées colonialistes dans la région au détriment de la "souveraineté des peuples".
Selon, le diplomate sahraoui, "la France a financé, armé, entrainé et coopéré avec le régime marocain pour renforcer sa présence dans le Sahara occidental".
"Le Front Polisario, soutenu par le peuple sahraoui, ne restera point les bras croisés devant cette décision" a assuré M. Taleb Omar, ajoutant que "le Polisario attend juste le parachèvement des procédures du vote et son officialisation pour pouvoir présenter son appel à la CJUE".
A ce propos, l'ambassadeur sahraoui à Alger a annoncé que la partie sahraouie poursuivra son combat en dénonçant ces politiques dans le cadre des lois en vigueur pour faire face au pillage des ressources sahraouies", faisant savoir que les dirigeants sahraouis soumettront, prochainement, leur appel auprès de la CJUE. S'agissant du nouveau round de négociations entre les deux parties du conflit, prévu en mars sous l'égide de l'ONU, M. Taleb Omar a exprimé son souhait d'évoquer les questions de fond et de dépasser l'étape de rétablissement de confiance pour passer à l'application des résolutions onusiennes notamment l'organisation d'un référendum d'autodétermination.
Il a affirmé à ce propos, que le front Polisario est "attaché à l'application de la Résolution 24/40 et à la nécessité de poursuivre les négociations sans conditions préalables en vue de parvenir à l'autodétermination en dépit des tentatives du régime marocain qui fuit ses responsabilités et crée des obstacles" visant la mise en échec du processus de règlement basé sur les résolutions de la légalité internationale".
Il a appelé, dans ce sens, la communauté internationale à "exercer davantage de pression" sur l'occupant marocain pour qu'il se conforme au droit international, vu que le conflit du Sahara Occidental est "une question de décolonisation et la solution intervient à travers la consultation du peuple sahraoui et le respect de sa volonté".
La partie sahraouie se présentera au deuxième round des négociations avec "un agenda clair", a-t-il soutenu, réitérant l'attachement du Front Polisario à la résolution juridique et au droit à l'autodétermination, outre son attachement aux questions susceptibles de redynamiser le processus de paix à savoir "la libération des détenus politiques et l'ouverture des territoires sahraouis occupés aux observateurs internationaux pour s'enquérir des situations des droits de l'Homme dans la région notamment au moment où le Maroc poursuit la violation des droits du peuple sahraoui".
Le diplomate sahraoui a, par ailleurs, salué le soutien des organisations non gouvernementales à la question sahraoui.

Des incertitudes pèseraient sur la tenue d'un second round de pourparlers
La deuxième rencontre de Genève concernant la résolution du conflit au Sahara occidental, à laquelle a appelé l'envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu pour cette région, pourrait ne pas avoir lieu, selon une source citée par le site marocain Yabiladi. Selon elle, seuls Rabat et le Front Polisario seraient convoqués séparément à Berlin.
Le deuxième round des négociations entre le Maroc et le Front Polisario concernant la résolution du conflit au Sahara occidental avec la participation de l'Algérie et de la Mauritanie comme observateurs et pays voisins pourrait finalement ne pas avoir lieu comme prévu, a confié une source au site d'information marocain Yabiladi. Selon elle, Rabat et le Front Polisario seraient conviés séparément à Berlin par Horst Köhler, l'envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu pour le Sahara occidental. Tandis que l'Algérie et la Mauritanie ne seraient pas de la partie, a-t-elle encore ajouté.
Dans le cadre de la préparation de ce second round de pourparlers entre les deux parties du conflit, Horst Köhler devait faire, mi-février, une tournée dans la région. Cependant, cette dernière n'a pas encore eu lieu. Dans ce contexte, Yabiladi rappelle que le secrétaire général de l'Onu est tenu de présenter, fin mars ou début avril, au Conseil de sécurité un rapport sur le Sahara occidental devant contenir les conclusions de la tournée M. Köhler et ses remarques quant à la préparation de cette deuxième rencontre.
"Il y a de fortes chances que la tournée de l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies n'ait pas lieu", a affirmé la source selon le média. "En revanche, il ne pourrait convier que séparément des représentants du Maroc et du Polisario à des rencontres à Berlin vers la fin de ce mois", a-t-elle encore ajouté.
À l'issue des pourparlers consacrés à la résolution du conflit au Sahara occidental ayant réuni les 5 et 6 décembre, sous l'égide de l'Onu à Genève, le Maroc et le Front Polisario, Nasser Bourita, le chef de la diplomatie marocaine, a annoncé devant la presse que son pays approuvait l'invitation de Horst Köhler, l'envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu pour le Sahara occidental, à une seconde table ronde prévue durant le premier trimestre 2019, sous réserve qu'elle soit "bien préparée". Cette première rencontre de Genève a eu lieu avec la participation de l'Algérie et de la Mauritanie en tant qu'observateurs et pays voisins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.