Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conflit du Sahara Occidental : L'Union européenne jette de l'huile sur le feu
Publié dans El Watan le 12 - 12 - 2018

La Commission du commerce international (INTA) du Parlement européen a adopté, lundi, le rapport de l'eurodéputée controversée Patricia Lalonde, qui prévoit l'extension de l'accord agricole conclu entre l'Union européenne (UE) et le Maroc au territoire du Sahara occidental occupé.
Commentant cette décision inique, le représentant du Front Polisario pour l'Europe, Mohamed Sidati, a soutenu hier que c'est «une honte» d'entériner un document dont la rédactrice a été forcée à démissionner la veille en raison d'un «conflit d'intérêts».
Réunis à Strasbourg au siège du Parlement européen, les membres de l'INTA ont adopté le rapport de l'eurodéputée controversée Patricia Lalonde, qui prévoit l'extension de l'accord agricole conclu entre l'UE et le Maroc au territoire du Sahara occidental occupé, alors que la justice européenne avait rejeté dans ses arrêts cet accord, invoquant l'absence de consentement du peuple sahraoui.
Réagissant à la décision prise par la Commission, le Front Polisario a déploré, dans un communiqué, un «vote qui marque un pas de plus dans la volonté des responsables européens de passer outre les termes précis et clairs des arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE)». S'élevant contre le «contournement» des décisions de la CJUE par des dirigeants européens, le responsable du Front Polisario a ajouté que «cet accord est clairement illégal».
Dans ce contexte, M. Sidati a rappelé que le «propre» service juridique du Parlement européen a conclu récemment qu'il n'était «pas certain» que le peuple sahraoui ait donné son consentement à cette extension de l'accord, une «condition-clé» exigée par la CJUE dans son jugement de décembre 2016. «Le Front Polisario, reconnu par l'ONU comme le représentant du peuple du Sahara occidental, pourrait donner son consentement, ce qui n'a pas été le cas», a tenu à faire savoir M. Sidati dans le même communiqué.
S'agissant de l'affirmation de la Commission que l'accord pourrait bénéficier à la population du Sahara occidental, le représentant du Front Polisario l'a jugée «non pertinente» et qualifiée d'une «insulte» au peuple sahraoui qui vit aujourd'hui dans des camps de réfugiés, dans les territoires libérés ou sous occupation marocaine. «La Cour de justice a jugé que le Sahara occidental est un territoire séparé et distinct de celui du royaume du Maroc en vertu du principe d'autodétermination.
Aucun accord avec le Maroc ne peut inclure le territoire, les eaux adjacentes, ni l'espace aérien du Sahara occidental», a encore souligné M. Sidati, annonçant le recours devant la CJUE, dont les précédents jugements basés sur le droit international étaient du côté du Front Polisario.
Tout en relevant que les conséquences du vote de la Commission parlementaire européenne s'étendent bien au-delà des questions commerciales, le responsable sahraoui a affirmé que cette adoption vient «saper» l'issue des négociations conduites par l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, Horst Köhler, pour le règlement du conflit sahraoui selon les résolutions onusiennes garantissant le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.
Pire, en s'alignant sur les positions du Maroc et en soutenant la colonisation du Sahara occidental, Bruxelles encourage la reprise de la guerre au Maghreb.
Dans ce sillage, Mohamed Sidati a appelé les «partenaires européens à revoir leur politique actuelle et de recentrer leurs efforts sur les pas positifs que l'UE peut esquisser pour supporter les efforts de Horst Köhler et pour encourager des progrès dans les pourparlers».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.